Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Maux et Maladies > Maladies - Examens > La sclérose en plaques > Comment est-elle diagnostiquée ?

La sclérose en plaques 

Comment est-elle diagnostiquée ?

[ Publié le 14 janvier 2013 ]

Actuellement, il n’existe pas d’examen spécifique permettant de dépister une sclérose en plaques. Le diagnostic se base sur l’interrogation et l’observation des symptômes, ainsi que sur l’IRM.

Le diagnostic de la SEP repose sur la mise en évidence de lésions du système nerveux central disséminées à la fois dans l’espace et le temps :

  • Dans l’espace, parce qu’il existe peu de maladies qui peuvent entraîner à la fois une atteinte du nerf optique et un trouble de la sensibilité des membres inférieurs, par exemple.
  • Dans le temps, car une seule poussée ne suffit pas pour parler de sclérose en plaques : il faut un second épisode ou de nouvelles lésions visibles à l’IRM pour poser le diagnostic.


Des examens complémentaires permettent de confirmer celui-ci :

L’IRM (imagerie par résonnance magnétique) permet de visualiser les lésions de la myéline de façon très précoce. C’est l’examen de référence.

La ponction lombaire n’est pas systématique. Elle consiste à prélever une petite quantité de liquide céphalorachidien pour repérer la présence d’anticorps, signe d’une inflammation du système nerveux central.

Les potentiels évoqués. Ils permettent de mesurer la vitesse à laquelle circule l’influx nerveux dans certains nerfs, en particulier le nerf optique. Ils étaient beaucoup pratiqués avant les progrès de l’IRM. Aujourd’hui, ils sont de moins en moins demandés.


vignette-etp-programmes

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite

Faire reconnaître son invalidité... Et après ?
 

Nos assistantes sociales vous aident dans vos démarches.

 

En savoir plus

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie