Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Droits et démarches > Droits des patients et de leurs proches > La fin de vie > La souffrance psychologique du malade et de son entourage

La fin de vie 

La souffrance psychologique du malade et de son entourage

[ Publié le 18 avril 2012 - mis à jour le 21 octobre 2016 ]

La maladie grave a des répercussions sur le malade et son entourage. La perte d’autonomie, l’idée d’une mort possible, sont difficiles pour la personne malade et pour ses proches. Apaiser la souffrance et soutenir la personne font partie des objectifs des soins palliatifs.

 

La prise en compte de la souffrance psychologique et spirituelle

Une attention particulière est accordée à la qualité de l’échange avec le malade et ses proches, à l’accueil et à l’écoute de leurs préoccupations, leurs doutes, leurs angoisses, en s’aidant si nécessaire de la compétence d’un psychologue. Cette écoute attentive concerne tous les intervenants. Des traitements adaptés sont parfois proposés pour permettre à la personne de mieux faire face à des situations d’anxiété, d’angoisse ou de dépression.

 

Les interrogations spirituelles liées au sens de la maladie, au sens donné par chacun à la vie, à sa propre existence, au doute peuvent aussi s’exprimer, dans le respect des choix ou des croyances personnelles de chacun.

 

La famille et les proches nécessitent parfois d’être soutenus, épaulés dans leur difficile parcours face à la maladie grave et à la fin de vie qui touchent l’un des leurs. Les équipes soignantes, les associations de bénévoles d’accompagnement, les associations de malades, peuvent répondre à ces besoins en proposant un soutien individuel, familial ou collectif. En cas de décès du malade, cet accompagnement peut se poursuivre auprès des proches pour les aider au travail de deuil.

 

La prise en compte des difficultés sociales

Ces difficultés sont souvent présentes.

Néanmoins, elles ne sont pas toujours facilement exprimées par le malade ou sa famille : problèmes liés à l’emploi, soucis financiers liés à la réorganisation du foyer pour l’accueil à domicile du malade, volonté de reprendre contact avec des proches perdus de vue, etc.

Une assistante sociale pourra intervenir afin d’apporter une aide.

 

Pour aller plus loin, en collaboration avec le CNDR Soin Palliatif, nous vous proposons les réponses de trois experts aux questions que peuvent se poser les personnes malades en fin de vie et leurs proches.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie