Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Rendez-vous experts > Interviews d'experts > Arrêter de fumer en 2012 : trois questions au Dr Charles Brahmy

Interviews d'experts

Arrêter de fumer en 2012 : trois questions au Dr Charles Brahmy

[ Publié le 6 janvier 2012 ]
Cliquez sur les visuels agrandir

En 2012, vous souhaitez arrêter de fumer ? Mettez toutes les chances de votre côté pour y arriver sans peine, et surtout pour ne pas reprendre la cigarette après quelques temps d’abstinence. Le Dr Charles Brahmy est pneumologue et tabacologue à Paris.Il fait le point sur le sevrage tabagique.

Pourquoi le mois de janvier est-il considéré comme propice au sevrage tabagique ?

Dr Charles Brahmy – En réalité, le moment le plus propice est celui qu’on choisit. Cela dit, le changement d’année civile est souvent pris comme une occasion de dresser un bilan de sa vie, et notamment de sa consommation tabagique. Si vous souhaitez en finir avec la cigarette, sachez organiser et scénariser votre arrêt. Ne cherchez pas l’impossible, ni à jouer au héros. Vous pouvez d’abord ralentir votre consommation, puis l’arrêter : ce travail s’accomplit dans la durée. Si vous en ressentez le besoin, faites-vous aider. Et si, après quelques temps d’arrêt, vous éprouvez l’envie de reprendre, ne restez pas seul face à la cigarette. Ne culpabilisez pas, de telles rechutes sont courantes. Votre médecin traitant, un tabacologue, ou des programmes comme celui mis en place par Priorité santé mutualiste peuvent vous aider à passer ce cap. Le plus difficile n’est pas d’arrêter, mais de ne pas reprendre !

 

La période hivernale augmente-t-elle le risque de tomber malade à l’arrêt ?

Dr Charles Brahmy – Absolument pas. Si les fumeurs ont déjà des pathologies cardiaques et pulmonaires en lien avec leur tabagisme, le froid est un facteur aggravant de ces maladies. En cessant de fumer, vous réduisez votre risque. La raison pour laquelle certains fumeurs se sentent "malades" au moment du sevrage tient à un mécanisme tout à fait naturel. Dans nos bronches, nous avons une sorte de système d’épuration que la cigarette neutralise. A l’arrêt du tabac, ce système se remet en marche. C’est alors qu’un ancien fumeur a, transitoirement, l’impression de tousser et de cracher plus qu’avant mais c’est seulement le corps qui se débarrasse des toxines ! Ce n’est donc pas une maladie mais un nettoyage. Cela dit, si cette toux dure plus de trois semaines, elle peut éventuellement révéler une maladie bronchique. Il est conseillé d’en parler à votre médecin traitant.

 

Après les fêtes, en particulier, nous avons parfois quelques kilos à perdre. Comment limiter la prise de poids inhérente au sevrage tabagique ?

Dr Charles Brahmy – A âge égal, les fumeurs ont un métabolisme plus rapide que les non-fumeurs et accusent donc deux à trois kilos de moins. Quand ils s’arrêtent, leur métabolisme revient à la normale et ce sont ces kilos-là qu’ils reprennent. Quant aux kilos des fêtes, ils se perdent : j’espère bien que personne ne mange tous les jours comme à Noël ! Du reste, vouloir perdre du poids fait aussi partie des résolutions du Nouvel an. Faites-vous aider pour éviter de compenser le tabac par la nourriture. De plus, une alimentation équilibrée et un mode de vie plus sain vous permettront de limiter l’impression de fatigue ressentie lors du sevrage, qui est due, en partie, au manque de nicotine.

Propos recueillis par Alexandra Capuano

 


Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Cigarettes trop chères ?

Arrêtez de fumer gratuitement en vous faisant aider par un médecin tabacologue !

En savoir plus

ECHANGER