Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog ma santé au quotidienHiver sans soleil : avez-vous pensé à prendre votre vitamine D ?

Ma santé au quotidien

Hiver sans soleil : avez-vous pensé à prendre votre vitamine D ?

[ Publié le 1 mars 2018 ]

vitaminesd

Cette année, l'hiver est long et gris, mes patients se plaignent : « Y'en a marre de toute cette pluie, on aurait bien besoin d'un peu de soleil ! ». En effet, ils ont raison, nous avons besoin de soleil : pour nous réchauffer à la terrasse du café, pour nous mettre de bonne humeur… mais pas seulement. Nous avons besoin de soleil pour fabriquer de la vitamine D, vitamine indispensable pour une bonne santé osseuse.

Faisons un peu le point sur cette vitamine D qui nous manque en hiver : quel patient doit être supplémenté, pourquoi, à quel rythme, avec quoi... Bref, quelles sont les recommandations ?


Vitamine D : naturelle ou synthétique, laquelle choisir ?

Il existe deux formes de vitamine D :

  • le cholécalciférol ou vitamine D3, forme naturelle, principalement synthétisée par la peau sous l'influence des rayons UV (soleil) ou apportée par les poissons gras dans l'alimentation (très peu).
  • l'ergocalciférol ou vitamine D2, forme synthétique d'origine végétale, pour l'essentiel fabriquée industriellement.

Selon la couleur de peau, l'ensoleillement de la région d'habitation, la supplémentation ou pas, les apports en vitamine D varieront d'un individu à un autre.

 

Le rôle de la vitamine D 

La vitamine D favorise l'absorption intestinale du calcium et sa fixation sur le tissu osseux. Elle est indispensable pour prévenir le rachitisme et pour avoir une bonne minéralisation osseuse, donc des os en bonne santé.

 

Elle aurait également d'autres rôles protecteurs (cancers, maladies auto-immunes, infections, diabète, etc.) mais le niveau de preuve reste encore insuffisant de nos jours.

Une carence en vitamine D est un facteur de risque d'ostéoporose, donc de fractures (poignet, col du fémur, colonne vertébrale, etc.) 

 

Pour avoir un squelette en bonne santé, la vitamine D seule ne suffit pas : il faut avoir des apports journaliers suffisants en calcium, qu'ils soient alimentaires (lait, yaourt, fromage blanc, petits-suisses, fromage, etc.) ou médicamenteux (complément alimentaire journalier).

  

Qui doit être supplémenté en vitamine D ?

  • Les nourrissons,
  • les enfants,
  • les adolescents,
  • les femmes enceintes ou qui allaitent
  • les sujets âgés de plus de 65 ans.

 

Mais aussi certains sujets à risques :

  • les sujets à pigmentation cutanée foncée,
  • vivant confinés,
  • souffrant d'affection dermatologique ou portant des vêtements couvrants empêchant une exposition au soleil,
  • les insuffisants rénaux,
  • les obèses,
  • les végétaliens,
  • les patients recevant certains traitements médicamenteux (corticothérapie au long court, anticonvulsivants, etc.),
  • faisant des chutes à répétition,
  • ou souffrant de certaines maladies (Crohn, polyarthrite rhumatoïde, ménopause précoce, etc.).

 

Comment supplémenter en vitamine D ?

En général, il ne suffit pas de manger des poissons gras et se mettre au soleil.

 Une supplémentation médicamenteuse est alors nécessaire.

Autrefois, on prenait de l'huile de foie de morue. Désormais il existe des médicaments dont le goût est bien meilleur.

 

Il existe :

des traitements quotidiens :

  • gouttes, en association avec du fluor ou pas,
  • comprimés à sucer, à croquer, sachets à diluer, enrichis ou pas en calcium (réservés aux adultes).

des traitements ponctuels à forte dose sous forme d'ampoules (meilleure observance).

 

Lorsqu'on utilise des doses espacées, on préférera le vit D3 (Cholécalciférol) à la vit D2 (ergocalciférol). Par contre, il n'y pas de préférence quand on utilise des doses journalières.

 

En raison du risque de surdosage et des contre-indications, les ampoules à forte dose ne peuvent être délivrées que sur prescription médicale.

 

A quel rythme supplémenter ?

Cela est variable. Le médecin tiendra compte des facteurs de risques et adaptera la posologie si besoin. Le rythme de prise varie selon qu'il s'agit d'un traitement prophylactique (préventif) ou d'un traitement curatif (carence), d'un traitement d'attaque ou d'un traitement d'entretien. 

Respectez toujours les consignes de votre médecin traitant. Ne pas dépasser les doses prescrites. 

Pensez à noter la date de prise des ampoules hivernales de vitamine D dans le carnet de santé ou dans votre agenda pour respecter la posologie. 

Dans des conditions normales de prescription, le risque de surdosage est quasiment nul.

 

Prophylaxie des carences en vitamines D : ce qu'il faut retenir.

Les recommandations ci-dessous ne concernent pas les patients à risques particuliers de carences en vitamine D (peau foncée, végétalisme, absence d'exposition au soleil, etc.). Le médecin de famille fera le point au cas par cas.

 

  • Supplémenter les femmes enceintes (une dose unique à 80.000 ou 100.000 unités au début du 7ème mois de grossesse).
  • Supplémenter quotidiennement tous les nourrissons de moins de 18 mois.

On évitera les doses de charges trimestrielles avant 18 mois. On préférera les doses journalières.

  • Supplémenter les enfants jusqu’à 5 ans et de 10 à 18 ans avec une dose de charge trimestrielle de 80.000 ou 100.000 UI en début et fin d’hiver (novembre et février). En cas de risque important d’oubli de la 2e dose, une dose semestrielle unique de 200.000 UI peut être donnée en novembre. 
  • Supplémenter tous les sujets de 65 ans et plus, dont la probabilité d'un déficit en vitamine D est extrêmement élevée alors que le risque de surdosage est quasi nul.

 

En savoir plus : lire les recommandations de la Société française de pédiatrie.

  

Dosage sanguin de la 25(OH)D

Dans certaines situations pathologiques, le dosage de la 25(OH)D guidera la prescription de vitamine D. 

Ce dosage reflète votre imprégnation en vitamine D. Il n'est pas obligatoire mais il est utile dans certaines situations pour adapter le schéma de supplémentation. Il est recommandé de répéter le dosage 3 mois environ après la fin du traitement d’attaque et juste avant la prise suivante s’il s’agit de prises espacées.

Afin d’éviter une sous-estimation du taux plasmatique de vitamine D, l’ordonnance doit bien préciser que le dosage concerne à la fois les vitamines D2 et D3 : on indiquera « dosage de 25(OH) vitamine D (D2 + D3) ».

  

Normes reconnues de la vitamine D (selon GRIO et Endocrine Society) :

  •  > 30 ng/ml : taux normal
  • entre 20 et 30 ng/mL : insuffisance
  • entre 10 et 20 ng/mL : déficit
  • <10 ng/mL : carence (expose au rachitisme/ostéomalacie)

DERNIERS COMMENTAIRES

Séverine Souraud - le 07/12/2017 dans "Douche pré opératoire : conseils pour bien se prép..."
Bonjour, Malheureusement les médicaments manquants en officine sont devenus notre quotidien, et l'on en ignore le plus
beru40 - le 05/12/2017 dans "Douche pré opératoire : conseils pour bien se prép..."
Bonjour, Je suis allergique à la crème dépilatoire Veet n'en déplaise au labo qui pense que c'est une vue de l'esprit
Séverine Souraud - le 14/10/2017 dans "Douche pré opératoire : conseils pour bien se prép..."
Merci pour cette information. je ne connaissais pas le SF2h. Il est vrai que l'officine est bien loin du milieu
annelyse - le 11/10/2017 dans "Douche pré opératoire : conseils pour bien se prép..."
Les recommandations sur la toilette pré opératoire de la sf2h indique qu'on ne peut pas recommandé préférentiellement