Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog ma santé au quotidienBien soigner les cystites ou infections urinaires

Ma santé au quotidien

Bien soigner les cystites ou infections urinaires

[ Publié le 12 juillet 2017 ]

cystites-ou-infections-urinaires

Plainte d'une de mes jeunes patientes : « Ça me brûle quand je fais pipi, c'est affreux, j'ai tout le temps envie ». A son âge, quand on a un nouvel amoureux, une cystite, c'est fréquent. D'autant plus quand il fait chaud et que l'on boit peu !

Sans signe de gravité, sans situation à risque, voici mes conseils : boire un litre et demi d'eau, avaler quelques comprimés pour soulager les douleurs et prendre rendez-vous avec son médecin sans trop attendre si cela persiste.

Et pour éviter les récidives, je lui explique : il suffit juste d'uriner après chaque rapport sexuel.

Si vous aussi, avec ou sans nouvel amoureux, vous avez une infection urinaire, voici quelques informations  sur la cystite : ses symptômes, les traitements à disposition du pharmacien, quand doit-on consulter, des conseils hygiéno-diététiques, savoir réaliser un prélèvement ECBU etc.

 

Cystite ou une infection urinaire : c'est quoi ?

L'urine est normalement stérile. Une cystite est une infection de la vessie.

L'anus et la vulve étant proches chez la femme, il arrive que des bactéries de la flore intestinale (Escherichia coli très souvent) remonte le long de l'urètre et infecte la vessie. Le début de la vie sexuelle, la grossesse, la ménopause peuvent être des périodes où les cystites sont plus fréquentes.

La cystite est le plus souvent bénigne, mais mal soignée, l'infection peut remonter de la vessie vers le rein. C'est pourquoi il ne faut jamais la négliger.

Une cystite mal soignée peut entraîner une pyélonéphrite, une infection grave du rein.

C'est pourquoi il est important de consulter.

On parle de cystite récidivante à partir de quatre infections par an.

 

Les symptômes de la cystite

  • une sensation de brûlure en urinant, on parle de brûlure mictionnelle,
  • des envies très fréquentes d'uriner, on parle de pollakiurie,
  • une envie d'uriner impérieuse,
  • une douleur au bas-ventre,
  • une urine trouble, dont l'odeur est plus ou moins forte,
  • la présence de sang dans les urines est possible.

 

Attention, les cystites peuvent être asymptomatiques. C'est le cas parfois chez la femme enceinte.

 

Une cystite simple ne présente pas de fièvre.

L'apparition de fièvre est le signe d'une infection grave, qui peut aller jusqu'à la septicémie. Consultez immédiatement.

Dans quels cas faut-il consulter un médecin pour une cystite ?

Certaines situations nécessitent une consultation médicale très rapide.

Suspicion  de cystite :

  • avec fièvre
  • avec lombalgie
  • chez la femme enceinte
  • chez la femme allaitante
  • chez la femme récidivante (plus de quatre infections urinaires dans l'année)
  • chez la femme ménopausée
  • chez l'enfant
  • chez l'homme

 

A faire dès les premières gênes urinaires

Le traitement de la crise de cystite est plus efficace lorsqu’il est débuté de façon précoce.

La cystite nécessite presque toujours un traitement antibiotique, et donc une consultation.

Mais en attendant :

  • rendez-vous chez votre pharmacien qui peut tenter de vous soulager,
  • BUVEZ de l’eau (j'insiste !)

Votre pharmacien ne pourra pas vous délivrer d'antibiotique sans l'accord de votre médecin.

Mais il pourra vous donner de quoi soulager les symptômes :

  • du paracétamol,
  • du phloroglucinol (plus connu sous le nom commercial de Spasfon©),
  • des compléments alimentaires à base de plantes et d’oligoéléments sous réserve de ne pas présenter de contre-indication.

 

Signalez à votre pharmacien vos traitements, vos maladies chroniques (diabète par exemple) et vos allergies (en particulier aux fruits rouges).

 

Les compléments alimentaires pour lutter contre la cystite

Ils contiennent une baie rouge : la canneberge  (nom français) ou cranberry (nom anglais) ou vaccinium macrocarpon (nom botanique).

 

La canneberge est riche en PAC-A (proanthocyanidine de type A). Les PAC-A inhibent l'adhérence des bactéries Escherichia coli sur la paroi vésicale. Ainsi les bactéries sont éliminées pendant la miction.

 

C'est pourquoi en curatif, il faut :

  • les prendre dès les premières gênes urinaires,
  • et boire beaucoup.

 

Ils sont également utilisés en préventif dans les cystites récidivantes. Il faut alors faire des cures, de 3 mois idéalement, mais à posologie plus faible. Pour être efficace, les PAC-A doivent être à dose suffisante. Il faut 36 mg par jour minimum.

Ne pas utiliser de jus de cranberry où le dosage en PAC-A n'est pas clairement défini.

Ne pas commander de produit miracle sur internet qui n'est pas un réseau fiable.

En plus de la canneberge, les compléments alimentaires destinés à lutter contre les infections urinaires peuvent contenir (au choix) :

  • des plantes antiseptiques urinaires type busserole, bruyère, genévrier ;
  • des plantes diurétiques (orthosiphon, bouleau) ;
  • des huiles essentielles (sariette, romarin). Attention si vous avez l'estomac sensible ;
  • des oligoéléments (zinc, cuivre, sélénium) ;
  • des probiotiques ;
  • du propolis.

 

Conseils hygiéno-diététique pour lutter contre les cystites

  • Boire : un litre et demi d'eau par jour au minimum ;
  • Uriner après chaque rapport sexuel ;
  • Ne pas se retenir d'uriner et uriner dès que l'envie se fait sentir ;
  • S'essuyer d'avant en arrière après la selle ;
  • Lutter contre la diarrhée et la constipation ;
  • Pas de douche vaginale ;
  • Envisager avec votre gynécologue un traitement local hormonal substitutif de la ménopause en cas de cystite récidivante.

 

Bien réaliser un ECBU

Le médecin vous prescrira peut-être un ECBU (examen cyto bactériologique des urines) afin d'identifier le germe en cause et ses possibles résistances aux antibiotiques.

Pour que cet examen soit interprétable, il est important de le réaliser dans de bonnes conditions.

Idéalement, recueillir l’urine le matin, au réveil. Sinon 4 heures après la dernière miction.

  • Se munir d’un flacon d’analyse stérile disponible chez votre pharmacien ou dans votre laboratoire. Et d'un antiseptique.
  • Se laver les mains soigneusement à l'eau et au savon, essuyer avec un linge propre ou du sopalin.
  • Faire une toilette minutieuse de la vulve, de préférence d'avant en arrière.
  • Écarter les grandes et les petites lèvres, et appliquer une compresse d'antiseptique en un seul geste d'avant en arrière.
  • Éliminer le premier jet d'urine dans les toilettes,
  • Récupérer le milieu de jet dans le flacon stérile en ne touchant que l'extérieur du flacon.
  • Terminer d'uriner dans les toilettes.
  • Refermer le flacon.
  • Apporter le flacon rapidement au laboratoire d'analyse.

 

Les urines ne doivent pas être conservées plus de 2 heures à température ambiante.

Sinon, conservez le flacon au réfrigérateur, à 4 °C pour une durée maximale de 24 heures.

Avant de prendre votre traitement, vérifiez :
  • les bonnes pratiques d'utilisation (laisser revenir à température ambiante ou pas)
  • les conditions de conservation après ouverture (remettre au frais ou pas, sur quelle durée, etc.).
Ces conditions peuvent varier d'un traitement à un autre. Toujours lire la notice !
  • Pour en savoir plus sur l'ECBU

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus

DERNIERS COMMENTAIRES

alassalle - le 04/08/2017 dans "Apprendre à contrôler sa peur de l'avion"
J'avais jamais fais la différence entre peur et phobie, c'est bon à savoir ! J'avais découvert les racines de la peur
poplie - le 03/08/2017 dans "Rhinite allergique et rhume des foins : conseils p..."
Bonjour, Quelles sont vos sources concernant l'efficacité des antihistaminiques H1 le matin? Car
Calmette - le 05/05/2017 dans "Quand les médicaments sont absents des pharmacies"
Nouvelle grave pénurie annoncée de BCG intravésical Depuis 2012 on connait la pénurie d’un médicament qui est le