Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog ma santé au quotidienMénage de printemps !

Ma santé au quotidien

Ménage de printemps !

[ Publié le 19 avril 2017 ]

menage-printemps

Ah le printemps ! Les jours rallongent, la météo s’adoucit, la nature se réveille et le ménage s’impose dans les maisons !
En effet, on parle de «  ménage de printemps » quand le changement de saison donne envie de nettoyer son lieu de vie et surtout de ranger les vêtements d'hiver au profit de ceux d’été. On profite également du beau temps pour ouvrir les fenêtres, secouer les tapis à l'extérieur, chasser la poussière accumulée en hiver…


Et si on s’attachait aussi à alléger nos espaces de vie de leurs multiples objets inutiles ? Trier, donner, recycler, jeter, faire de la place à l’intérieur de nos foyers et partant, de nous-mêmes ?

 

Un peu d’anthropologie

Notre rapport aux objets a évolué. La possession a été un temps mal vue de l’Eglise car elle éloignait de Dieu, mais au 19ème siècle les bourgeois exposaient leurs biens avec ostentation. Puis avec la société de consommation, tout à chacun a pu accéder à un vivier sans fin d’objets, utiles ou tentateurs, alors même que la peur du manque et l’angoisse des privations des dernières guerres n’avaient pas disparu. D’où une tendance pour certains à l’accumulation.

 

Et en effet,  un  sondage Ifop-Homebox de 2016 révèle que 77% des français stockent des objets dont ils n’ont pas besoin. En cause, sont cités : le manque de temps pour trier, l’envie de les garder ou l’intention de les ré-utiliser un jour.

Il y aurait même 4 profils d’accumulateurs :

- le gardeur économique : «  j’ai payé cher ce manteau, je le garde ! »,

-  le gardeur instrumental : « ces chutes de bois pourraient bien me servir un jour ! »,

- le gardeur social : « ce mixer pourrait servir à quelqu’un »,

- et pour finir, celui dont nous faisons tous partie à des degrés divers, le gardeur affectif : « c’est le caillou que j’ai trouvé lors de ma première promenade avec mon amoureux ».

 

Pour nous aider à y voir plus clair, alors que des sociétés se proposent de nous apprendre à trier et ranger,  Marie Kondo dans son ouvrage « La manie du rangement » (2 millions d’exemplaires vendus dans le monde), partage ses techniques de rangeuse émérite. Pour elle il ne faudrait pas essayer de se fixer des règles du style : «  si je n’ai pas porté cet habit depuis un an je le jette » ou « si un objet neuf entre, un vieux sort » mais bien plutôt interroger notre rapport aux objets. Elle conseille ainsi de les prendre tous, un par un en mains et d’écouter comment notre corps réagit : sommes-nous heureux d’avoir ce bibelot avec nous ? Nous apporte-t-il de la joie ? Et en ne s’entourant que d’objets ainsi vraiment ressentis comme positifs, nous serions plus en accord avec nous même, et de là plus aptes aussi à savoir ce qui nous plait et nous est favorable dans d’autres sphères de notre vie.

 

Certes les objets liés à l’affect sont difficiles à classer, et notamment ceux  hérités. Il faudra faire la part de la fidélité à l’autre et de ce qui est vraiment de nous. D’autre part,  Marie Kondo propose de s’interroger sur le rôle que cet objet joue dans notre vie, et ce au passé ou au présent.  Par exemple : « Cette veste marron n’est pas bien coupée mais j’aime le marron, donc je la garde » Et bien non ! Remercions en quelque sorte ce vêtement de nous avoir permis de comprendre que nous aimions le marron et laissons « partir » la veste qui ne nous va pas !

 

Interrogeons-nous sur nos besoins

De même, au cœur de nos lieux de vie (bureau, maison, voiture, sac à mains, etc.) nous émiettons notre personnalité en autant d’objets qui, rassemblés, formeraient le tableau de notre identité. Mais notre personnalité est plus concentrée et précise que cet éparpillement. Et nous le découvrons en sachant interroger nos besoins et nos ressentis et en nous permettant de jeter pour mieux garder.

 

Pour y parvenir, si la bonne résolution printanière vous appelle, armez-vous non pas d’abord du plumeau mais choisissez, après avoir laissé votre corps se détendre agréablement, votre respiration se poser tranquillement, de prendre le temps de vous saisir de certains objets, de les « écouter » d’une certaine manière et de laisser venir les sensations pour décider ce qu’il est bon de garder et utile de sortir de votre vie !

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus

 

DERNIERS COMMENTAIRES

Pas de commentaire trouvé.