Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog ma santé au quotidienLe patient de la semaine : les coliques du nourrisson

Ma santé au quotidien

Le patient de la semaine : les coliques du nourrisson

[ Publié le 13 mai 2015 ]

patient-coliques-nourrissons-souraud-120515

Une jeune maman nous présente son nouveau-né. Une nuée de blouse blanche curieuse entoure le berceau, et s’extasie devant sa bouille mignonne, ses cheveux hirsutes, ses yeux clairs, et l’on peut entendre : « il est trop mignon », « on oublie que c’est si petit », « il a l’air tellement éveillé »... Nous sommes toutes un peu nostalgiques de nos grossesses passées…

Mais notre petit ange si paisible, soudain se tortille, devient tout rouge, pleure, et pétarade dans sa couche. Vite, les bras de maman…c’est bon, tout va bien, notre petite merveille se rendort…
 

Coliques du nourrisson : qu’est-ce que c’est ?

Les coliques apparaissent le plus souvent vers l’âge de 3 semaines, et disparaissent spontanément vers trois mois (parfois six). Tous les bébés n’ont pas de coliques, mais c’est un phénomène fréquent qui désempare et angoisse souvent les jeunes parents. Leur bébé pleure sans raison apparente. Souvent il serre les poings, a le ventre dur, arque le dos, replie les jambes contre son ventre, se tortille, et a souvent des gaz pendant une crise. Ceci a plutôt lieu en fin de journée, ou 1 heure après la tétée.
 

Origines des coliques ?

Plusieurs hypothèses sont émises : l’intestin d’un nourrisson est tout neuf, sa flore intestinale en contact avec l’environnement se met en place, et cela favoriserait des ballonnements et des gaz, ou bien bébé ingère de l’air lors de sa tétée, ou encore bébé aurait une intolérance au lactose contenu dans le lait…
 

Comment apaiser bébé ?

  • Bercer votre enfant. Il ne sera pas plus capricieux, cela ne dure que quelques semaines.
  • Lui masser le ventre.
  • Le déposer à plat ventre sur votre avant-bras en déambulant dans l’appartement, ou sur votre poitrine bien calé, avec la chaleur de votre corps contre son ventre.
  • Le promener en poussette, ou en voiture (et oui tous le moyens sont bons !).
  • Lui proposer une sucette. La succion apaise les bébés. Attention à ne pas lui proposer systématiquement quand vous l’allaitez, il peut tout simplement pleurer parce qu’il a faim ou soif. (En effet, l’allaitement se fait à la demande, car on ne sait pas combien l’enfant a pris lors de la dernière tétée ; contrairement à un biberon qui est gradué).
  • Donner la tétée ou le biberon dans le calme.
  • Choisissez des modèles de biberon dit « anti-colique » qui diminue l’ingestion d’air.
  • Doser correctement la poudre lors de la reconstitution d’un biberon (la cuillère doit être rase).
  • Bien positionner l’enfant lors de la tétée. Il doit prendre toute l’aréole dans sa bouche.
  • Bien lui faire faire son rot après la tétée.
  • Si vous allaitez, ne mangez ni trop de yaourts (riche en lactose), ni d’aliments qui fermentent (choux, brocolis, oignon), ni de boissons gazeuses.

 

Quel médicament peut-on donner à bébé »?

En première intention, votre pharmacien pourra vous délivrer une solution à base de plantes (fenouil, tilleul…) sans danger pour votre bébé telle que la calmosine (attention le sirop se conserve  après ouverture maximum 10 jours et au frigo).

Si bébé pleure beaucoup, ou si vous êtes inquiet, consultez

Le médecin vérifiera alors qu’il prend correctement du poids, qu’il ne souffre pas d’autres pathologies comme du reflux ou de la constipation…

Le pédiatre ou le médecin généraliste pourra alors selon l’intensité des symptômes, lui prescrire un absorbeur de gaz telle qu’une préparation à base de Julep gommeux ou du polysilane, éventuellement des probiotiques (attention il faut une forme adaptée à bébé), changer son lait en poudre pour un autre, ou si nécessaire le mettre sous antispasmodique tel que de la trimébutine. 

Votre bébé est fragile, ne lui donnez pas un traitement sans l’avis d’un professionnel.

Si bébé prend du poids correctement, que votre médecin vous a rassuré, ne vous inquiétez pas : les pleurs d’un nourrisson sont un phénomène normal. Détendez-vous, reposez-vous, demandez conseil à des mamans expérimentées, cela ira mieux. Avec le temps, les pleurs cesseront comme par magie.

D’autre part, ne faites pas l’erreur d’arrêter l’allaitement si votre enfant a des coliques. Ce n’est pas une solution (sauf sur avis du pédiatre). En effet, certains parents sont obligés d’essayer de nombreux laits en poudre différents avant de trouver le bon (constipation, manque de satiété…).

Pour être mieux disposé à « affronter » les pleurs de bébé, reposez-vous. Bébé s’endort de bonne heure, n’attendez-pas la tétée de minuit, et allez-vous coucher. En effet, le sommeil de début de nuit est très réparateur. Quand vous êtes épuisé ou énervé, passez le relais, à votre conjoint, à une grand-mère, à une amie… Dormir, même une demi-heure seulement, permet de recharger les batteries.

DERNIERS COMMENTAIRES

alassalle - le 04/08/2017 dans "Apprendre à contrôler sa peur de l'avion"
J'avais jamais fais la différence entre peur et phobie, c'est bon à savoir ! J'avais découvert les racines de la peur
poplie - le 03/08/2017 dans "Rhinite allergique et rhume des foins : conseils p..."
Bonjour, Quelles sont vos sources concernant l'efficacité des antihistaminiques H1 le matin? Car
Calmette - le 05/05/2017 dans "Quand les médicaments sont absents des pharmacies"
Nouvelle grave pénurie annoncée de BCG intravésical Depuis 2012 on connait la pénurie d’un médicament qui est le