Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Maux et Maladies > Maladies - Examens > Accident Vasculaire Cérébral (AVC) > Qu'est-ce qu'un Accident Vasculaire Cérébral ?

Accident Vasculaire Cérébral (AVC) 

Qu'est-ce qu'un Accident Vasculaire Cérébral ?

[ Publié le 2 mai 2011 - mis à jour le 27 septembre 2016 ]

L’accident vasculaire cérébral (AVC), qu’on appelle aussi attaque cérébrale, survient quand, brutalement la circulation cérébrale est interrompue soit dans 80 % des cas parce qu’une artère du cerveau s’est bouchée, on parle d’AVC ischémique, soit dans 20 % des cas parce qu’une artère s’est rompue, on parle d’AVC hémorragique. Parfois, l’accident ne dure que quelques minutes ou quelques heures, on parle alors d’accident ischémique transitoire (AIT). L’accident vasculaire cérébral peut être cause de lourd handicap, car il peut toucher certaines fonctions neurologiques et entraîner des séquelles neurologiques.

 

 

L’accident vasculaire cérébral (AVC), qu’on appelle aussi attaque cérébrale, survient quand brutalement la circulation cérébrale est interrompue soit parce qu’une artère du cerveau s’est bouchée (on parle d’occlusion) soit parce qu’une artère s’est rompue (on parle d’hémorragie). En aval de cette lésion artérielle, les différentes parties du cerveau ne reçoivent plus de sang, ce qui les prive de leur apport vital en oxygène, causant leur dysfonctionnement puis leur mort en quelques minutes.

 

Il existe 2 types d’accident vasculaires cérébraux :

Les accidents vasculaires cérébraux ischémiques ou infarctus cérébraux (80 % des accidents vasculaires cérébraux) qui sont dus à une artère bouchée soit par une plaque riche en cholestérol (athérosclérose), on parle de thrombose cérébrale (40 à 50 % des AVC) soit par un caillot de sang, venu obstruer l’artère, il s’agit alors d’une embolie cérébrale (30 % des AVC). Cette embolie est souvent liée à un trouble du rythme cardiaque, l’arythmie par fibrillation atriale qui, suivant des données récentes, serait responsable d’un AVC ischémique sur 5.  

 

Les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques (20 % des accidents vasculaires cérébraux) qui sont la conséquence de la rupture d’une artère, déclenchant une hémorragie intracérébrale pouvant être due à une rupture d’anévrisme. La cause la plus fréquente d’AVC hémorragique est un traitement par anticoagulant. Récemment, par rapport aux antivitamine K, les anticoagulants de référence, les nouveaux anticoagulants actifs par voie orale ont montré une diminution de 50% du risque d’hémorragie cérébrale.  Lorsque l’obstruction de l’artère cérébrale se résorbe d’elle-même et ne provoque pas de séquelle, on parle d’accident ischémique transitoire (AIT). Ses symptômes sont les mêmes que l’AVC, mais ils durent de quelques minutes à quelques heures avant le retour à la normale. L’AIT peut donc passer inaperçu. Des études réalisées entre 1997 et 2003 ont estimé que, dans les trois mois qui suivent un AIT, le risque d’avoir un AVC ou un accident coronaire était de 12 à 20% ce qui représente un risque très élevé. Devant les signes d’AIT, le score ABCD² permet de stratifier le risque d’avoir un AVC : ce score international repose sur l’âge, la pression artérielle, les symptômes, la durée de ces symptômes, l’existence d’un diabète ou pas. Ce score peut aller de 0 à 7 ; quand ce score est de 4 ou plus le risque d’AVC est majeur, et il est recommandé une prise en charge en milieu spécialisé dans les 24 heures qui suivent les symptômes.   

 

AVC en France : les chiffres

En 2013, en France 130 457 patients ont été une hospitalisés pour maladie cérébrovasculaire (hors AIT) soit « 1 AVC toutes les 4 minutes ». Pour 108 499 patients, le diagnostic principal était un AVC avéré. Les taux de patients hospitalisés étaient plus élevés chez les hommes que chez les femmes, que le diagnostic soit une maladie cérébrovasculaire ou un AVC.

En 2011, en France, le nombre de décès par maladie cérébrovasculaire s’élevait à 32 541 dont 58 % de femmes. Les AVC représentaient près de 90 % des décès par maladie cérébrovasculaire avec 28 461 décès en 2011 dont 11 973 chez les hommes et 16 488 chez les femmes. Après standardisation sur l’âge, les hommes avaient un taux de mortalité par maladie cérébrovasculaire et par AVC supérieur à celui des femmes.

Les AVC sont des pathologies graves, handicapantes et fréquentes. En France, ils représentent la première cause de handicap moteur non traumatique, la deuxième cause de démence derrière la maladie d’Alzheimer et la première cause de mortalité chez les femmes (la troisième chez les hommes).

 

Les accidents vasculaires cérébraux sont souvent responsables de séquelles lourdes, l’accident pouvant toucher des grandes fonctions neurologiques telles que :

  • la motricité : hémiplégie Paralysie affectant la moitié (gauche ou droite) du corps. (Source : Larousse ©) Voir la définition  

    [ Publié le 27 octobre 2011 ]
  • la sensibilité : anesthésie, douleur
  • le langage : aphasie Trouble ou perte de l'expression et de la compréhension du langage acquis, parlé ou écrit, indépendants de tout état démentiel, atteinte sensorielle ou dysfonctionnement de la musculature pharyngolaryngée (dysphonie). (Source : Larousse ©) Voir la définition  

    [ Publié le 27 octobre 2011 ]
     
  • la vision : la déficience visuelle

 

Après l’AVC, les dépressions sont fréquentes. Seulement 41 % des AVC n’ont plus de symptômes après leur accident, 25 % ont un handicap léger ou modéré, et 34 % ne peuvent marcher sans assistance.

 

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

logo_3935_ColDroite



Cholestérol, hypertension : votre médecin vous conseille de perdre du poids.

Nos diététiciennes vous aident à modifier vos habitudes alimentaires !

En savoir plus

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Cholestérol, hypertension : votre médecin vous conseille de perdre du poids.

Nos diététiciennes vous aident à modifier vos habitudes alimentaires !

En savoir plus

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie

ECHANGER