Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Maux et Maladies > Maladies - Examens > Accident Vasculaire Cérébral (AVC) > Quels sont les facteurs de risque d'accident vasculaire cérébral ?

Accident Vasculaire Cérébral (AVC) 

Quels sont les facteurs de risque d'accident vasculaire cérébral ?

[ Publié le 2 mai 2011 - mis à jour le 27 septembre 2016 ]

Classiquement il existe 13 facteurs de risque d’AVC : trois ne sont pas modifiables ce sont l’âge, le sexe et la famille, et dix sont modifiables dépendant du comportement individuel, ce sont le tabac, le cholestérol, le diabète, l’hypertension artérielle, le stress psychosocial, la sédentarité, l’obésité abdominale, une alimentation pauvre en fruits et légumes, l’alcool et les causes cardiaques dont la fibrillation atriale qui serait à elle seule responsable d’un AVC ischémique sur 5. Dix de ces facteurs de risque acquis concourent à 90 % de l’ensemble des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

 

Il y a trois facteurs sur lesquels on ne peut pas agir : l’âge (le vieillissement entraîne altération et épaississement des parois des artères), le sexe (les femmes sont plus à risque d’AVC que les hommes), et la famille (terrains héréditaires, génétiques qui augmentent le risque de chaque membre de la famille).

 

Mais il y a surtout 10 facteurs sur lesquels chacun peut agir et qui dépendent de nos comportements. Ces facteurs isolés ou associés sont responsables de 90 % des AVC suivant l’étude internationale « INTERSTROKE ».

 

L’hypertension artérielle (HTA) est le premier facteur de risque d’AVC, il est responsable de 44,5 % des AVC hémorragique et de 31,5 % des AVC ischémiques. L’HTA multiplie le risque d’AVC par 9 avant 45 ans et il le multiplie par 4 chez les plus de 45 ans.

 

La sédentarité, c'est-à-dire l’absence d’activité physique journalière (moins de 30 minutes par jour) est responsable de 29 % des AVC. Une activité physique régulière diminue d’un tiers le risque d’AVC.

 

L’obésité abdominale, évaluée par le rapport tour de taille/tour de hanche, elle contribue à hauteur de 27 % de l’ensemble des AVC. En revanche, il n’y a pas de lien entre l’IMC (poids/taille au carré) indicateur global de surpoids ou d’obésité et le risque d’AVC.

Les dyslipidémies ou l’excès de mauvais cholestérol (LDL cholestérol) est responsable de 25 % des AVC.

 

Le tabac est responsable de 19 % des AVC. Le risque augmente avec le nombre de cigarettes par jour, encore plus étroitement pour les AVC ischémiques (21,4 %) qu’hémorragiques (9,5 %). Globalement, le tabagisme multiplie par 2 le risque d’AVC.

 

Une alimentation journalière pauvre en fruits et légumes est responsable de 19 % des AVC. L’augmentation de la consommation de fruits et de poisson est associée à une réduction du risque d’AVC.

 

L’arythmie par fibrillation atriale (FA) qui est le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent constitue le premier facteur de risque d’origine cardiaque ; en France, la FA est responsable d’un AVC toutes les 20 minutes. La FA multiplie par cinq le risque de faire un AVC ischémique. Des données récentes considèrent l’arythmie par fibrillation atriale comme responsable de 1 AVC ischémique sur 5. Le dépistage et le traitement de ce trouble du rythme souvent asymptomatique doit être optimisé.

 

Le stress psychosocial (dont la dépression) est responsable de 5 % des AVC.

Le diabète est responsable lui aussi de 5 % des AVC.

L’alcool est responsable de 4 % des AVC. En termes d’AVC hémorragique, le risque croît avec la consommation d’alcool, quel que soit le niveau de consommation ; l’alcool est responsable de 14,6 % des AVC hémorragiques. Le fait de consommer moins de 30 verres d’alcool par mois réduit le risque d’AVC ischémique, en revanche plus de 30 verres par mois ou s’adonner au « binge drinking » majore ce risque ischémique.

 

Le facteur de risque d’AVC hémorragique le plus fréquent reste le traitement anticoagulant. Par rapport aux anticoagulants de référence (les antivitamine K), les nouveaux anticoagulants actifs par voie orale ont montré une réduction de 50% du risque d’hémorragie cérébrale.  

D’autres facteurs interviennent dans le risque d’AVC hémorragique : l’existence d’une malformation vasculaire de type anévrisme située au niveau des artères intracérébrales, des troubles de la coagulation…

 

Tout récemment une étude internationale, la « Global Burden of Disease Study 2013 » a évalué de 1990 à 2013 le fardeau des AVC et de leurs facteurs de risque dans 188 pays. Cette étude montre le poids respectif de 17 facteurs de risque dans leur contribution au risque d’AVC. Comme dans l’étude INTERSTROKE, cette étude montre que 90.5% des AVC sont attribuables à des facteurs de risque modifiables ; 74.2% des AVC sont dus à des facteurs liés au comportement (tabac, mauvaise alimentation, et faible activité physique, 72.4% des AVC sont dus aux facteurs métaboliques (hypertension artérielle, surpoids et obésité, hyperglycémie, dyslipidémie, et insuffisance rénale) et 33.4% des AVC sont dus aux facteurs environnementaux avec en particulier la pollution de l’air qui serait à elle seule responsable de 29.2% des AVC.  

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

logo_3935_ColDroite



Cholestérol, hypertension : votre médecin vous conseille de perdre du poids.

Nos diététiciennes vous aident à modifier vos habitudes alimentaires !

En savoir plus

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Cholestérol, hypertension : votre médecin vous conseille de perdre du poids.

Nos diététiciennes vous aident à modifier vos habitudes alimentaires !

En savoir plus

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie

ECHANGER