Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog de Cécile Marie MAGDELAINELes mots et les maux de la diététicienne

La diététique au coeur des pratiques alimentaires

Les mots et les maux de la diététicienne

[ Publié le 23 novembre 2017 ]

maux-dieteticienne

L’image que les gens ont de nous, les diététiciennes, est bien souvent erronée. En tout cas c’est une certitude en ce qui me concerne. On s’imagine que la vie nous plus est simple parce que nous avons des connaissances sur l’alimentation ; sous-entendu, pas de soucis de poids, de menus, de gestion des repas au quotidien.

Je voudrais à travers quelques mots apporter un peu de lumière sur cette image que les gens ont de nous. En ce qui me concerne, je suis diététicienne, normande et gourmande. Pourquoi faire simple… ?! C’est ce que j’ai baptisé « le paradoxe de ma petite existence ».

 

J’ai été élevée à la charcuterie et autres douceurs normandes

Vous voyez, cela commençait déjà mal. A cela vous rajoutez la crème fraîche, le beurre salé … Je peux vous dire que cela laisse des traces !

Le normand est certes jovial et gourmand mais il y a un moment où il faut savoir lâcher du lest sur les traditions culinaires pour protéger ses artères et ses hanches. Pour ma part, c’est fait.

Adieu cuisine avec du beurre à outrance, l’escalope qui baigne dans la crème, le beurre avec la charcuterie et le fromage : je prends soin de ma petite santé.

Par contre, j’adore toujours ajouter une pointe de crème fraîche dans la soupe !

 

Je ne mange pas QUE des carottes râpées !

Mon alimentation n’est pas faite que de légumes. J’adore les légumes sous toutes leurs formes et j’en mange à chaque repas. Mais je ne mange pas que cela. J’adore les pommes de terre et les pâtes. Je fais souvent des plats qui mélangent des pommes de terre ou des pâtes avec les légumes.

Je pense que si je déposais mes valises en Italie, je prendrais quelques kilos rapidement avec les pastas ! Il faut toujours que j’en ai un ou deux paquets d’avance à la maison (c’est ma ration de survie).

Quand je suis très fatiguée ou que j’ai le moral « dans les chaussettes », je déguste une spécialité perso : « la fondue italienne  à la Cécile ». Pâtes al dente, sauce tomate, crème fraîche, gruyère râpé, poivre 5 baies et je déguste le plat bien chaud quand que le fromage est complètement fondu. Et si j’ai besoin de réconfort en dehors des repas, c’est le chocolat et le café qui ont ma préférence.

 

Je suis accro au café

Je sais, ce n’est pas très bon pour la santé à fortes doses mais je soutiens financièrement les producteurs de café (lol !). En fait j’adore le café, les moments de détentes dans une brasserie autour d’un café. J’adore l’odeur du café chaud quand j’entre dans un endroit. Même lorsque je suis seule à la maison, le café descend à « vitesse grand V ».

 

Le matin, je me lève de bonne heure pour vous écrire et mon plaisir est de me poser au calme avec mon ordinateur et un bon café. Je démarre bien la journée comme ça. J’ai l’impression que sans cette petite tasse qui sent si bon à côté de mon ordinateur, ces moments d’écriture ne seraient pas pareils.

 

Je suis gourmande !

Je partage pleinement ce que m’a dit un jour une collègue : « une diététicienne qui n’est pas gourmande ne peut pas comprendre les patients ».

En effet, comment aider un patient si on n’éprouve pas également le plaisir de manger ? Pour ma part, je suis tombée dans le chaudron de la gourmandise toute petite. Même problème qu’Obélix mais sans la potion magique.

 

Mon péché mignon, c’est le chocolat. Et je sais que je ne suis pas la seule à craquer pour les délices au cacao ! Mais j’adore aussi une bonne paella, du fromage avec une bonne salade, la pâtisserie, une bonne pizza, une galette de sarrasin au saumon fumé, la tapenade « maison » de ma petite sœur, un chocolat chaud à la cannelle… Je réalise que je suis gourmande et je ne fréquente que des gens gourmands !

 

Je bois un verre de bon vin de temps en temps

Désolée de casser l’image de la diététicienne idéale qui « fait tout bien comme il faut » mais j’aime bien boire un verre de bon vin de temps en temps. Héritage de mon grand-père qui ne pouvait concevoir un bon repas sans un bon vin. Tout est dans la mesure, sans excès : je souhaite quand même prendre soin de mon foie !

 

Manger à sa faim est une priorité à mes yeux

Manger à sa faim est plus qu’important pour moi : je pense que cela doit passer avant les dépenses « superflues ».

Je peine à comprendre des patients qui me disent ne pas manger à leur faim mais qui dépensent des fortunes dans un téléphone portable ou un vêtement de marque qui coûte les yeux de la tête.

Je suis peut être « un peu vieux jeu » mais manger est un des besoins vitaux. Et puis je suis diététicienne, alors la nourriture et la meilleure alimentation possibles constituent une préoccupation constante.

Restons conscients que certaines situations financières sont compliquées et que parfois l’argent manque cruellement pour faire les courses, mais c’est un autre sujet.

 

Qu’est-ce que vous voulez manger ?

De temps en temps, ma tribu m’entend poser cette question. Cela vous étonne, n’est-ce pas ? Simplement parce que je ne veux pas décider toute seule des repas qui seront consommés par la famille.

Pour moi il est important d’avoir les avis de tout le monde. Parfois mon bocal à idées menus est un peu vide. La diététicienne que je suis n’est pas parfaite : la perfection n’existe pas !

 

Et vous, quels sont vos mots et vos maux sur votre alimentation ?

 

 

Belle journée gourmande à toutes et tous

NOTRE EXPERT

Cecile-Marie Magdelaine

  • Cécile Marie-Magdelaine, diététicienne

DERNIERS COMMENTAIRES

Pas de commentaire trouvé.