Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Rendez-vous experts > Interviews d'experts > "Equilibre alimentaire et rentrée" : trois questions au Pr Jean-Daniel Lalau

Interviews d'experts

"Equilibre alimentaire et rentrée" : trois questions au Pr Jean-Daniel Lalau

[ Publié le 22 septembre 2011 ]
Cliquez sur les visuels agrandir

A l’approche de l’hiver, de nombreuses personnes souhaitent conserver, ou adopter, des habitudes alimentaires saines. Un objectif difficile, surtout avec un petit budget. Le Pr Jean-Daniel Lalau est chef de service d’endocrinologie-nutrition à l’hôpital universitaire d’Amiens : il nous conseille.

 

Comment concilier besoins nutritionnels et réalité économique à l’approche de l’hiver ?

Pr Jean-Daniel Lalau – On a effectivement tendance à manger davantage quand le temps se rafraichit, pour "recharger nos accus". Toutefois, les couettes ou le chauffage domestique, qui limitent la déperdition de chaleur, rendent ce besoin moins biologique que culturel. Seules les personnes ayant une activité en extérieur doivent compenser leurs dépenses énergétiques accrues. Les enfants également, car ils grandissent. Cela posé, certains produits nécessaires, comme les fruits et légumes, sont souvent chers. Il y a toujours une possibilité de bien manger sans trop débourser mais, pour cela, il faut posséder un minimum de connaissances sur l’équilibre alimentaire. On peut, par exemple, opter pour des légumes secs pour remplacer à la fois les légumes et les féculents dans l’assiette : c’est une solution satisfaisante. Mais dans la réalité, bien manger nécessite d’y consacrer du temps et de l’argent.

 

Vous parlez d’équilibre alimentaire et non de régime : pourquoi ?

Pr Jean-Daniel Lalau – Régime est un terme mal connoté : il renvoie à une notion de restriction. De plus, il est souvent déséquilibré. Ainsi, de nombreuses personnes ne savent pas qu’il faut, à chaque repas, manger des légumes et des féculents. A l’inverse, l’équilibre alimentaire englobe non seulement les règles de base d’une bonne alimentation, mais aussi ses aspects psychiques, économiques et sociaux. Des notions comme le sommeil ou l’activité physique entrent également en ligne de compte. En fait, il ne s’agit pas de "se priver" sur des périodes plus ou moins courtes, mais d’instaurer et de maintenir un bon équilibre dans la durée. C’est un travail qu’on mène sur soi au quotidien.

 

Quand faut-il demander de l’aide pour travailler sur son équilibre alimentaire ?

Pr Jean-Daniel Lalau – A partir du moment où votre poids vous préoccupe, qu’il soit ou non supérieur aux critères d’indice de masse corporelle (IMC). Le nutritionniste – qui, en France, est toujours un médecin – ou la diététicienne peuvent aussi vous aider à équilibrer votre alimentation même si votre poids est considéré comme normal, ou encore dans le cadre d’habitudes susceptibles d’entraîner des carences. Un régime végétalien, par exemple. La première consultation revêt une importance capitale : c’est là que doit s’instaurer la confiance indispensable pour un vrai travail dans la durée. On cerne les véritables motifs de la personne et on détermine avec elle si son objectif de poids est raisonnable, en prévenant les éventuelles complications. A long terme, vous devrez pouvoir gérer votre équilibre alimentaire de façon autonome : si les premières consultations sont assez fréquentes, de l’ordre d’une fois par mois, elles s’espacent par la suite.

Propos recueillis par Alexandra Capuano

 


Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

10 moments pour prendre
soin de soi

10-moments-pour-prendre-soin-de-soi

ECHANGER