Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Maux et Maladies > Maladies - Examens > La myopie > Comment savoir si on est myope ?

La myopie 

Comment savoir si on est myope ?

[ Publié le 7 novembre 2012 ]

Il faut consulter un ophtalmologiste pour vérifier son acuité visuelle dès que l’on éprouve des difficultés à bien voir de loin.
L’examen ophtalmologique permettra de définir dans quelle mesure la vision est altérée.

 

Les signes de myopie

La myopie peut apparaître à tout âge et elle se traduit par des difficultés à voir nettement ce qui est éloigné.

Les personnes chez qui elle débute :

  • plissent souvent les yeux pour tenter d’y voir mieux ;
  • rencontrent une gêne pour conduire, surtout à la tombée du jour et la nuit.

 

Ces signes doivent inciter à consulter un ophtalmologiste pour une vérification de l’acuité visuelle.

 

Le dépistage de la myopie est souvent plus difficile chez les enfants, surtout les plus jeunes.
Un enfant myope aura tendance à se plaindre de mal voir au tableau à l’école, à se rapprocher de la télévision ou à lire et écrire de plus près. Enseignants et parents doivent donc être attentifs à ces signes.
Seul un examen régulier par un ophtalmologiste pourra détecter et confirmer la myopie pour ensuite la corriger dans les meilleures conditions.

 

Évaluer la myopie : l’examen ou bilan ophtalmologique

Lors de l’examen, l’ophtalmologiste mesure l’acuité visuelle de son patient.
Il vérifie la vision de loin et la vision de près pour chaque œil.

 

Au besoin, l’ophtalmologiste utilisera des lunettes et des verres avec des niveaux de correction progressifs pour évaluer précisément le degré de myopie.
Enfin, il pourra procéder à des examens complémentaires comme la mesure de la courbure de la cornée ou un examen du fond de l’œil.

 

Dioptries ou dixièmes : quelles différences ?

Les dioptries expriment le degré de correction des verres nécessaires à la prise en charge de la myopie.
Plus la valeur en dioptries est grande, plus la myopie est forte.
Elle figure sur l’ordonnance établie par l’ophtalmologiste, et elle est précédée du signe moins : «-».
Par exemple : des verres correcteurs de « - 4.5 dioptries » seront plus puissants que des verres correcteurs de « - 1.5 » dioptries, et correspondent donc à une myopie plus importante.

 

Des verres d’une valeur inférieure à - 3 dioptries corrigent une myopie faible.
Des verres d’une valeur comprise entre - 2.5 et - 6 dioptries corrigent une myopie moyenne.
Au-delà de - 6 dioptries, la myopie est forte.

 

Les dixièmes renvoient à l’acuité visuelle : ils représentent la plus petite taille de lettres que la personne peut lire de loin. Plus les lettres sont petites, plus les dixièmes augmentent.
Une vision de 10 dixièmes ne nécessite aucune correction (il est possible d’avoir des valeurs supérieures comme 12/10).
Une vision sans correction comprise entre 2 et 7 dixièmes caractérise une myopie faible.
Les dixièmes ne permettent pas de qualifier des myopies dépassant les - 3 dioptries.

 

Mots-clefs : Oeil , Trouble vision

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie