Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) 

Quels sont les traitements de l'AOMI ?

[ Publié le 14 janvier 2013 - mis à jour le 29 juin 2016 ]

La correction des facteurs de risque « modifiables » est le préalable indispensable à tout traitement de l’AOMI. Ils doivent être abordés un par un, avec une motivation particulière pour l’arrêt du tabac, ennemi n°1 du patient artéritique.

Quel que soit le stade de la maladie, le traitement non pharmacologique repose sur la marche régulière journalière. C’est le traitement qui permet de faire pousser des petites artères, on parle de collatérales, autour des artères malades. L’objectif thérapeutique c’est une heure de marche journalière qui peut être fractionnée en fonction des symptômes.

 

Quel que soit le stade de la maladie, le traitement pharmacologique repose sur deux classes de médicaments qui, prescrites précocement peuvent stabiliser voire améliorer le pronostic de la maladie :

  1. les statines qui permettent de réduire les taux de LDL cholestérol voire faire régresser le développement des plaques d’athérome,
  2. les antiagrégants plaquettaires (aspirine et/ou clopidrogel) qui permettent de fluidifier le sang.

 

À un stade plus avancé, et notamment lorsque le patient n’est pas calmé par les médicaments, ou en présence d’une complication telle qu’une ischémie d’un membre, une plaie cutanée chronique, voire une gangrène, le traitement est chirurgical.

Il existe plusieurs techniques chirurgicales, sous anesthésie locale ou générale : la dilatation artérielle, la pose de stent, le pontage, l’endartériectomie et l’amputation.

-       La dilatation artérielle consiste à ponctionner l'artère fémorale au niveau de l'aine et à guider un ballonnet dans l'artère jusqu'à l'endroit où elle est bouchée, puis à le gonfler. Si la dilatation est insuffisante, il est possible de poser au même endroit et dans le même temps un stent.

-       Le pontage consiste à court-circuiter les lésions en réalisant un « pont » entre les artères saines au-dessus et en dessous des lésions. Il peut être réalisé soit avec du matériel prothétique, soit avec une veine prélevée au niveau de la cuisse.

-       Une endartériectomie (décollement de la plaque d’athérome à l’intérieur même de l’artère) peut être réalisée lorsque certaines conditions sont réunies.

-       L’amputation est le geste chirurgical de dernier recours. Elle est encore aujourd’hui nécessaire pour sauver un patient d’une infection généralisée ou d’une nécrose extensive.

 


vignette-etp-programmes

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

logo_3935_ColDroite



Cholestérol, hypertension : votre médecin vous conseille de perdre du poids.

Nos diététiciennes vous aident à modifier vos habitudes alimentaires !

En savoir plus

CHOISIR

logo_3935_ColDroite

Faire reconnaître son invalidité... Et après ?
 

Nos assistantes sociales vous aident dans vos démarches.

 

En savoir plus

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie

ECHANGER