Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

La fin de vie à domicile 

Fin de vie à domicile : les intervenants

[ Publié le 17 septembre 2014 - mis à jour le 20 octobre 2016 ]

Les soins et l'accompagnement de la personne en fin de vie à domicile peuvent nécessiter l’intervention de divers professionnels. Le projet se construit avec le malade et son entourage. Les professionnels vont essayer de respecter et de concilier la prise en charge médicale avec les souhaits de la personne.

Les soins peuvent être prodigués par des professionnels polyvalents libéraux, parfois dans le cadre de structures polyvalentes de soins à domicile (HAD, SSIAD), et si nécessaire avec le soutien des équipes spécialisées en soins palliatifs.

 

Enfin, afin que les meilleures conditions soient réunies pour la fin de vie à domicile, les services sociaux et d'aide à la vie quotidienne peuvent être mobilisés.

 

Certaines fois, à la demande de la personne malade ou de son entourage, un psychologue peut proposer un accompagnement ou un soutien au domicile. Les bénévoles d’accompagnement peuvent intervenir également, dans certaines situations, et proposer un soutien.

 

Les professionnels de santé polyvalents

  • Le médecin hospitalier, en lien avec le médecin traitant, évalue la faisabilité du projet d’hospitalisation à domicile. Le médecin traitant coordonne la prise en charge du patient en analysant sa situation clinique, psychologique et sociale. Il prescrit les soins, les aides à la vie quotidienne et le matériel médical. Son intervention peut être nécessaire pour l'obtention de certaines aides financières. Si nécessaire, il pourra demander l'hospitalisation du patient.

 

  • Les autres professionnels libéraux de soins à domicile sont nombreux à pouvoir intervenir au domicile du patient selon ses besoins : infirmiers, pharmaciens, kinésithérapeutes, diététiciens, psychologues, ergothérapeutes, orthophonistes, etc.

 

  • L'hospitalisation à domicile (HAD) concerne les personnes malades atteintes de maladies graves, aiguës ou chroniques, évolutives et/ou instables. Elle ne peut être instaurée que sur prescription médicale, en accord avec le médecin traitant, avec le consentement de la personne malade et/ou de sa famille. Elle est réalisée uniquement suite à une évaluation médicale, paramédicale et sociale.

 

L'hospitalisation à domicile peut être aussi organisée en Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) ou non dépendantes (Ehpa).

 

    • personnes âgées de 60 ans et plus malades ou dépendantes,
    • personnes adultes de moins de 60 ans en situation de handicap,
    • personnes de moins de 60 ans atteintes de maladie.

 

Un infirmier coordonnateur s'assure de l'organisation des soins, en lien avec des infirmiers et des aides-soignants.

Les services de soins infirmiers à domicile peuvent intervenir dans les établissements non médicalisés prenant en charge les personnes âgées ou handicapées.

 

Les équipes spécialisées dans les soins palliatifs à domicile

C'est à l'initiative du médecin traitant (ou, si la personne est hospitalisée, d'un médecin hospitalier et du médecin traitant) que les services de soins palliatifs à domicile peuvent être mobilisés.

 

Il s'agit :

  • des réseaux de santé en soins palliatifs : une équipe pluri-professionnelle (médecins, infirmiers, psychologues, assistantes sociales, bénévoles, etc.) spécialisée en soins palliatifs, qui mobilise et coordonne l'ensemble des acteurs sanitaires et sociaux sur un territoire donné. Ils garantissent la qualité de la prise en charge ;

 

  • des Équipes Mobiles de Soins palliatifs (EMSP) : il s'agit d'une équipe pluriprofessionnelle (médecins, infirmiers, psychologues, bénévoles) qui intervient auprès des soignants, des patients ou de leur entourage, soit à la demande des services de soins, soit à la demande des établissements pour personnes âgées ou handicapées. En l'absence de réseau de santé en soins palliatifs sur un territoire, les EMSP peuvent intervenir au domicile des personnes en fin de vie.


Les services sociaux et d'aide à la vie quotidienne

  • Les assistantes sociales : attentives aux conditions du maintien à domicile en fin de vie, elles soutiennent les personnes en fin de vie et leur entourage dans leurs démarches pour obtenir les aides dont ils peuvent bénéficier si besoin : aides financières, matérielles, ménagères, repas à domicile, etc.

 


Les associations de bénévoles d'accompagnement

« Le bénévole s’intéresse à la situation singulière du malade et de son entourage. Par sa présence et son écoute, le bénévole peut apporter un soutien et un réconfort. Les dimensions physique, psychique et spirituelle de la personne et de son entourage sont prises en compte. L'accompagnement de l'entourage peut se poursuivre après le décès pour aider le travail de deuil. » (Extrait de : L’accompagnement des personnes en fin de vie et de leurs proches. Conférence de consensus. ANAES, SFAP, 2004)

 

L'accompagnement au domicile par des bénévoles nécessite un accord préalable de la personne en fin de vie et de son entourage. Il se fait dans le respect des rôles de chacun. Il est basé sur la présence et l'écoute.

 

Pour en savoir plus :

  • consultez le dossier sur la fin de vie à domicile du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie
  • numéro d’appel national « Accompagner la fin de la vie » 0811 020 300 (prix d’un appel local d’un poste fixe).
Mot-clef : Soins palliatifs

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie