Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Rendez-vous experts > Vos questions sur la cigarette électronique - 31/05/17

Rendez-vous experts

Vos questions sur la cigarette électronique - 31/05/17

[ Publié le 31 mai 2017 ]

 

Expert : Dr Philippe Arvers, addictologue

 

picto-tchat Bonjour, quelles sont les risques sur la santé liés à la e-cigarette? Comme avec le tabac, y-a-t-il une addiction avec la e-cigarette?

Dr Philippe Arvers : La eCigarette, c’est une alternative au tabac, dans le cadre d’une réduction de risque. Le tabac est 100% mortel (un fumeur sur 2 mourra de son tabagisme) avec de nombreuses maladies respiratoires (BPCO, cancer broncho-pulmonaire, asthme) et cardiaques (infarctus du myocarde, AVC, artérite des membres inférieures) en particulier. Avec la eCigarette, pas de combustion et donc, pas de monoxyde de carbone (CO), ce qui est bon pour le cœur et le souffle qui revient, et beaucoup moins de substances irritantes et cancérogènes. J’en avais parlé dans un billet sur le blog Addictions de Priorité santé mutualiste en décembre 2014. Ainsi, on observe une réduction de la toux, des expectorations (crachats), avec une amélioration de la respiration et de la capacité respiratoire, et un retour du goût. Le ministère de la santé anglais (NHS) estime que le risque pour la santé est diminué de 95% avec la eCigarette, comparée au tabac, et que les médecins peuvent la prescrire à leurs patients.
La présence éventuelle de nicotine dans le eLiquide permet d’éviter les signes de manque, tout comme les traitements nicotiniques de substitution (TNS), c’est-à-dire les patchs et formes orales. Il faut rappeler que la plus grande majorité des vapoteurs sont des ex-fumeurs de tabac, plutôt que des personnes qui n’ont jamais fumé de tabac (chez qui la eCigarette pourrait être à l’origine d’une dépendance à la nicotine). Il faut dire également que la diffusion de la nicotine a été améliorée avec les eCigarettes de 2ème et 3ème générations (Hajek et al., 2017).L’association de TNS est possible avec la eCigarette, et le mieux est d’arrêter totalement de fumer du tabac.

 

picto-tchat Quels inconvénients avec la cigarette électronique par rapport avec le tabac ?

Dr Philippe Arvers : Citons tout d’abord les inconvénients décrits par certains, surtout au début : la sécheresse de la bouche et de la gorge ; ainsi qu’une sensation d’irritation ou de brûlure dans la gorge. Les responsables sont le propylène glycol et la glycérine végétale : il faut trouver un bon équilibre entre les deux. Dans l’arrière-gorge, c’est un picotement bien connu des fumeurs de tabac (le « throat hit ») qui n’est pas retrouvé ; le dosage en nicotine doit alors être revu à la hausse, pour retrouver cette sensation. Certains arrêtent même de vapoter et se remettent à fumer du tabac, s’ils ne retrouvent pas cette sensation.
Ensuite, et cela était mis en avant par Tabac info service dans les consultations téléphoniques en 2016, il y a la gestuelle qui est conservée, une dépendance comportementale.

 

picto-tchat Bonjour, j ai 44 ans , fumeur depuis l'âge de 16 ans j'ai arrêté il y a 3 ans et depuis je vapote. (sans aucune envie de reprendre la cigarette) Est ce que mes poumons seront des poumons d'un non fumeur dans 7 ans en continuant la cigarette électronique (je crois que la période après l'arrêt du tabac est 10 ans) ? Merci pour votre réponse

Dr Philippe Arvers : Premier constat : l’arrêt total du tabac depuis plus de 2 ans, même avec la vapote, ramène le risque de faire un AVC ou un infarctus du myocarde à celui d’un non-fumeur.
Second constat : en raison de la présence moindre d’irritants et de substances cancérogènes (de 9 à 450 fois moins) et de l’absence de combustion, on s’attend à ce que le retentissement sur les voies respiratoires soit moindre. En 2015, Riccardo Polosa a montré que les symptômes d’asthme et de bronchique chronique (BPCO) diminuaient à partir du 3ème mois, et encore à 6 et 12 mois après l’arrêt du tabac. Cela confirme les résultats observés par K. Farsalinos en 2014 auprès de 19 000 vapoteurs : 65,4% des fumeurs asthmatiques et 75,7 de fumeurs atteints de bronchite chronique (BPCO), ont vu selon eux leur état de santé s’améliorer, et pour les BPCO, cela a entraîné un arrêt de prise de médicaments. Rappelons que l’arrêt du tabac est le premier traitement de la BPCO !

 

picto-tchat Depuis 3 mois, j'ai stoppé le tabac (environ 7 cigarettes/jour) je suis passé à la cigarette électronique (6mg de nicotine). Je fais beaucoup de sport, environ 6h/semaine (footing, fitness, VTT et Handball). Depuis 1 mois, je ressens beaucoup plus de fatigue, je n'ai plus la même énergie qu'auparavant. J'ai beaucoup plus de mal à finir mes séances. Je me demandais si la cigarette électronique avait un lien de causalité avec cette fatigue. Et si oui quelles solutions me préconisez-vous ?

Dr Philippe Arvers : C’est un très bon résultat que l’arrêt du tabac en 3 mois, qui permet de retrouver le souffle (disparition du CO), et de reprendre une activité physique et sportive, comme vous l’avez fait. Cette activité sportive permet d’éprouver aussi du plaisir, par la libération d’endorphines.
Ce manque d’énergie, cette fatigue que vous ressentez peuvent être liées à un manque de nicotine ; le dosage que vous précisez (6mg), qui est un faible dosage, est peut-être insuffisant et responsable des symptômes que vous décrivez. Le passage à 8 ou 10mg doit être tenté, pour voir si les symptômes disparaissent. L’association à des substituts nicotiniques (patchs et formes orales) peut aussi être utile dans votre situation. Si cela persiste, parlez-en à votre médecin, qui proposera un bilan sanguin, s’il le juge utile.

 

picto-tchat La cigarette électronique peut-elle propager des cancers du palais?

Dr Philippe Arvers : Le cancer du palais, comme les autres types de cancers, touchant les voies aérodigestives supérieures (VADS) survient classiquement après l'âge de 50 ans, et particulièrement chez les personnes fumeuses ou alcoodépendantes.
Parmi les 4 000 substances présentes dans la fumée de tabac, il y a plus de 70 qui sont cancérogènes (S. Hecht, Nicotine & Tobacco Research, 2010). Parmi elles, le formaldéhyde, l’acétaldéhyde, le benzène, le benzopyrène et les nitrosamines (NNN et NNK, en particulier) se forment lors de la combustion du tabac
En raison de l’absence de combustion avec la eCigarette, la présence de substances cancérogènes est bien moins importante. Oui, il y a des aldéhydes qui se forment, mais en moindre quantité que dans la fumée du tabac : ainsi, ML Goniewicz (Tobacco Control, 2014) a montré que la teneur en formaldéhyde est divisée par 9 et celle de l’acétaldéhyde divisée par 450 !
Pour répondre alors à votre question : le risque avec la cigarette électronique est non nul, mais bien moins élevé qu’avec le tabac.

 

picto-tchat Je me suis mis à vapoter en me disant que ça m'aiderait à arrêter de fumer. J'ai bien réduit le nombre de vraies cigarettes (une dizaine / jour contre presque un paquet), mais là je stagne... Comment est-ce que je pourrai faire pour vraiment arrêter de fumer svp ? Est-ce qu'il faut arrêter les vraies cigarettes et la cigarette électronique en même temps ou les réduire l'une après l'autre ?

Dr Philippe Arvers : Ce que vous décrivez est fréquent, avec la eCigarette ou avec les substituts nicotiniques, quand on est dans une démarche de réduction de consommation plutôt qu’un arrêt brutal. Vous avez franchi une première étape : réduire de moitié votre consommation de tabac, en vapotant. L’étape suivante est de poursuivre progressivement cette diminution du tabac ou, ce qui me semblerait plus approprié, d’arrêter votre consommation de 10 cigarettes d’un coup. Pour cela, l’association à des substituts nicotiniques pourrait vous aider (formes orales seules ou associées à des patchs). D’autre part, le dosage en nicotine pourrait aussi être augmenté, afin de « transformer l’essai » et de devenir un ex-fumeur. Les bénéfices pour la santé sont observables quand l’arrêt total du tabac est obtenu.

 

picto-tchat J'ai entendu dire que continuer à vapoter alors que le réservoir de la cigarette électronique est vide est dangereux ? Qu'en pensez-vous ?
Il existe une multitude de recharge pour les cigarettes électroniques, existe-t-il des différences ? Faut il faire attention à certains composants ?

Dr Philippe Arvers : Mon collègue le Pr Dautzenberg dit à ce sujet : « c’est comme conduire une voiture automobile à 250 Km/heure avec un bandeau sur les yeux ». Et JF Etter, interrogé sur le sujet, avait dit : « Comme dit mon collègue Konstantinos Farsalinos, c’est comme carboniser un steak et ensuite tester s’il y a des substances cancérigènes. Mais personne ne mangera jamais ce steak. »
L’acroléine est très facilement détectable par votre organisme. Son odeur âcre et son caractère très irritant vous feront passer de bien désagréables secondes si vous avez la vapote malheureuse (dry hit). Car la réalité est que lorsqu’on vapote avec une cartouche de eliquide vide (dry puffing), le taux de formaldéhyde est très élevé. MAIS aucun vapoteur ne peut supporter une telle fumée.
Donc, laisser brûler un réservoir vide est possible, mais juste impossible à inhaler cette fumée ; de la même manière, faites brûler du beurre dans une poêle et essayer d’ingurgiter cette mixture noircie.
Parmi les très nombreuses recharges, il faut privilégier celles fabriquées en France et qui respectent les normes AFNOR qui existent depuis 2016. La composition précise y est indiquée, et le risque de fuite est maintenant quasi-nul.

Quant aux arômes, il faut éviter « tabac » et « menthol », car il sera plus difficile d’arrêter de vapoter.

 

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

CHOISIR

« Se brosser les dents, c’est important ! »

ECHANGER