Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Bien vivre > Santé et Environnement > Pollution et santé > Substances polluantes de l'eau et effets sur la santé

Pollution et santé 

Substances polluantes de l'eau et effets sur la santé

[ Publié le 24 mai 2013 ]

Une attention particulière est portée à la qualité de l'eau en France. Des polluants y subsistent malgré tout présents dans les eaux destinées à l'alimentation mais aussi dans les eaux de baignade.

Principales substances polluantes de l'eau de boisson

En France, la qualité de l'eau est rigoureusement contrôlée, évitant les intoxications aiguës dues à la présence de fortes concentrations de polluants. Néanmoins, des cocktails de substances soupçonnées d'être néfastes pour notre santé sont présents dans nos eaux de boisson ou de baignade à de faibles concentrations, nous exposant à des "effets cocktail". En 2013, une enquête de l'association 60 millions de consommateurs, en partenariat avec la fondation France Libertés, a révélé des traces de biocides et de médicaments dans l'eau du robinet de plusieurs départements.

 

Parmi ces substances polluantes, nous retrouvons des traces ou de petites quantités des polluants ci-dessous.

  • L'aluminium suspecté de favoriser les maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson et la maladie d'Alzheimer. Les sulfates et les chlorures d'aluminium sont utilisés par certaines agglomérations pour éliminer les particules organiques de l'eau car ce sont des substances efficaces et peu coûteuses. Dans certaines communes, la teneur en aluminium est 11 fois plus élevée que les normes autorisées. Certaines villes, comme Paris, on remplacé les sels d'aluminium par du chlorure ferrique, moins toxique. 
  • Des bactéries qui provoquent des troubles intestinaux parfois très graves chez des personnes fragiles. La présence de bactéries est essentiellement due à un défaut de désinfection de l'eau (dosage de chlore insuffisant par exemple) ou à des canalisations endommagées. 
  • Des médicaments. Des cocktails de faibles doses d'œstrogènes et de médicaments utilisés dans la chimiothérapie sont retrouvés dans l'eau du robinet voire dans certaines eaux en bouteille. Peu d'études existent sur les impacts sur la santé humaine. Les scientifiques redoutent "l'effet cocktail". Déjà, des effets ont été observés dans les écosystèmes aquatiques comme une féminisation de certaines espèces de poissons, d'escargots ou de grenouilles. 
  • Des métaux lourds : le plomb, le cadmium, le nickel, le mercure, le chrome… Ces substances sont soupçonnées, selon les cas, de provoquer des troubles respiratoires et digestifs, des troubles nerveux et des réactions cutanées. Le chrome et le nickel sont soupçonnés d'être cancérigènes. 
  • Des nitrates. Transformés en nitrites par l'organisme, ils entravent le transport de l'oxygène par les globules rouges et sont responsables de la maladie bleu des nourrissons. Lorsqu'ils sont associés à certains pesticides, ces nitrites seraient cancérigènes, même à très faible dose. Les nitrosamines issues de la transformation des nitrates seraient cancérigènes.  
  • Des pesticides qui sont suspectés, pour plusieurs d'entre eux, d'être cancérigènes (ils provoquent des leucémies notamment), reprotoxiques et mutagènes. Ils provoquent également des troubles du système nerveux. Les scientifiques craignent surtout les effets de l'exposition à long terme et l'effet cocktail par mélange de plusieurs pesticides. 
  • La radioactivité dont la présence est directement liée à l'existence, dans certaines régions d'un sous-sol granitique riche en composés radioactifs. La présence de radioactivité dans l'eau de boisson est faible et aucune étude n'a pu faire le lien avec les cancers du système digestif. 
  • La sélénium, composé toxique des roches profondes, dont les effets sur la santé humaine n'ont jamais pu être évalués du fait des trop faibles concentrations auxquelles est soumise la population.

 

Les substances toxiques évoquées ci-dessus sont ingérées avec l'eau de boisson mais se retrouvent également dans nos assiettes car, difficilement biodégradables pour certaines, elles polluent les écosystèmes, les cultures, les rivières… et peuvent perdurer longtemps dans les ressources alimentaires. C'est par exemple le cas des polychlorobiphényles PCB pourtant interdits en France depuis 1987, qui continuent à imprégner certains poissons d'eau douce ou d'eau de mer.

 

Principales substances polluantes des eaux de baignade

  • La pollution microbiologique principalement due aux débordements des réseaux d'eaux usées en cas de fortes précipitations, aux mauvais raccordements d'habitations au réseau d'assainissement, aux rejets des stations d'épuration ou aux déjections animales… Au-delà d'une certaine concentration d'agents pathogènes peuvent apparaître des pathologies de la sphère ORL, des irritations des yeux, des maladies du système digestif… 
  • Les algues microscopiques qui se développent en mer comme en eau douce, faisant parfois varier la couleur de l'eau (brune, bleu, verte ou rouge). Cette prolifération est souvent due au changement de la qualité de l'eau (enrichissement en phosphore, azote…), à l'augmentation de la température et à une stagnation de l'eau… Certaines algues peuvent produire des toxines toxiques pour les baigneurs par inhalation ou par le biais de la consommation de coquillages filtreurs. Certains troubles digestifs aigus peuvent apparaître, voire des atteintes neurologiques. C'est par exemple le cas des algues vertes en Bretagne.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie