Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Maux et Maladies > Maladies - Examens > Auto mesure du tour de taille > L'avis de l'expert : le docteur Hervé GALLOIS, cardiologue et membre de la FFC

Auto mesure du tour de taille 

L'avis de l'expert : le docteur Hervé GALLOIS, cardiologue et membre de la FFC

[ Publié le 15 avril 2011 ]

Il est très important de distinguer deux types de patients :

  • Premièrement, les personnes qui ont un tour de taille stable (même élevé) associé ou non à un surpoids depuis toujours c'est-à-dire depuis la fin de l’adolescence. Cette stabilité du tour de taille dans le temps est plutôt rassurante sur le plan de la santé cardiovasculaire.
  • Deuxièmement, les personnes qui ont un tour de taille qui va soit brutalement, soit progressivement augmenter au cours du temps. C’est cette augmentation dans le temps du tour de taille, 10 cm sur 10 ans, 30 cm sur 30 ans, qui est délétère et qui va faire le lit des maladies liées au syndrome du gros ventre ou de la bedaine ou syndrome métabolique : syndrome d’apnée du sommeil, atteinte du foie, hypertension artérielle, dyslipidémies athérogènes, diabète gras et accidents cardiovasculaires.

 

Autrement dit, un homme dont le tour de taille s’accroît de 1 cm par an depuis dix ans et qui a pris un kilogramme par an depuis dix ans  même si son tour de taille et son poids restent dans des valeurs normales, doit être alerté au moins autant que celui dont le tour de taille est de 100 cm associé à un surpoids mais stable depuis 20 ans.

Qu’est ce que le syndrome métabolique ?

Il est essentiel de distinguer le syndrome métabolique de la « simple » surcharge pondérale ou du « seul » gros ventre. En effet le syndrome métabolique associe des anomalies cliniques dont l’augmentation du tour de taille, un niveau de pression artérielle un peu élevé et des anomalies biologiques dans le sang .

Le tour de taille est un bon révélateur de la quantité de graisse abdominale qui comporte la graisse qui est juste en dessous de la peau et celle qui est dans le ventre appelée graisse viscérale. C’est cette graisse située autour des viscères qui est mauvaise pour la santé et qui est en partie responsable des anomalies métaboliques. Présente en excès, cette graisse viscérale déverse dans le sang des molécules de gras, les acides gras, qui sont toxiques au niveau des muscles entraînant ce qu’on appelle une insulinorésistance c'est-à-dire que l’insuline, hormone fabriquée par le pancréas ne devient plus efficace, tant au niveau des muscles où son action principale est de faire rentrer le sucre, principal carburant, qu’au niveau du foie où elle contrôle la quantité de sucre qui est produite.

On sait aussi que la graisse viscérale est un tissu capable de fabriquer des substances appelées adipokines dont la production est perturbée en cas d’obésité viscérale avec certaines toxiques sécrétées en excès et d’autres bénéfiques qui ne sont pas assez produites. Le tour de taille est donc un marqueur clinique très simple de l’insulinorésistance.

L’obésité abdominale est liée à un mode de vie sédentaire caractérisé par une consommation excessive d’aliments hautement énergétiques (trop gras et sucrés) et à pauvre qualité nutritionnelle associé à l’absence relative d’activité physique régulière. Cette rupture d’équilibre entre l’alimentation et l’activité physique entraîne une balance énergétique positive dont l’excès est stocké sous forme de graisse, dans un premier temps sous forme de graisses sous-cutanées, ou tissus adipeux « sain » qui n’est pas nocif.

Puis, dès que ce système de stockage sous-cutané est débordé et/ou chez les sujets génétiquement sensibles, le stockage de graisses se fait dans l’abdomen, autour des viscères, dans les muscles, le coeur et le foie. Cette accumulation de graisse viscérale est à l’origine du syndrome métabolique.

La prise en charge médicale du syndrome métabolique consiste en un rééquilibrage personnalisée des habitudes alimentaires et physiques. Il s’agit de manger moins gras et moins sucré et d’augmenter son activité physique journalière. Cette action non pharmacologique doit être réalisée progressivement avec des petits objectifs journaliers, ce qu’on appelle des micro-objectifs tant sur le plan alimentaire que sur le plan de l’activité physique.

En savoir plus, lire nos dossiers surpoids et obésité et Bouger pour rester en bonne santé

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

logo_3935_ColDroite



Cholestérol, hypertension : votre médecin vous conseille de perdre du poids.

Nos diététiciennes vous aident à modifier vos habitudes alimentaires !

En savoir plus

CHOISIR

logo_3935_ColDroite


Besoin d'un relais près de chez vous ?
 

Un soutien pour votre quotidien près de chez vous ? Nos conseillers santé vous donnent les coordonnées d'associations de patients.

 

En savoir plus

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie

ECHANGER