Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Maux et Maladies > Maladies - Examens > Les allergies domestiques > L'immunothérapie spécifique dans les allergies domestiques

Les allergies domestiques 

L'immunothérapie spécifique dans les allergies domestiques

[ Publié le 16 juillet 2012 ]

L’immunothérapie spécifique, dite aussi désensibilisation, consiste à administrer au patient allergique l’extrait de la substance (l’allergène) auquel il est allergique.

Le but est de modifier le système immunitaire du patient allergique pour le rendre « tolérant » à l’allergène.

 

Des expositions répétées et progressives

L’administration de l’allergène Substance qui entraîne une réaction allergique chez certains sujets. (Source : Larousse ©) Voir la définition  

[ Publié le 27 octobre 2011 ]
se fait en doses croissantes, à l’exception de la désensibilisation à la phléole (graminée), sous forme de comprimés lyophilisés  (par voie sublinguale).

Elle peut aussi se faire par injection ou par voie orale (solution buvable).

 

L’immunothérapie est dite spécifique, car elle n’est efficace que pour l’allergène Substance qui entraîne une réaction allergique chez certains sujets. (Source : Larousse ©) Voir la définition  

[ Publié le 27 octobre 2011 ]
administré.

Pour les allergies domestiques, il s’agit essentiellement des allergènes d’acariens, plus rarement d’animaux domestiques comme le chat, plus exceptionnellement de blattes ou moisissures.

 

Dans quels cas l’immunothérapie spécifique est-elle indiquée ?

La désensibilisation est justifiée lorsque :

  • les maladies respiratoires, asthme Affection inflammatoire chronique des bronches, caractérisée par des crises de dyspnée (gêne respiratoire) paroxystique sifflante témoignant d'une contraction brutale des muscles commandant l'ouverture et la fermeture des bronches, auxquelles s'associent un œdème et une hypersécrétion des muqueuses des voies aériennes (fosses nasales, pharynx, larynx, trachée, bronches). (Source : Larousse ©) Voir la définition  

    [ Publié le 27 octobre 2011 ]
    et/ou rhinites allergiques ne sont pas contrôlées par une éviction suffisante et nécessitent un traitement continu ;

 

  • l’allergène Substance qui entraîne une réaction allergique chez certains sujets. (Source : Larousse ©) Voir la définition  

    [ Publié le 27 octobre 2011 ]
    qui sera utilisé pour la désensibilisation est reconnu comme réellement responsable de tout ou partie des troubles respiratoires ;

 

  • il y a un consentement du patient pour accepter un traitement long : 3 ans ou plus en général si le traitement est efficace.

 

 

La désensibilisation au quotidien

  • La désensibilisation sublinguale se prend quotidiennement le matin en déposant des gouttes (ou un comprimé) sous la langue, qu’il faut garder 2 minutes avant d’avaler. Elle est très bien tolérée, mais doit être prise à doses élevées et extrêmement bien suivie pour être efficace.

 

  • La désensibilisation injectable nécessite des injections sous cutanées dans le bras, de façon régulière : toutes les semaines puis espacées à tous les mois. Elle est en général bien tolérée, mais nécessite une surveillance de 20 minutes au cabinet médical en cas de réaction.

 

 

Résultats attendus  

L’immunothérapie spécifique a plusieurs objectifs :

  • réduire significativement les symptômes d’asthme Affection inflammatoire chronique des bronches, caractérisée par des crises de dyspnée (gêne respiratoire) paroxystique sifflante témoignant d'une contraction brutale des muscles commandant l'ouverture et la fermeture des bronches, auxquelles s'associent un œdème et une hypersécrétion des muqueuses des voies aériennes (fosses nasales, pharynx, larynx, trachée, bronches). (Source : Larousse ©) Voir la définition  

    [ Publié le 27 octobre 2011 ]
    et/ou de rhinite Inflammation de la muqueuse des fosses nasales. (Source : Larousse ©) Voir la définition  

    [ Publié le 27 octobre 2011 ]
    allergique,
  • réduire « le poids des traitements » nécessaire au contrôle des maladies,
  • améliorer la qualité de vie du patient.

 

L’immunothérapie a également pour but plus ambitieux de modifier l’évolution naturelle des maladies, par exemple de pouvoir continuer à être efficace après l’arrêt du traitement.

 

Des études sont en cours, ou sont programmées, pour aller plus loin, à savoir prévenir l’apparition même des maladies allergiques respiratoires chez de tous jeunes enfants à risque de voir apparaître ces maladies du fait de leur prédisposition génétique.

 

Actuellement, c’est le seul traitement « de fond » des maladies allergiques respiratoires, qui laisse espérer une action sur le cours de la maladie.

 

 

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie