Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Les méthodes d'assistance médicale à la procréation 

Quels sont les examens à réaliser ?

[ Publié le 8 janvier 2013 ]

La recherche des causes d'infertilité nécessite souvent une série d'examens : prise de sang, spermogramme, échographie pelvienne…

Des dosages hormonaux. Effectués dans un laboratoire spécialisé, ils permettent de vérifier la qualité de l’ovulation à un moment précis du cycle.

L’échographie pelvienne. Pour rechercher une éventuelle anomalie des ovaires, des trompes ou de l’utérus, l’échographie pelvienne s’impose aujourd’hui dès le début du parcours médical. C’est un outil diagnostic remarquable pour établir la réserve de follicules, qui contiennent les ovocytes.   

L’hystérographie. Il s’agit d’une radiographie de l’utérus et des trompes. Elle permet de regarder s’il n’existe pas de barrière mécanique à la rencontre entre les spermatozoïdes et les ovules.

L’hystéroscopie. Elle permet de visualiser la forme et l’intérieur de l’utérus à l’aide d’une sonde optique très fine.

La coelioscopie. Elle s’ajoute à l’hystéroscopie et consiste à introduire un appareil optique de quelques millimètres par une petite incision du nombril. Son but ? Observer les organes génitaux en cas de doute sur la perméabilité des trompes, de suspicion d’endométriose ou d’anomalie morphologique.  

Le spermogramme. Son objectif est de déterminer le nombre, la mobilité et la qualité des spermatozoïdes. Il est souvent couplé au test dit « de migration-survie », une épreuve de résistance des spermatozoïdes qui permet d’en sélectionner un échantillon de meilleure qualité.

Deux autres examens peuvent être demandés, bien qu’ils tendent à disparaître, car ils sont imprécis et astreignants :
 
La courbe de température
. Il s’agit pour la femme de prendre sa température chaque matin au réveil, avant de se lever, dès le premier jour des règles. Avant chaque ovulation, le corps envoie un signal en passant au-dessus de 37 °C. En observant plusieurs cycles d’affilée, il est ainsi possible de vérifier la régularité de l’ovulation.

Le test de Hühner. Il consiste à observer la glaire cervicale, secrétée avant l’ovulation, pour vérifier sa perméabilité aux spermatozoïdes. Pour cela, le médecin demande à ses patients d’avoir un rapport sexuel vers le 11ème jour du cycle, ainsi que le lendemain. Il prélève ensuite la glaire cervicale à l’aide d’un spéculum, puis l’analyse.  

Enfin, dans le cas de fausses couches répétées ou d’anomalies spécifiques du  spermogramme, un caryotype peut être prescrit pour chercher une piste génétique. Cet examen dresse la formule chromosomique de l’homme et de la femme.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

Dialoguer avec son médecin pour un traitement réussi 

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie

ECHANGER