Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Maux et Maladies > Maladies - Examens > L'hyperthyroïdie > Comment diagnostique-t-on et traite-t-on la maladie ?

L'hyperthyroïdie 

Comment diagnostique-t-on et traite-t-on la maladie ?

[ Publié le 28 janvier 2013 ]

Le diagnostic se fonde sur un dosage sanguin, complété par d’autres examens en fonction des résultats obtenus. Le traitement est généralement oral, mais dans certains cas, une intervention chirurgicale est nécessaire.

En cas de suspicion d’hyperthyroïdie par le médecin traitant, un dosage de la thyréostimuline (TSH) est effectué par prise de sang.

Des examens complémentaires peuvent être pratiqués pour établir le diagnostic ou évaluer l’avancement de la maladie. Ils font appel à la scintigraphie et permettent de voir comment l’iode se fixe dans la thyroïde.

Les traitements diffèrent en fonction de la cause :

  • Si l’hyperthyroïdie est due à la maladie de Basedow, et donc que l’ensemble de la glande thyroïde fonctionne mal, un traitement quotidien à base d’antithyroïdiens de synthèse est prescrit. Il dure entre 12 et 18 mois, selon les cas. Parfois une intervention chirurgicale est nécessaire.
  • Si l’hyperthyroïdie est liée à un nodule, le médecin peut proposer une ablation partielle ou totale de la thyroïde. Cette intervention chirurgicale s’effectue sous anesthésie générale. Néanmoins, si le patient est difficilement opérable (personne âgée par exemple), des antithyroïdiens de synthèse sont utilisés.


Le retour à un fonctionnement normal de la glande thyroïde s’effectue en principe en quelques semaines. Mais si l’on peut parfaitement guérir d’une hyperthyroïdie, le risque de rechute n’est pas négligeable (entre 30 et 40 % des cas).

Mot-clef : Glande thyroïde

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie