Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Rendez-vous experts > Interviews d'experts > Mieux manger en 2012 : trois questions à Cécile Marie-Magdelaine

Interviews d'experts

Mieux manger en 2012 : trois questions à Cécile Marie-Magdelaine

[ Publié le 2 janvier 2012 ]
Cliquez sur les visuels agrandir

L’une des premières bonnes résolutions prises en janvier est souvent de rééquilibrer son alimentation. Et si cette année, au lieu de vous mettre au régime, vous réappreniez à manger ? Cécile Marie-Magdelaine est diététicienne en hôpital et en maison de retraite dans l’Indre. Elle répond à nos questions.

Pourquoi parlez-vous plus volontiers d’équilibre alimentaire que de régime ?

Cécile Marie-Magdelaine – Dans la tête des gens, faire un régime revient à se priver de ce que l’on aime et à manger des aliments que l’on n’aime pas. Ils ont l’impression que le diététicien va tailler dans le vif ! En réalité, il n’y a pas d’interdit : tout est question de modération. L’interdit entraîne une frustration, qui peut faire plus de dégâts à un moment ou un autre. Il suffit parfois, sans manger moins, de déplacer certaines prises alimentaires dans la journée ou de modifier une ou deux habitudes pour obtenir un résultat. Concrètement, à l’exception des aliments sucrés qui sont principalement des sources de plaisir et de réconfort, il faut manger des produits issus de tous les groupes aux trois repas principaux. Pour démarrer la journée dans de bonnes conditions, ne négligez pas le petit déjeuner. Ni les féculents, très importants pour éviter les "coups de pompe" deux heures après les repas. Se sentir rassasié – mais non ballonné – en sortant de table est le signe qu’on a mangé à sa faim.

 

Comment manger équilibré quand on n’a pas toujours le temps, les moyens ou l’envie de cuisiner ?

Cécile Marie-Magdelaine – Je vous confie un secret : tout s’organise au moment qui précède les courses. Il suffit de réfléchir en amont à ce que vous comptez préparer ou manger pendant la semaine, en fonction de votre emploi du temps et de vos envies et en essayant d’organiser des menus équilibrés. La liste des commissions découlera des plats que vous souhaitez consommer. Vous gagnerez du temps : si vous n’avez pas le temps de cuisiner un soir, par exemple, une salade à base de légumes, de thon, avec du maïs et des carrés de fromage, est rapide à préparer. De plus, ce plat constitue quasiment un repas complet (légumes, féculents, poisson, produit laitier). Par ailleurs, si vous préparez un plat mijoté pendant le week-end et que vous en mettez rapidement des portions à refroidir, vous pourrez les consommer sans risque pour votre santé jusqu’à trois jours après l’avoir cuisiné.

 

En attendant l’époque des bonnes résolutions, comment aborder les repas de fête ?

Cécile Marie-Magdelaine – De nombreuses personnes consultent un diététicien avant les fêtes, pour obtenir des conseils sur la manière de les aborder sans faire trop d’excès de table. Je leur réponds de manger ce qu’elles aiment, sans en abuser. L’objectif est de se faire plaisir, pas de se rendre malade ! Les menus trop copieux, ne sont pas faciles à digérer. Mieux vaut éviter les associations de plats trop riches en graisses. Profitez de la profusion des repas festifs – Noël, Jour de l’an, autres célébrations – pour répartir les plats un peu difficiles à digérer. Ainsi, prenez du foie gras mais évitez les escargots au beurre d’ail et, au repas suivant, prenez du poisson mais faites-vous plaisir avec une bûche pâtissière. Enfin, l’ambiance à table et la compagnie sont également importantes : la convivialité fait partie du plaisir de manger !

Propos recueillis par Alexandra Capuano 

 


Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

10 moments pour prendre
soin de soi

10-moments-pour-prendre-soin-de-soi

ECHANGER