Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Rendez-vous experts > Interviews d'experts > Rendez-vous expert "Dépistage du cancer du sein" : trois questions au Dr Jérôme Viguier

Interviews d'experts

Rendez-vous expert "Dépistage du cancer du sein" : trois questions au Dr Jérôme Viguier

[ Publié le 11 octobre 2011 ]

Octobre Rose, 7e édition ! Ce mois de mobilisation contre le cancer du sein fait, en particulier, la promotion du dépistage organisé pour les femmes de 50 à 74 ans. Le Dr Jérôme Viguier est responsable du dépistage des cancers à l'Institut national du cancer (INCa). Il nous explique l'intérêt et les modalités du dépistage.

carter_postale_bd

Pourquoi est-il si important de faire régulièrement réaliser des mammographies ?

Dr Jérôme Viguier Le cancer du sein demeure le premier chez la femme, avec 53.000 nouveaux cas par an. C’est également celui qui cause le plus de décès : 11.500 victimes en 2010. C’est toujours un vrai problème de santé publique. Toutefois, les progrès médicaux ont permis d’obtenir un taux de survie à cinq ans qui dépasse 85%. La meilleure arme, c’est le dépistage. La mammographie permet de repérer de toutes petites tumeurs, sans atteinte ganglionnaire, dont on guérit dans plus de 90% des cas. Plus un cancer est repéré tôt, moins le traitement sera lourd et plus la mortalité sera réduite. En clair, vous aurez besoin d'une chirurgie moins mutilante, avec moins de rayons et/ou de chimiothérapie, et donc moins de séquelles. Actuellement, deux femmes sur trois se font dépister en France. Nous avons à cœur de convaincre le tiers restant qui, soit par méconnaissance, soit par peur, ne le font pas encore.


Pourquoi le dépistage organisé n’est-il proposé que de 50 à 74 ans ? Est-il incompatible avec un dépistage prescrit par le gynécologue ?

Dr Jérôme Viguier Pour mener une campagne de santé publique, nous nous appuyons sur des études. Celles dont nous disposons ont montré que l’efficacité d’un dépistage régulier était maximale entre 50 et 74 ans. D’autres études sont en cours pour évaluer la balance bénéfice-risque d’un dépistage auprès des femmes de 45 à 50 ans. Les avantages du dépistage organisé sont de deux ordres : pas d’avance de frais, et une double lecture des clichés radiographiques. Environ 9% des cancers détectés à l’occasion d’un dépistage organisé le sont grâce à cette seconde lecture. Cela dit, le gynécologue ou le médecin traitant peuvent, en cas de risque particulier, prescrire une mammographie en dehors de cette tranche d'âge. L'important, c’est de se faire dépister !


Comment diminuer le risque de souffrir d’un cancer du sein ?

Dr Jérôme Viguier D’abord en se faisant dépister tous les deux ans, de préférence dans le cadre du dépistage organisé. C’est essentiel ! Or, trop de femmes ignorent encore que ce dispositif existe, ou bien craignent le résultat. Notre campagne "Parlez-en aux femmes que vous aimez" passe par les proches de ces femmes pour les convaincre de franchir le pas. Certaines femmes ayant des prédispositions comme des antécédents familiaux doivent se faire suivre très régulièrement. Les facteurs environnementaux jouent aussi : le tabac, l’alcool, un excès de poids, une activité physique insuffisante. En agissant dessus, vous limiterez votre risque de développer un cancer en général, et un cancer du sein en particulier.

Propos recueillis par Alexandra Capuano

 

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

ECHANGER