Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Un environnement sain pour mon enfant 

Autour de l'alimentation

[ Publié le 30 juillet 2014 ]

Ce que mange la future maman influe directement sur ce que va absorber le bébé. Or certains aliments peuvent aussi contenir des éléments potentiellement à risque pour la santé.

Cela dépend de leur nature, de leur lieu de production ou encore des méthodes de transformation et de préparation. Sans s’inquiéter outre mesure, la femme enceinte doit veiller à ce que son alimentation soit la plus saine possible.

 

Les points de vigilance

 

L’alimentation constitue une source d’exposition majeure aux substances polluantes : les aliments pénètrent dans notre corps, sont ensuite assimilés par l’organisme et certaines substances peuvent venir perturber son fonctionnement en se stockant dans certains organes au rôle clé comme les reins et le foie.

Il s’agit principalement des pesticides et des additifs alimentaires non naturels, parmi lesquels  les colorants, édulcorants, exhausteurs de goût, arômes, émulsifiants, gélifiants, stabilisants. Ils sont ajoutés aux aliments pour leur conférer certaines propriétés, et leur donner  couleur, goût, bonne apparence.

La règlementation européenne interdit les colorants et édulcorants dans les aliments destinés aux enfants en bas âge (moins de 3 ans), cependant on sait que sodas, confiseries et glaces sont prisées par eux. Il faut pourtant les limiter car colorants, conservateurs, sucres … entre dans la liste de leurs ingrédients.

 

Les contenants alimentaires en plastique (emballage, récipients de conservation, barquettes, biberons et vaisselle mélaminée…) pour bébé représentent aussi une source importante d'exposition aux perturbateurs endocriniens.
Qu’il s’agisse du PET polytéréphtalate d'éthylène issu du pétrole raffiné, du polycarbonate ou bien du polystirène, ou du polypropilène, dont voici les sigles respectifs,

img-logo-pet-01img-logo-other-07 img-logo-ps-06img-logo-pp-05


La migration de particules contenues dans le plastique vers les aliments est problématique. Ce phénomène est favorisé par une température élevée, lors du réchauffement aux micro-ondes par exemple.

 

Comment limiter les expositions

Rassurez-vous, vous n’allez pas intoxiquer toute votre famille si vous achetez des plats préparés ou si vous n’enlevez pas la peau de tous les fruits et légumes que vous achetez. Cependant, chacun peut agir pour limiter ces polluants, notamment  en variant son alimentation, ses lieux d’approvisionnement et en cuisinant un peu.

  • Laver soigneusement les fruits ou les légumes, s’ils sont traités chimiquement, pelez-les.
  • Varier au maximum votre alimentation
  • Privilégier les « plats fait maison » et les produits non transformés !
  • Réchauffer, si possible, les aliments ou vos boissons dans des récipients en verre ou céramique. Le plastique pourrait contenir du bisphénol A ou S, des substances pouvant perturber son système hormonal.
  • Privilégier les biberons en verre

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie