Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Maux et Maladies > Maladies - Examens > Les allergies domestiques > Comment fait-on le diagnostic d'une allergie domestique ?

Les allergies domestiques 

Comment fait-on le diagnostic d'une allergie domestique ?

[ Publié le 16 juillet 2012 ]

Comme devant toute pathologie, faire la preuve d'une réaction allergique impose d'établir d'abord un diagnostic positif par un interrogatoire méthodique, un examen clinique, et de rechercher ensuite un facteur causal grâce à des examens complémentaires appropriés, suivant une démarche graduée. La consultation peut être assez longue, mais elle doit permettre de cibler la maladie.

 

L’interrogatoire : le temps essentiel de la consultation 

Lors de l’interrogatoire, le médecin allergologue va essayer de déterminer avec l’aide du patient s’il souffre bien d’une allergie.

Il va donc procéder à :

  • la description des symptômes ressentis par le patient. La présence d’un prurit Sensation naissant dans la peau et entraînant une envie de se gratter. (Source : Larousse ©) Voir la définition  

    [ Publié le 27 octobre 2011 ]
    (démangeaisons de la peau), accompagné d’un œdème (gonflement) et/ou d’un érythème Rougeur de la peau s'effaçant à la pression. (Source : Larousse ©) Voir la définition  

    [ Publié le 27 octobre 2011 ]
    (rougeur), peut plus particulièrement orienter vers une cause  allergique ;

 

  • une analyse méthodique de ses antécédents :
    • personnels et familiaux,
    • médicaux : traitements médicaux en cours ou récents, mode de contraception ;

  • une analyse quasi policière de sa journée :
    • recherche des circonstances de déclenchement,
    • description des éléments de l’environnement domestique et professionnel,
    • la description des symptômes est fondamentale : la présence d’un prurit (démangeaisons de la peau) peut plus particulièrement orienter vers un phénomène allergique ;

  • recherche d’éléments caractéristiques :
    • unité de temps : apparition exclusive des crises à un moment précis de l’année, de la semaine ou de la journée,
    • unité de lieu : apparition au contact de l'allergène Substance qui entraîne une réaction allergique chez certains sujets. (Source : Larousse ©) Voir la définition  

      [ Publié le 27 octobre 2011 ]
      , là où sa concentration est la plus élevée (retour au  domicile après une absence prolongée, par exemple),
    • unité d’action : travail, loisirs.

 

L’examen clinique 

Il apportera des éléments objectifs pour confirmer l’allergie ou au contraire la réfuter :

  • examen de la peau,
  • examen de la sphère ORL,
  • auscultation pulmonaire.

 

Les examens complémentaires 

Pour confirmer son diagnostic, le médecin allergologue peut procéder à des tests complémentaires.

 

  • Les tests cutanés

test cutane priorite sante mutualisteIls constituent l’examen de choix pour le diagnostic, par prick-tests : à l’aide d’une pointe minuscule, le médecin allergologue réalise des petites piqûres superficielles à travers des gouttes de produits potentiellement allergènes sur les avant-bras ou le dos. Ces piqûres sont indolores et à lecture immédiate : en 15 à 20 minutes, elles permettent de constater une réaction allergique.

 

Les tests cutanés sont peu douloureux et fiables, facilement reproductibles et susceptibles d'être réalisés chez le très jeune enfant. Il n’y a pas de limite d’âge pour faire des tests cutanés mais le patient ne doit pas prendre de médicaments anti histaminiques car les résultats seraient faussés.

 

  • Les examens biologiques

La biologie peut être utile, mais pas en première intention. Elle permet de confirmer ou d’affiner un diagnostic en dosant dans le sang les anticorps de l’allergie : les immunoglobulines E.

 

  • Les radiographies ou scanners

Ils peuvent être utiles dans certains cas, mais ne font pas partie des examens complémentaires systématiques.

 

  • Les Explorations Fonctionnelles Respiratoires (EFR)

Les Explorations Fonctionnelles Respiratoires (EFR) sont réalisées au moins une fois devant toute rhinite et régulièrement dans le suivi d’un asthme Affection inflammatoire chronique des bronches, caractérisée par des crises de dyspnée (gêne respiratoire) paroxystique sifflante témoignant d'une contraction brutale des muscles commandant l'ouverture et la fermeture des bronches, auxquelles s'associent un œdème et une hypersécrétion des muqueuses des voies aériennes (fosses nasales, pharynx, larynx, trachée, bronches). (Source : Larousse ©) Voir la définition  

[ Publié le 27 octobre 2011 ]
.

 

Enfin, et s’il le juge nécessaire, l’allergologue pourra demander l’avis d’un autre spécialiste.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie