Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Rendez-vous experts > Comment chasser les polluants de votre quotidien ? - 19/01/17

Rendez-vous experts

Comment chasser les polluants de votre quotidien ? - 19/01/17

[ Publié le 19 janvier 2017 ]

Expert : Catherine Motte, conseillère médicale en environnement intérieur

 

picto-tchat  Quelles plantes vertes sont efficaces pour chasser les polluants dans la maison ?

Catherine Motte : L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) considère que l'argument « plantes dépolluantes » n'est pas validé scientifiquement au regard des niveaux de pollution généralement rencontrés dans les habitations et des nouvelles connaissances scientifiques dans le domaine. Certaines plantes pourraient avoir une capacité de neutralisation de particules et composés organiques volatils, mais il en faudrait un grande nombre dans chaque pièce pour que la qualité de l'air soit modifiée significativement. De plus, trop de plantes dans un logement surexpose les habitants aux moisissures présentes sur la surface de la terre qui sont allergisantes. Se limiter à cinq plantes maximum par logement est raisonnable.

 

picto-tchat  Quel est le moment de la journée le plus favorable pour aérer son logement ? La météo a-t-elle une incidence (pluie, brouillard, soleil ou vent) ?

Catherine Motte : L'idéal est d'aérer chaque pièce du logement 10 minutes deux fois par jour (matin et soir). En période hivernale, on préfèrera aérer aux heures les moins froides, à la mi-journée. La météo extérieure, parfois humide, peut dissuader d'aérer. Pourtant, cette action permet un renouvellement de l'air et d'évacuer toute l'humidité générée par nos différentes activités (respiration, transpiration, douche, cuisson des aliments, lessive, lave-vaisselle, etc.). En 10 minutes, l'intérieur ne sera que peu refroidi et un air assaini et déchargé de son humidité assurera un meilleur rendement du système de chauffage.

 

picto-tchat  Si on dispose d'une VMC dans un logement, est-il nécessaire d'aérer quotidiennement ?

Catherine Motte : Oui. La VMC fonctionne en continu, elle gère la ventilation et elle est obligatoire dans les pièces d'eau (cuisine, salle de bain et WC) depuis 1982. Son action de ventilation doit être complétée par l'aération, en ouvrant les fenêtres, ce qui permet le renouvellement de l'air dans chaque pièce et l'évacuation de l'humidité.

 

 picto-tchat  Comment mesurer le taux de pollution de son logement  ? 

Catherine Motte : Chacun peut mesurer la température et le taux d'humidité dans chaque pièce pour vérifier si le logement est propice au développement de certains polluants (si la température supérieure à 21°C et le taux d'humidité supérieur à 55 %, le risque est accru). Si une gêne est identifiée ou suspectée, on peut faire appel à des professionnels qui disposent d'appareils permettant d'explorer l'air ambiant en mettant en évidence par aspiration ou exposition temporaire de certains supports qui seront ensuite analysés en laboratoire pour identifier certains produits et/ou quantifier leur taux de concentration.

 

picto-tchat  Est-il dangereux de laver les carrelages à l'eau de Javel ?

Catherine Motte : L'eau de Javel est un produit antifongique (qui supprime les moisissures) et désinfectant. Elle peut être réservée pour assainir les sanitaires. Pour les sols, des produits éco labellisés peuvent mieux convenir, tels que ceux à base de savon noir, associé à du bicarbonate et à du vinaigre blanc.

 

picto-tchat  Qu'est-ce qui peut-être nocif malgré une bonne aération du logement ?

Catherine Motte : Une bonne aération permet d'évacuer l'humidité ainsi que certaines particules irritantes et polluantes. Le premier polluant dans les logements reste la fumée de tabac. Il faut également être vigilant sur les appareils de chauffage, les matériaux de décoration et un nombre trop important de plantes d'intérieur dans la maison. Limiter certains irritants tels que les parfums d'intérieur, les bougies parfumées, les encens et les huiles essentielles optimise la qualité de l'air intérieur.

 

picto-tchat Comment obtenir un taux d'humidité convenable dans la maison en période de chauffe (thermostat sur 19°C en journée et 17°C la nuit) ? Faut-il employer un brumisateur ?

Catherine Motte : En période de chauffe, une aération quotidienne et l'utilisation de saturateurs positionnés sur les radiateurs peuvent apporter un taux d'humidité convenable.

 

picto-tchat  Existe-t-il un moyen de dépolluer naturellement l'intérieur d'une maison (diffuseurs, plantes, etc.) quand on se chauffe au bois de cheminée avec un foyer fermé ?

Catherine Motte : C'est grâce à une bonne aération deux fois par jour de la pièce dans laquelle se trouve l'appareil de chauffage que l'air sera assaini. Il faut être vigilant sur le fait que cette pièce soit bien pourvue d'une entrée d'air frais et que l'appareil soit convenablement entretenu, les joints d'étanchéité régulièrement renouvelés, et le ramonage effectué annuellement.

 

picto-tchat  Pour quels types de nettoyage les produits naturels (style vinaigre blanc) sont-ils conseillés ? Quels sont les produits naturels pour assainir l'air ?

Catherine Motte : Il est possible de fabriquer soi-même des produits d'entretien respectueux de l'environnement et non émissifs, tels que le liquide vaisselle, la poudre pour lave-vaisselle, le nettoyant pour les sols, le produit pour les vitres, la lessive en gel, la crème à récurer ou le nettoyant désinfectant à base de vinaigre blanc et de savon noir. Aucun produit, même naturel, ne peut assainir l'air. Un air sain est un air renouvelé régulièrement, sans odeur.

 

picto-tchat  Comment vivre le plus sainement chez soi pour éviter les bronchites quand on est asthmatique ?

Catherine Motte : Il faut identifier quels sont les produits ou les habitudes de vie qui déclenchent l'asthme et ensuite mettre en place des stratégies pour éviter ou limiter l'exposition.

 

picto-tchat  Où trouve ton des PCB ?

Catherine Motte : Les PCB (polychlorobiphényles) et les PCT (polychloroterphényles), désignés par l’abréviation « PCB », ont été fabriqués industriellement à partir de 1930. Leur production est arrêtée depuis les années 80. Les PCB sont plus souvent connus en France sous la dénomination de pyralène, arochlor ou askarel, mais également sous d’autres noms commerciaux.

Leur stabilité chimique et leur ininflammabilité ont conduit à utiliser ces produits principalement comme fluides diélectriques (huiles) dans les transformateurs et les condensateurs, mais également dans certains radiateurs ou autres équipements électriques. Ils ont été largement utilisés comme lubrifiants dans les turbines et les pompes, dans la formation des huiles de coupe pour le traitement du métal, les soudures, les adhésifs, les peintures et les papiers autocopiants sans carbone.

 

picto-tchat  Quels sont les organismes ou professionnels qui conseillent sur la qualité de l'air intérieur et extérieur (expertise et suivi thérapeutique) ? L'objectif étant d'éviter des conjonctivites allergiques.

Catherine Motte : Le métier de conseiller médical en environnement intérieur (CMEI) correspond tout à fait à cet objectif. Il est porté par différents organismes et se développe dans toutes les régions. La liste de ces professionnels est consultable sur le site Internet : cmei-france.

 

picto-tchat  Les produits de beauté, de maquillage et les produits de soins (ex: gels douche, démêlants cheveux, déodorants, laques, parfums, sprays) sont-ils des polluants comme les produits ménagers ?

Catherine Motte : Il est important d'avoir un regard critique sur certains de ces produits car ils sont polluants, voir nocifs pour la santé. Il est préférable de choisir des produits simples, tels que le savon en pains et des produits naturels, peu parfumés, portant la norme NF et Eco labellisés.

 

picto-tchat  Quels sont les produits ménagers non polluants pour notre intérieur ?

Catherine Motte : Les produits ménagers non polluants pour notre intérieur sont constitués de savon noir, de bicarbonate de soude et de vinaigre blanc. On en trouve dans le commerce mais ils sont aussi faciles à faire soi-même. Les recettes sont disponibles sur Internet. Ces produits sont économiques.

 

picto-tchat  De nouveaux compteurs électriques Lincky sont installés en France. Au Canada, ils sont décriés car ils auraient un impact sur la santé (beaucoup de victimes par cancer depuis leur installation en 2011) et sur le logement (dysfonctionnements et pannes d'appareils). Quelles précautions doivent être prises ?

Catherine Motte : Ces appareils font polémique. Certaines mairies organisent des séances publiques sur le fonctionnement de ce compteur, les conséquences de son installation sur les appareils électriques de la maison et sur la santé des usagers. Certaines communes refusent collectivement l'installation du Lincky. Individuellement, il est possible de refuser l'installation de cet appareil chez soi. Il faut savoir que la règle est la même, qu’il s’agisse d’un compteur classique ou de Lincky : le compteur électrique n'appartient pas aux propriétaires ou locataires du logement. L’article 6-2 des conditions générales de vente d’EDF précise que « le dispositif de comptage est fourni et posé par ERDF. Il fait partie du domaine concédé ». L’article 6-3 ajoute que « le dispositif de comptage est entretenu, vérifié et renouvelé par ERDF ». EDF parle de « domaine concédé » car le compteur n’est pas la propriété de sa filiale ERDF, mais appartient aux collectivités locales. Il est possible de refuser la pause de ce type de compteur. Dans l’immédiat, il ne peut pas y avoir de conséquence. ERDF a 35 millions de compteurs à poser et ne va sans doute pas perdre de temps à tenter de convaincre les récalcitrants. A l’avenir, cela pourrait être différent. Toutes les opérations se faisant à distance avec Lincky, les déplacements pour les relevés de compteurs qui auraient dû être changés pourraient ainsi être facturés. Et le jour où l’ancien compteur tombera en panne, le Lincky sera imposé.

 

picto-tchat  Que conseillez-vous lorsqu'il y a présence de peintures au plomb dans un appartement ?

Catherine Motte : La peinture au plomb est interdite depuis 1949 mais de nombreuses études réalisées par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) et l’École des hautes études en santé publique (EHESP) révèlent que son usage n’a véritablement diminué qu’au cours des années 1970, et que l’on en trouvait encore en vente libre au début des années 1990. Il faudra attendre 1993 pour voir les peintures au plomb définitivement interdites sur le marché français. Pour assainir l'appartement, il faudra entreprendre des travaux qui seront longs et nécessitant une mise en place particulièrement méthodique pour éviter tout risque supplémentaire pour les habitants et les professionnels travaillant sur le chantier. Ils consistent à éliminer toute présence de plomb en ponçant et en décapant les parois ou, dans les cas les plus extrêmes, en les démolissant pour les remplacer par des matériaux sains. À noter que l’Agence nationale de l’habitat (Anah) peut accorder aux propriétaires (bailleurs ou occupants) et aux syndicats de copropriété des subventions pour la réalisation du diagnostic, mais aussi pour les travaux préconisés. Cela dépend notamment des ressources du foyer et il est possible d’effectuer une simulation d’aides financières par téléphone, au 0 820 15 15 15 ou sur le site de l’Anah, à la rubrique « vos aides ».
Parmi les nombreux diagnostics à établir lors d’une vente ou d’une location, un constat de risque d’exposition au plomb (CREP) doit être annexé à la promesse de vente ou au contrat de bail pour toute construction réalisée avant le 1er janvier 1949. Et dans le cas où ce CREP établit la présence de plomb à des concentrations supérieures au seuil réglementaire
(1 mg/cm²), il est alors urgent et obligatoire d’effectuer des travaux visant à supprimer le risque d’exposition. En cas de vente, l’obligation des travaux revient au nouveau propriétaire mais pour une location, c’est au propriétaire bailleur de s’y soumettre. Les parties communes sont, quant à elles, régies par la copropriété.

 

picto-tchat  Le babyphone est-il néfaste pour la santé du bébé ?

Catherine Motte : Certaines précautions sont à prendre dans le choix et l'utilisation d'un babyphone. Il est préférable de choisir un babyphone analogique, nettement moins émissif d'ondes néfastes. Un babyphone doté de la fonctionnalité  "Vox" ou de déclenchement à la voix diminue les effets nocifs des ondes propagées. Enfin, positionnez le babyphone à un ou deux mètres de la tête du bébé (pour qu'il reste suffisamment efficace tout de même) car plus vous éloignez l'enfant de la source, plus l’intensité du champ électromagnétique diminue, et bébé est donc moins exposé. Il faut savoir que les babyphones avec surveillance vidéo sont plus émissifs que les babyphones n'ayant qu'un fonctionnement audio.

 

picto-tchat  Quels types de peintures privilégier dans un appartement ?

Catherine Motte : En raison de l’importance des surfaces recouvertes et de l’impact sanitaire de ces produits, les peintures intérieures des murs et des plafonds méritent une attention particulière, surtout lorsque l'appartement accueille des personnes vulnérables comme les enfants, les personnes âgées, les allergiques ou tout usager présentant des problèmes de santé. Depuis le 1er janvier 2012, les produits de construction et de décoration sont munis d’une étiquette qui indique, de manière simple et lisible, leur niveau d’émission en polluants volatils. Les produits concernés par cette nouvelle réglementation sont les produits de construction ou de revêtement des parois amenés à être utilisés à l’intérieur des locaux, ainsi que les produits utilisés pour leur incorporation ou leur application. Sont ainsi concernés les cloisons, les revêtements de sols, les isolants, les peintures, les vernis, les colles, les adhésifs, etc. dans la mesure où ceux-ci sont destinés à un usage intérieur.


Le niveau d’émission du produit est indiqué par une classe allant de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions), selon le principe déjà utilisé pour l’électroménager ou les véhicules.
Les consommateurs disposent ainsi d’une information transparente qui peut constituer un nouveau critère de sélection. Les maîtres d’ouvrage (collectivités notamment) peuvent également prendre en compte la qualité de l’air intérieur comme critère dans leurs appels d’offre pour la construction ou la rénovation de bâtiments.

 

picto-tchat  Comment éviter les acariens dans sa literie ?

Catherine Motte : Les acariens apprécient particulièrement les endroits chauds et humides. On les trouve principalement dans les chambres et sur les supports textiles (tapis, moquettes, canapés, etc.). Certains produits acaricides sont vendus mais leur efficacité est discutée. Il est préférable de prendre quelques précautions telles que :

  • limiter la température dans les chambres à 19°C maximum,
  • veiller à ce que le taux d'humidité soit inférieur à 60 % (la buée sur les fenêtres témoigne d'un taux d'humidité trop élevé),
  • aérer quotidiennement toutes les pièces de la maison et notamment les chambres,
  • laver les draps tous les 15 jours et profiter de ce changement pour aspirer le matelas,
  • laver les couettes et oreillers si possible à chaque changement de saison (tous les 3 mois), en préférant la laverie au pressing,
  • utiliser pour la literie des housses anti-acariens (qui existent pour le matelas, la couette et les oreillers). Totalement hermétiques aux allergènes, elles ont une efficacité validée scientifiquement. Elles sont en vente en pharmacie et parapharmacie et elles constituent une barrière physique totalement efficace contre les acariens. On les lave deux fois par an à 60°C. Elle sont garanties 10 ans. La housse pour le matelas est prioritaire, les housses pour les oreillers et la couette sont optionnelles s'ils sont lavés tous les 3 mois.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

ECHANGER