Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Maux et Maladies > Maladies - Examens > Analyses par prélèvement > Comment fait-on un prélèvement ?

Analyses par prélèvement 

Comment fait-on un prélèvement ?

[ Publié le 17 juillet 2013 ]

Chaque type de prélèvement, selon la nature et l’emplacement de l’échantillon recherché, fait appel à une technique particulière, mise en œuvre par le patient lui-même, le médecin dans son cabinet, l’infirmière ou le biologiste dans un laboratoire, ou encore le chirurgien à l’hôpital.

 

Les autotests 

Le patient plonge lui-même une bandelette imprégnée d’un réactif chimique dans le liquide prélevé. C’est la méthode utilisée pour les tests de grossesse ou pour contrôler sa glycémie en cas de diabète.

 

Le recueil simple 

Les urines et les selles sont collectées par le patient, dans les conditions demandées par le laboratoire. Le récipient doit être propre (ou bien fourni par le laboratoire). Les conditions de collecte peuvent varier selon ce qu’on recherche : restrictions alimentaires, première urine du matin ou en milieu de jet, par exemple. L’échantillon doit être apporté le plus rapidement possible au laboratoire, où il sera soigneusement étiqueté du nom du patient et d’un numéro d’identification.

 

La prise de sang

Elle s’effectue dans un laboratoire d’analyses médicales, à l’hôpital ou à domicile. Le prélèvement est effectué au pli du coude. Elle nécessite en règle générale d’être à jeun. 

 

Le frottis 

Un écouvillon, petite brosse stérile semblable à un coton-tige, permet de détacher quelques cellules superficielles :

 

  • sur les amygdales, pour détecter si une angine est bactérienne ou virale en vue de décider ou non la prescription d’antibiotiques ;
  • au fond du vagin, sur le col de l’utérus, pour dépister un éventuel cancer. Pour l’atteindre, le gynécologue utilise un spéculum, instrument qui lui permet d’écarter les parois du vagin ;
  • à l’intérieur de la joue, pour des analyses d’ADN. 

 

La ponction 

Le prélèvement s’effectue à l’aide d’une aiguille très fine et creuse, par laquelle le liquide recherché peut s’écouler pour être recueilli dans un flacon (la classique « prise de sang » est d’ailleurs une ponction veineuse). On distingue :

  • la ponction lombaire. Elle est pratiquée dans la colonne vertébrale, afin de prélever du liquide céphalorachidien. Elle nécessite de rester quelques heures alité à l’hôpital ;
  • l’amniocentèse. Réalisée sous échographie, elle consiste à prélever du liquide amniotique dans le ventre de la femme enceinte afin de déceler d’éventuelles  malformations d’un fœtus. 

 

La biopsie

Elle est destinée à prélever non pas un liquide, mais un tissu cellulaire. Elle se pratique à l’aide d’une aiguille creuse ou d’un bistouri. Il s’agit :

  • soit d’un acte de chirurgie, qui peut se faire sous anesthésie locale ou générale ;
  • soit d’un acte de radiologie interventionnelle : le geste du médecin est guidé par ce qu’il voit sur son écran, au cours d’un scanner ou d’une échographie.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie