Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog ma santé au quotidienDormir, la belle affaire !

Ma santé au quotidien

Dormir, la belle affaire !

[ Publié le 17 mars 2017 ]

sommeil-dormir-repos

Nous passerons un tiers de notre vie à dormir. Alors autant mettre toutes les chances de notre côté pour que ces quelques années - à peu près vingt ans de sommeil à l’âge de soixante ans -, se passent dans les meilleures conditions. Outre des règles de base à privilégier, la question de dormir seul(e) ou pas se pose.

 

Voilà donc le thème de la 17ème Journée du Sommeil organisée par l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) en ce 17 mars 2017 : « Dormir seul ou pas : quel impact sur le sommeil ? ».

Nuit en solitaire ou pas ?

Sans évoquer le ronflement ou les coups de pied en pleine nuit, vous trouverez toujours les défenseurs du pour et les imperturbables du non. Telle personne vous dira qu’elle ne peut pas s’endormir seule, dans un grand lit désert et froid, alors que cette autre vous expliquera qu’elle ne supporte aucune présence pour trouver le repos, même pas le petit ami qui s’en va systématiquement terminer la nuit à côté !

 

Et que dire des parents qui par plaisir, pour faire cesser des pleurs, se sécuriser ou simplement par conviction éducationnelle, vont garder leur jeune enfant dans leur lit. Bien, pas bien ? Les spécialistes ont tendance à être unanimes : le co-dodo parent/enfant est globalement récusé.

 

Cette 17e édition va également aborder l’influence des pathologies du sommeil sur l’entourage.

 

Et puis n’oublions pas la question de nos chers compagnons, nos amis les bêtes, lesquelles aiment tant se lover au pied du lit et même se glisser sous la couette avec le museau qui dépasse juste ce qu’il faut. Mais gare aux éveils inconscients et pourtant réels, car ces adorables mammifères ont une vie nocturne tout à fait différente de la nôtre.
Ainsi le chat consacre une partie du jour au repos. De fait, son sommeil nocturne est ponctué de moments actifs. Or mouvements, bruits, gêne, peuvent perturber la profondeur de votre sommeil. Celui-ci sera alors moins récupérateur, malgré un nombre d’heures identique.

 

Un cocon propice au sommeil

Quoi qu’il en soit de vos choix et habitudes, il sera toujours essentiel de privilégier un environnement propice au sommeil, c’est-à-dire une chambre qui respecte ces quelques conseils de base :

  • Supprimer tous les écrans et ne laisser aucun appareil en veille. Ordinateur, télévision, tablette, smartphones, etc. quittent la pièce.
  •  Amener l’obscurité complète pour que le cerveau enregistre bien que c’est la nuit.
  • Maintenir si possible une température comprise entre 18° et 20° maximum.
  • Bien aérer ce lieu qui doit être accueillant, paisible et sécurisant.
  • Eviter au mieux toutes sources de bruit : on ne peut pas « fermer » ses oreilles, de fait, dormir dans un environnement bruyant est moins réparateur.
  • En dehors des relations intimes, la chambre est un lieu pour dormir. Il est donc tout à fait déconseillé de manger dans son lit, travailler ou tchatcher.
  • On n’y pense pas forcément mais la qualité de la literie représente en soi un facteur important pour garantir un bon sommeil. Il est recommandé de changer son lit à peu près tous les 10 ans.

 

Et si votre sommeil ou celui de vos proches réclame quelques éclaircissements, profitez des nombreuses manifestations à travers la France pour échanger avec des spécialistes.

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus

 

DERNIERS COMMENTAIRES

Pas de commentaire trouvé.