Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog ma santé au quotidienLe patient de la semaine : la rupture de vaccin

Ma santé au quotidien

Le patient de la semaine : la rupture de vaccin

[ Publié le 30 septembre 2015 ]

rupture-de-vaccins-300915

Ce matin, il fait beau les mamans sont de sortie, les poussettes débordent de couches, de sacs, de doudous. Elles parcourent la ville ; le bébé, les joues rosies par le vent, babille, ou dort. Leur parcours est stratégique. Elle passe devant chaque pharmacie et demande « Vous avez des vaccins? ». Elles tentent leur chance… Depuis presque un an, nous sommes en rupture des premiers vaccins de l'enfance.

 

 

 

Vaccination en France: où en-est-t-on ?

Point positif : le calendrier vaccinal a été simplifié.

Pour l'adulte, désormais ce sera plus simple. Pour la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la coqueluche, il suffira de retenir les âges suivants : 25 ans , 45 ans, 65 ans puis tous les dix ans 75 ans, 85 ans.

Par contre, chaque cas étant particulier, il est bon de faire un point avec votre médecin afin de s'assurer qu'il n'y ait pas d'oubli. Peut-être avez-vous besoin d'autres vaccins en fonction de votre situation (asthme, diabète, retard dans la vaccination, projet parental, projet de grossesse, voyage, situation professionnelle….).

Se faire vacciner, c'est se protéger soi-même, et protéger la collectivité, votre entourage, vos enfants.

En effet, d'une part, certaines maladies qui semblent anodines peuvent donner des complications gravissimes, d'autre part, si l'on ne maintient pas une certaine couverture vaccinale dans notre pays, des maladies graves, parfois mortelles, invalidantes vont ressurgir.

Pour information : l'haemophyllus influenzae pour qui aujourd'hui il existe un vaccin était responsable d’épiglottite aigue et d'asphyxie du nourrisson. La poliomyélite qui peut laisser des séquelles irréversibles était encore présente au début du siècle, grâce à l'oms avec une couverture vaccinale mondiale, la maladie est presque éradiquée  mais il reste encore des foyers (Afghanistan, Nigeria, Pakistan), c'est pourquoi ce vaccin est encore obligatoire. Il faut savoir qu'aujourd'hui encore il n'existe pas de traitement pour soigner le tétanos. Etc ... 

right-arrow Voir le calendrier 2015 simplifié des vaccinations

 

Point négatif : Rupture d'approvisionnement en pharmacie de certains vaccins.

Le gouvernement a donc du proposer une adaptation transitoire de la stratégie vaccinale.

Rupture du vaccin contre les formes graves de la tuberculose

Depuis fin 2014, la vaccin BCG-SSI est en rupture dans les pharmacies. On peut le trouver dans les PMI et les centres de lutte contre la tuberculose, pour lesquels il y a une distribution contingentée. Ce vaccin reste recommandé pour certains enfants en situation à risque, en Île de France.

Le vaccin BCG-SSI devrait revenir dans les pharmacies fin d'années 2015. A voir...

Tensions d'approvisionnement pour les vaccins combinés contenant la valence coqueluche

Quatre vaccins sont concernés :

les vaccins pentavalents (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, haemophilus influenzae) : Infanrix quinta® et Pentavac®

et les vacins tetravalents (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche) : Infanrix tetra® et tetravac®.

Ces vaccins sont fabriqués seulement par deux laboratoires (Glaxosmithkline et Sanofi Pasteur Msd) pour le monde entier. L'explosion de la demande mondiale liée en particulier à l'épidémie de coqueluche qui a eu lieu début 2013 (USA, Royaume Uni, Australie) explique les tensions d'approvisionnement. La fabrication d'un vaccin étant longue (plus de 18 mois), il devrait encore y avoir des soucis d'approvisionnement jusqu'à fin 2015. Sanofi parle d'une amélioration début 2016.

 

En attendant, le gouvernement a proposé une stratégie vaccinale de remplacement pour le temps que dureront ces difficultés ; première priorité : maintien de la vaccination des nourrissons ; deuxième priorité : la stratégie du cocooning doit être maintenue.

  • Pour les nourrissons (primovaccination avec 2 injections à 1 mois d'intervalle+rappel à 11 mois), utiliser le vaccin Hexavalent  (il y a l'hépatite B en plus). Ce vaccin ne devrait pas manquer en 2015.

Aucune étude n'a prouvé le risque de sclérose en plaque. Personnellement j'ai vacciné mes enfants contre l'hépatite B.

  • Pour le rappel à 6 ans : utiliser un vaccin à dose réduite d'anatoxine diphtérique et d'antigène coquelucheux ( Boostrix tetra® ou Repevax®). Attention, pour ces enfants, le rappel 11/13 ans devra se faire avec un vaccin tetravalent à dose non réduite (Infanrix tetra®, Tetravac®)
  • Pour le rappel 11/13 ans : pas de changement du calendrier vaccinal, utiliser un vaccin à dose réduite d'anatoxine diphtérique et d'antigène coquelucheux (Boostrix tetra® ou Repavax®).

Sauf si l'enfant a reçu à 6 ans une dose réduite d'anatoxine diphtérique et antigène coquelucheux; décaler le rappel à 13 ans avec une dose non réduite (Infanrix Tetra ou Tetravac). 


La stratégie du cocooning vise à protéger les nourrissons qui ne sont pas encore protégé contre la coqueluche avant l'âge de 3 mois et pour qui cette maladie peut-être mortelle.

Les enfants et les adolescents en contact avec un nourrisson de moins de 6 mois doivent être à jour de leur vaccination ou vaccinés contre la coqueluche.

Il en est de même pour les adultes pour qui la dernière vaccination contre la coqueluche remonte à plus de 10 ans et qui sont susceptibles d'être en contact avec un nourrisson ( projet parental, grands-parents, professionnels de santé et de la petite enfance, assistante maternelle, baby-sitter…).

 

Je sais que beaucoup de maman n'aime pas voir leur enfant pleurer à cause du vaccin, alors je leur dit : « Aimer vos enfants, c'est les protéger, c'est les vacciner et vous vacciner». Alors, à vos carnets…

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus

DERNIERS COMMENTAIRES

Calmette - le 05/05/2017 dans "Quand les médicaments sont absents des pharmacies"
Nouvelle grave pénurie annoncée de BCG intravésical Depuis 2012 on connait la pénurie d’un médicament qui est le