Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Médicaments et dispositifs > Traitements > L'homéopathie > Qu'est-ce que l'homéopathie ?

L'homéopathie 

Qu'est-ce que l'homéopathie ?

[ Publié le 17 février 2014 ]

L’homéopathie est une médecine fondée sur trois principes : la similitude, l’individualisation et l’infinitésimal.

 

Elle a été utilisée pour la première fois en 1796 par un médecin allemand, Samuel Hahnemann qui s’est alors appuyé sur le contenu de la première édition de son livre Organon de l’art de guérir.

 

Une méthode basée sur 3 principes

La similitude :

« Toute substance capable de provoquer chez l’homme sain et sensible un ensemble de symptômes est capable, à dose extrêmement faible (infinitésimale), de faire disparaître un ensemble de symptômes semblables chez l’homme malade. » 

 

En fait, le remède homéopathique appelé « Similimum » cherche à produire une réaction physiologique de l’organisme opposée aux symptômes déterminés chez le patient, permettant ainsi un rééquilibre fonctionnel et/ou organique de celui-ci.

 

La globalité :

L’homéopathe considère son patient dans sa totalité et analysera toujours les symptômes en les intégrant dans le corps entier.

 

L’individualisation :

Ce principe pose que le remède trouvé est celui du patient et non pas de sa pathologie. C’est pourquoi le médecin homéopathe réalise un questionnaire très complet afin de placer les symptômes décrits dans un ensemble.

L’individu est considéré dans sa totalité, à tous les niveaux.

  • Symptomatique ; corporel ; organique ; somatique.
  • Émotionnel ; psychologique.
  • Historique : où, quand, comment le trouble a-t-il débuté ?
  • Énergétique : notion de vitalisme (les phénomènes vitaux ne peuvent être réduits à un seul élément), énergie vitale, capacité de défenses immunitaires.

 

Ainsi, deux patients souffrant des mêmes symptômes pourront avoir des traitements homéopathiques différents.

 

L’infinitésimale :

Pour ne pas aggraver la maladie (sommation des effets), il est nécessaire d'utiliser des posologies inférieures à la dose expérimentale.

 

Pour éviter les intoxications lors des expérimentations sur l'homme sain, Hahnemann a été amené naturellement à réduire les doses administrées en les diluant.

 

Il a alors constaté que plus la dose expérimentale était diluée, plus les signes développés étaient nombreux, significatifs et dignes d'intérêt (plus profonds et de plus longue durée).

 

À dose pondérale, les signes observés sont superficiels et de courte durée (teinture mère, phytothérapie).

 

Une consultation complète et globale :

Le but de la consultation homéopathique est de prescrire un remède qui soit le plus adapté à la situation du malade.

Après un diagnostic médical clinique :

  • soit le patient nécessite d’une prise en charge thérapeutique en urgence (chirurgie, fracture, réanimation…),
  • soit le médecin est devant un cas de maladie fonctionnelle ou organique et va alors rechercher le similimum du patient.
 

Si prescrire un médicament selon son mode d’action pharmacologique est facile une fois que le diagnostic nosologique est posé, la prescription du similimum homéopathique repose sur un trépied :

  • L’interrogatoire et la compréhension des symptômes, selon une hiérarchisation précise :

puce grise établir quels sont les symptômes dont tenir compte et éliminer ceux qui n’ont pas de valeur, c’est-à-dire garder les symptômes dits modalisés ;

puce grise percevoir et comprendre la réactivité du patient, chaque patient ayant une réactivité propre face à un symptôme, une douleur...

  • La connaissance de la matière médicale : plus la connaissance et la compréhension des remèdes sont importantes, plus l’homéopathe sera apte à découvrir le bon remède.
  • La connaissance des règles de prescription, en particulier déterminer la dilution-dynamisation la plus efficace pour le cas, savoir quand renouveler la dose ou quand changer de dynamisation ou de remède...

 

Les médicaments homéopathiques

Ils peuvent être d’origine gazeuse, minérale, végétale ou animale. Contrairement à certaines idées reçues les remèdes ne doivent pas être donnés sur du long terme. La durée de traitement varie selon les remèdes (dilution hahnemannienne et korsakovienne), les symptômes (aiguës, chronique, subchroniques…), la pathologie traitée (physique, psychique) et la capacité réactionnelle du patient.

 

Pour en savoir plus, lire l’article Les médicaments homéopathiques.

Mots-clefs : Homéopathie , Médecine douce

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie