Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Maux et Maladies > Maladies - Examens > Analyses par prélèvement > Comment analyse-t-on un prélèvement ?

Analyses par prélèvement 

Comment analyse-t-on un prélèvement ?

[ Publié le 17 juillet 2013 ]

Chaque type de prélèvement, selon la nature et l’emplacement de l’échantillon recherché, fait appel à une technique particulière, mise en œuvre par le patient lui-même, le médecin dans son cabinet, l’infirmière ou le biologiste dans un laboratoire, ou encore le chirurgien à l’hôpital.

Les analyses des prélèvements effectués font appel à différentes techniques.

 

Réaction chimique 

On trempe une bandelette imprégnée d’un réactif chimique dans le liquide à analyser. En quelques minutes, le changement de couleur, visible à l’œil nu, indique le résultat. C’est la méthode utilisée pour les autotests et les tests de détection rapide (TDR) pour la gorge.

 

Automates multiparamétriques

De nombreuses analyses sont effectuées par des automates, imposantes machines appelées « analyseurs ». C’est le cas, notamment, de la plupart des analyses d’urine, ou bien de celles qui sont demandées dans le cadre d’un bilan sanguin. Par exemple : 

  • analyses biologiques destinées à quantifier les différents composants du sang (glycémie, cholestérol…) ou de l’urine (acide urique, potassium…) ;
  • analyses cytologiques, qui étudient le nombre et le volume des cellules de l’urine ou du sang.
  • analyses de biologie moléculaire : les molécules d’ADN étant trop petites pour être observées au microscope, l’ADN d’un patient est extrait, amplifié, puis séquencé. Il est ensuite introduit dans un automate pour analyse, ce qui  permet de cibler les anomalies moléculaires, et d’adapter le traitement de certains cancers. 

 

Mise en culture 

Pour rechercher le germe responsable d’une infection, on laisse se développer les cellules présentes dans l’échantillon. C’est ce qui se pratique pour l’analyse des selles (coproculture). Un appareil appelé spectromètre de masse permet, ensuite, d’identifier le germe recherché par des mesures physiques.

 

Examen au microscope 

Les appareils utilisés peuvent grossir jusqu’à 1000 fois l’échantillon. Une préparation spécifique du prélèvement est nécessaire afin de le conditionner pour l’examen. Une très fine lamelle de ce prélèvement est ensuite déposée sur une lame de verre. On met alors sur l’échantillon des anticorps ou des réactifs chimiques qui colorent les cellules que l’on souhaite rendre visibles au microscope. 

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie