Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog ma santé au quotidienBruit de cours : partir quand même

Ma santé au quotidien

Bruit de cours : partir quand même

[ Publié le 22 juin 2015 ]

bruit-cours-enfance-180615

J'ai la chance de travailler auprès et pour des ados que je trouve extraordinaires ce qui, dans ma vie professionnelle, est un vrai cadeau. Aujourd'hui ma pensée va particulièrement à Camille et Julien frère et sœur très attachants dont la famille est en  grand désarroi.

J'ai rencontré Julien il y a deux ans pour un problème de bobologie. J'aime bien ce terme il est tout en rondeur et semble sans traumatisme.

Toutefois de minuscules plaies superficielles peuvent faire souffrir, mais elles ne sont pas graves, c'est ce que j'ai dit à cet élève de quatrième.

Il a de grands yeux derrière ses lunettes à verres épais et je sens une grande réserve chez lui. Je le soigne et nous discutons comme j'aime bien le faire avec les élèves quand ils passent ma porte.

 

La semaine suivante Julien revient car il a cassé la branche de ses lunettes et me demande si je peux y faire quelque chose. Avec un peu d'astuce je répare ce dégât en espérant que cela tiendra au moins la journée. Il va lui en falloir une autre paire et il me dit qu'il va voir cela avec ses parents.

Moins de dix jours après Julien revient à l'infirmerie, cette fois pour un mal de tête. Je remarque que ma réparation de fortune tient toujours et je lui demande si ses parents lui ont commandé d'autres lunettes. "C'est en cours "me répond-il.

 

C'est à ce moment que je décide de prendre plus de temps pour discuter avec lui. Un élève qui vient me voir à ce rythme, même si cela semble anodin, est bien souvent en demande d'une autre attention.

Aussi dans ces cas là avant de proposer un quelconque traitement je prends le temps de mener un simple entretien. Bien souvent une problématique surgit. Il me parle alors des grandes difficultés financières de sa famille, de la tension qui y règne, de son rôle de grand frère d'une fratrie de quatre. Dans cette ambiance, et malgré la souffrance qui se dégage de son discours, il n'y a aucune plainte.

 

Notre conversation presque terminée, Julien constate, lorsque je lui pose la question, que ses céphalées ont disparu. Je lui explique pour finir que sa famille peut être aidée par un service spécialisé dont je vais parler à ses parents.

Il semble soulagé.

Au téléphone c'est la mère de Julien qui me répond. Je lui expose les raisons de mon appel et lui demande son avis pour rencontrer l'assistante sociale du collège. Ayant son accord je me rends dans le bureau de l'assistante sociale qui va se charger de ce dossier.

 

Au cours des mois qui ont suivi je n'ai pas revu Julien et c'est par l'intermédiaire d'une enseignante très judicieuse que j'entends reparler de cette famille.

Il se trouve que pour la classe de sixième de cette enseignante, un voyage à la montagne est prévu et qu'elle vient de récupérer les accords des parents.

L'un d'eux répond qu'il ne peut envoyer sa fille Camille. Il est difficilement acceptable qu'un enfant ne puisse pas partir avec toute sa classe pour des raisons qui ne sont pas de son fait. L’enseignante demande à Camille de venir me voir pour que j’essaie d’en savoir un peu plus.

 

Elle arrive dans mon bureau un peu intimidée. Je lui explique que je connais bien son grand frère, que j'ai déjà rencontré ses parents et que je voudrais savoir ce qu'elle pense du voyage prévu pour sa classe. Elle me donne dans le détail toutes les activités de ce séjour auquel elle ne participera pas. Il ne s'agit pas pour moi d'aller contre la décision de ses parents, bien sur, mais de connaître la motivation de cette enfant et de voir si les raisons de ce refus sont d'ordre familial, auquel cas seule la famille est décisionnaire ou si elles sont d'ordre financier, auquel cas le collège pourrait intervenir. Et je penche pour la deuxième raison.

 

J'ai déjà connu une classe où tous les parents se sont proposés pour participer au financement du voyage d'un enfant…Finalement c'est par l'intendant du collège que le budget a été trouvé. Pour ma part je ne sais pas ce qu'il est possible de faire aussi je reste prudente.

 

Je souhaite juste savoir si Camille a envie d'y aller et quand elle me répond qu'elle en rêve secrètement je suis fixée. Elle m'apprend alors, du haut de ses onze ans, les difficultés financières persistantes de sa famille.

 

J'en parle au chef d'établissement, je contacte toutes les personnes s'occupant de ce genre de budget, les parents à qui l'intendant du collège a donné rendez-vous et le professeur responsable du voyage. Tout le monde s'implique. Au bout de quinze jours le budget est trouvé et avec l'accord de sa famille Camille va aller aux sports d'hiver.

Lorsque je la croise dans les couloirs c'est avec un sourire jusqu'aux oreilles qu'elle me dit bonjour.

 

Julien, lui, est venu me voir ces derniers jours pour me dire qu'il intègre l'année prochaine un lycée professionnel, que son petit frère va arriver en sixième dans le collège et qu'il aura besoin d'attention.

" J'ai bien compris le message Julien" et il repart avec le même sourire que sa sœur.

CHOISIR

logo_3935_ColDroite

Faire reconnaître son invalidité... Et après ?
 

Nos assistantes sociales vous aident dans vos démarches.

 

En savoir plus

DERNIERS COMMENTAIRES

Séverine Souraud - le 14/10/2017 dans "Douche pré opératoire : conseils pour bien se prép..."
Merci pour cette information. je ne connaissais pas le SF2h. Il est vrai que l'officine est bien loin du milieu
annelyse - le 11/10/2017 dans "Douche pré opératoire : conseils pour bien se prép..."
Les recommandations sur la toilette pré opératoire de la sf2h indique qu'on ne peut pas recommandé préférentiellement
Séverine Souraud - le 25/09/2017 dans "Rhinite allergique et rhume des foins : conseils p..."
Je n'ai malheureusement pas d'étude comparant la prise d'antihistaminique le matin versus le soir. Je n'ai peut-être
alassalle - le 04/08/2017 dans "Apprendre à contrôler sa peur de l'avion"
J'avais jamais fais la différence entre peur et phobie, c'est bon à savoir ! J'avais découvert les racines de la peur