Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Maux et Maladies > Maladies - Examens > La colique néphrétique > Quelles sont les interventions pratiquées pour enlever le calcul ?

La colique néphrétique 

Quelles sont les interventions pratiquées pour enlever le calcul ?

[ Publié le 5 juin 2013 ]

La chirurgie peut être évitée dans la quasi-totalité des cas. Différentes techniques, selon la taille et la localisation du calcul, permettent d'éviter longues hospitalisations, traumatismes des tissus et cicatrices.

 

Un tiers environ des calculs ne peut pas être évacué spontanément. Les urologues disposent de plusieurs techniques différentes pour les détruire, ou les extraire.  

 

  • La lithotritie extra-corporelle. Elle représente 50 à 60 % des interventions et est réservée aux calculs de moins de 2 centimètres de diamètre. Une machine, placée au-dessus du patient, émet des ondes qui traversent la peau et pulvérisent le calcul. Les fragments sont ensuite évacués dans les urines. L’intervention dure moins d’une heure et le patient peut sortir le jour même de l’hôpital ;

 

  • L’urétéroscopie. Une sonde, munie d’une minuscule caméra et d’un laser, est introduite dans les voies urinaires pour pulvériser le calcul. L’intervention a lieu sous anesthésie lors d’une courte hospitalisation.

 

  • La néphrolithotomie percutanée. Elle est destinée aux calculs de grande taille, ou en cas d’échec de la lithotritie. Elle reste rare : 2 000 interventions en 2012. Après avoir pratiqué une petite incision (1 cm) dans le dos du patient, l’urologue introduit une caméra miniaturisée et des instruments pour casser ou extraire le calcul. Cette intervention se déroule sous anesthésie générale et nécessite plusieurs jours d’hospitalisation.

 

  • L’acte chirurgical classique, avec ouverture profonde de l’abdomen ou du dos, n’est pratiqué que très exceptionnellement.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie