Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) 

Comment soigne-t-on la DMLA ?

[ Publié le 26 juin 2013 ]

Aucun traitement curatif n’existe pour la DMLA sèche.
Par contre, la DMLA humide bénéficie de plusieurs types de traitements, selon la nature et l’emplacement des lésions qu’elle entraine.
Les traitements de la DMLA sont remboursés par la Sécurité sociale.
Lorsque la baisse de vision n’a pu être évité, une rééducation visuelle peut être proposée.

 

Au stade de maculopathie liée à l’âge, une adaptation de l’alimentation (voire la prise de compléments alimentaires) et le contrôle des facteurs de risque (tabagisme, protection du soleil etc) peuvent contribuer à diminuer le risque d’évolution vers la DMLA avérée (sèche ou humide).

 

Le traitement de la DMLA sèche

Le traitement de la DMLA sèche repose sur une adaptation de l’alimentation et sur la prise de compléments alimentaires riches en vitamines et anti-oxydants.

 

Une auto-surveillance régulière est nécessaire pour dépister rapidement un possible passage de la forme sèche à la forme humide de la DMLA.

 

Les traitements de la DMLA humide

Chaque cas est unique et le choix du mode de traitement dépend :

  • du type de lésions à traiter,
  • de l’emplacement des lésions,
  • des contre-indications éventuelles,
  • de l’acceptation par le patient de l’un ou l’autre traitement.

 

On distingue :

  • les traitements administrés directement dans l’œil : grâce à une injection à travers le blanc de l’œil, le médicament est injecté dans le vitré. Ces traitements freinent la croissance des néo-vaisseaux sanguins et limitent leurs conséquences (œdème, hémorragies). Il peut être nécessaire de renouveler les injections plusieurs fois ;
  • la thérapie photodynamique : un produit est injecté par voie veineuse. Il va se fixer sur les néo-vaisseaux sanguins à l’origine de la DMLA. L’ophtalmologiste anesthésie l’œil grâce à un collyre. Puis il pose une lentille de contact à travers laquelle il procédera à l’activation du produit par lumière laser.
    Plusieurs séances peuvent être nécessaires, et une surveillance régulière est nécessaire pour éviter une récidive des lésions ;
  • la photocoagulation par laser : réservée à certaines DMLA, elle consiste à brûler les lésions qui se trouvent en périphérie de la macula avant que la baisse de la vision de la personne malade ne soit trop importante.
    En général, une seule séance suffit et l’opération est réalisée par l’ophtalmologiste, sans qu’une hospitalisation ne soit nécessaire. Des contrôles réguliers après l’intervention permettent de prévenir une récidive.

 

Ces deux dernières modalités de traitement deviennent de plus en plus rares, au bénéfice de la première.

 

La rééducation visuelle

La rééducation visuelle se définit comme l’ensemble des techniques qui permettent au patient de se servir de son potentiel visuel encore fonctionnel et de ses moyens sensoriels de compensation pour mener ses activités quotidiennes et retrouver son autonomie.

 

Pour être efficace, la rééducation visuelle demande une forte implication du patient.
Elle est réalisée sous la direction d’un médecin coordinateur par une équipe pluridisciplinaire : orthoptiste, opticien, rééducateurs en autonomie de la vie journalière et en locomotion, ergothérapeute, psychologue, assistante sociale etc.

 

Selon l’importance de la déficience visuelle, la rééducation est pratiquée à proximité, en centre de rééducation ambulatoire ou dans le cadre d’une hospitalisation.

Mots-clefs : DMLA , Oeil

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie