Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog ma santé au quotidienLa communication pharmacien - patients ou la difficulté de convaincre

Ma santé au quotidien

La communication pharmacien - patients ou la difficulté de convaincre

[ Publié le 7 décembre 2017 ]

patient-pharmacienne

Pas toujours facile de convaincre le patient. Le convaincre que c'est pour son bien, qu'il doit consulter, qu'il doit prendre un traitement à vie, de ne pas trop écouter les réseaux sociaux, etc. Cela nous prend souvent beaucoup de temps au comptoir et nous ne l'avons pas toujours.

 

Voici quelques exemples concrets pour illustrer le sujet.

 



Convaincre de consulter 

Un patient vient pour une toux. Après quelques questions de routine, je découvre qu'il est asthmatique. Son état s'aggrave depuis plusieurs jours. Il devrait consulter. Mais pas facile de le convaincre. Il pense que ce n'est pas la priorité. J'ai fait de mon mieux pour le persuader du contraire. Mais consultera-t-il ?

 

Le pharmacien est le premier acteur de santé de proximité. Il est facile de passer la porte d'une officine et les conseils y sont gratuits.

 

Le pharmacien est attentif à certains de vos symptômes que l'on pourrait qualifier de signaux d'alarme. En fonction de ces symptômes, il vous délivrera un médicament et/ou vous réorientera vers votre médecin. La pharmacie est une sorte de centre de tri de proximité

 

Faites confiance à votre pharmacien : s'il vous dit qu'il est préférable de consulter, prenez le temps de le faire. 

 

Convaincre de prendre un traitement

Une patiente hésite à donner l'antibiotique prescrit à sa fille qui souffre d'une otite sous prétexte qu'elle n'en a jamais eu. J'arrive à la convaincre qu'il faut absolument suivre la prescription. L'otite est d'origine bactérienne. Il existe un risque de complication grave si elle est mal traitée.

 

Cet exemple illustre combien il est important d'avoir une relation de confiance avec son médecin, et avec son pharmacien. Certains patients sont très méfiants vis à vis des médicaments et se mettent  en danger en ne suivant pas la prescription de leur médecin. 

 

Si votre comprenez la nécessité de votre traitement, si vous croyez en son efficacité, vous le prendrez mieux.

L'observance sera meilleure. Le succès thérapeutique aussi.

 

Convaincre de ne pas prendre un traitement 

Mr M. réclame, à grands cris, un antibiotique bien qu'il ne possède pas d'ordonnance. Il tousse depuis trois jours et n'a qu'un poumon. Je refuse de lui délivrer l’antibiotique et lui donne les coordonnées du médecin de garde. Non pas pour l'embêter mais pour le protéger.

Un médecin doit l'examiner, poser un diagnostic et prescrire le traitement qui convient le mieux. Pas d'automédication dans ce cas. De plus, d'un point de vue légal, je n'ai absolument pas le droit. Mr M. est odieux, m'accuse de non assistance à personne en danger et part fâché…

J'imagine que c'est l'inquiétude et le stress qui expliquent son attitude, mais j'avoue que  je mets bien quelques minutes à m'en remettre. Je n'aime pas les altercations.

 

 

Inversement il est aussi parfois difficile de convaincre un patient de ne pas prendre un traitement

 

Le pharmacien est le spécialiste du médicament. S'il vous déconseille tel ou tel traitement en automédication, écoutez-le.

 

Convaincre de prendre un traitement à vie 

Un patient vient renouveler son traitement anti-hypertenseur et me dit : « Je vais vraiment devoir le prendre toute ma vie ? ». Je ne lui mens pas : il y a de grande chance que oui. Mais je lui explique que c'est pour son bien, pour prévenir d'autres pathologies plus graves. J’ajoute que le traitement est bien toléré et qu'il y a d'autres maladies chroniques beaucoup plus embêtantes que la sienne.

 

Il est souvent difficile pour les malades d'accepter leurs maladies chroniques, de faire le deuil de certaines habitudes de vie, de prendre un médicament tous les jours. C'est normal.

 

Si vous souffrez d'une pathologie chronique, soyez un patient actif !

 

Être un patient actif cela veut dire :

  • prendre sa santé en main,
  • appliquer des règles hygiéno-diététiques adaptées,
  • comprendre sa maladie et l'enjeu du traitement en collectant des informations fiables auprès du médecin, du pharmacien, de sites de santé officiels ou d'associations de malades.

 

Convaincre de ne pas toujours écouter les médias 

Mme B., visiblement inquiète : « Ah je suis bien contente de vous voir, je n'ai pas dormi de la nuit ! J'ai vu une émission affreuse hier soir à la télé, j'ai eu peur que mon médicament me fasse perdre toutes mes dents. » .

Je n'avais pas vu la fameuse émission, mais après quelques questions j'ai compris de quoi il s'agissait : un effet secondaire très rare.

 

Les médias et les réseaux sociaux sont sources de beaucoup d'informations. Parfois justes. Parfois fausses.

Information véritable ou fausse information ? Message de santé publique ou publicité ? Information scientifique ou recherche du scoop ? Parfois le patient ne sait plus démêler le vrai du faux.

 

Si vous avez lu sur internet, vu à la télévision ou lu dans la presse, quelque chose qui vous interpelle, vous inquiète ou remet en cause votre traitement, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien, véritables professionnels de santé. Ils répondront à vos inquiétudes.

N'arrêtez jamais votre traitement chronique sans leur en parler.

 

La communication entre le patient et le pharmacien est donc essentielle mais elle n'est pas toujours facile à mettre en place.

Le manque de confidentialité dans nos officines, les contraintes de temps, le stress lié aux autres patients qui s'impatientent derrière le comptoir, les interruptions par le téléphone ou avec les autres collègues, les paperasses du tiers-payant, les médicaments manquants qui compliquent les délivrances font que parfois nous ne pouvons échanger autant que nous le souhaiterions avec nos patients.

 

Si besoin, n'hésitez-pas à revenir vers nous à un moment plus calme dans l'officine pour poser votre question.

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus

ECHANGER

DERNIERS COMMENTAIRES

Séverine Souraud - le 07/12/2017 dans "Douche pré opératoire : conseils pour bien se prép..."
Bonjour, Malheureusement les médicaments manquants en officine sont devenus notre quotidien, et l'on en ignore le plus
beru40 - le 05/12/2017 dans "Douche pré opératoire : conseils pour bien se prép..."
Bonjour, Je suis allergique à la crème dépilatoire Veet n'en déplaise au labo qui pense que c'est une vue de l'esprit
Séverine Souraud - le 14/10/2017 dans "Douche pré opératoire : conseils pour bien se prép..."
Merci pour cette information. je ne connaissais pas le SF2h. Il est vrai que l'officine est bien loin du milieu
annelyse - le 11/10/2017 dans "Douche pré opératoire : conseils pour bien se prép..."
Les recommandations sur la toilette pré opératoire de la sf2h indique qu'on ne peut pas recommandé préférentiellement