Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Bien vivre > Grossesse > L'accouchement > Le déroulement de l'accouchement

L'accouchement 

Le déroulement de l'accouchement

[ Publié le 28 mars 2013 ]

À l'arrivée à la maternité, la future maman est accueillie par une sage-femme. Très rapidement, celle-ci est capable d'évaluer l'imminence de l'accouchement.  

Le travail comprend trois phases : la dilatation du col, l'engagement du bébé et la délivrance. La durée d'un accouchement par voie basse est toujours imprévisible. Il dure en moyenne 13 heures pour les femmes donnant naissance à leur premier enfant. L'accouchement peut également se faire par césarienne, c'est-à-dire par intervention chirurgicale.

 

L'arrivée à la maternité

Dès son arrivée, la future maman est allongée sur une table d'examen. Une sage-femme pose sur le ventre de la maman des capteurs reliés à un appareil de surveillance, appelé monitoring. Cet appareil permet d'enregistrer électroniquement la fréquence cardiaque du bébé et la nature des contractions. La sage-femme procède ensuite à l'examen clinique du col de l'utérus. L'existence ou non d'une souffrance fœtale détectable au monitoring, la nature des contractions et l'importance de la dilatation du col, sont les trois principaux critères qui vont conditionner la conduite à tenir pour l'équipe médicale : poursuite ou non de la prise en charge directe en salle de travail pour procéder à l'accouchement.

 

La dilatation du col

Sous l'effet des contractions, l'anneau musculaire qui maintient le col de l'uterus fermé tout au long de la grossesse s'efface progressivement pour laisser le col se dilater et ainsi permettre le passage du bébé.

 

La dilatation est la partie du travail la plus longue, et il est absolument impossible de savoir combien de temps elle va durer, surtout pour une première naissance. Le bébé peut sortir lorsque le col est dilaté d'au moins 10 cm.

 

Pendant cette longue première phase, il faut commencer à mettre en pratique ce que l'on a appris pendant les séances de préparation à l'accouchement : adopter la position la plus confortable possible et adapter sa respiration pour accompagner au mieux les contractions qui progressivement deviennent de plus en plus rapprochées et de plus en plus douloureuses.

 

Si la future maman a demandé à bénéficier d'une anesthésie, c'est au cours de cette phase qu'un médecin anesthésiste réalise la péridurale. Un produit anesthésiant est injecté dans le dos entre deux vertèbres et diffusé dans l'espace péridural le long de la colonne vertébrale. Il permet de supprimer ou diminuer considérablement les douleurs de l'accouchement.

 

L'engagement du bébé

Cette seconde phase dure en moyenne de 20 à 30 minutes une fois le col dilaté à environ 10 cm. La future maman est mise en position gynécologique et la sage-femme l'aide à pousser en bloquant la respiration à chaque contraction. Le médecin et la sage-femme sont toujours là pour diriger la poussée. Une fois la tête du bébé en vue, tout va très vite. Le corps suit, le bébé crie normalement dans les secondes qui suivent sa venue au monde (signe que l'air pénètre bien dans ses poumons) et il n'y a plus qu'à couper le cordon ombilical. Le bébé est ensuite rapidement placé sur le ventre de la maman avant d'être examiné par un pédiatre.

 

Parfois, le médecin peut juger nécessaire de pratiquer une petite incision, appelée épisiotomie, pour faciliter le passage du bébé.

 

Très rarement l'accouchement se fait par le siège, c'est-à-dire que le bébé présente ses fesses et non le haut de son crâne, comme c'est le cas dans la grande majorité des cas.

 

La délivrance

Sous l'effet des dernières contractions (beaucoup moins douloureuses que celles de l'accouchement proprement dit), le placenta est expulsé.

 

Pendant que le pédiatre examine le bébé, la sage-femme vérifie que tout le placenta a bien été expulsé.

 

L'accouchement est alors terminé.

 

L'accouchement par césarienne

En France, près d’une femme sur cinq donne naissance par césarienne. Une césarienne est une intervention chirurgicale visant à extraire le bébé directement par incision de la paroi de l'utérus. Elle permet de s'affranchir de l'obstacle constitué par le bassin osseux de la future maman.

 

Dans moins de la moitié des cas, la césarienne est programmée. Dans les autres cas, elle est réalisée en urgence et/ou pendant le travail après une tentative par voie basse. Le mode d'accouchement final peut donc être différent de ce qui avait été prévu initialement.

 

La césarienne est généralement programmée lorsque des difficultés dans le déroulement de l’accouchement sont prévisibles et susceptibles d'entraîner des conséquences pour le bébé ou la maman. Les principales difficultés rencontrées sont : un bassin trop petit, une pathologie contre-indiquant d'accoucher par voie basse, la présentation du bébé par le siège, le poids du bébé estimé important ou encore la présence de jumeaux.

 

Il peut arriver qu’une femme souhaite accoucher par césarienne alors que celle-ci n'est pas médicalement nécessaire. Les raisons les plus souvent évoquées sont la peur de l’accouchement par voie basse, la crainte de la douleur, ou des expériences précédentes traumatisantes. Il est important d'en discuter avec les professionnels de santé qui suivent la grossesse pour aboutir à une décision partagée.

 

Un médecin a le droit de refuser la réalisation d’une césarienne sur demande. Il doit alors orienter la future maman vers un de ses confrères.

Vous en saurez plus sur la césarienne en cliquant ici

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

Dialoguer avec son médecin pour un traitement réusssi 

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie

ECHANGER