Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog ma santé au quotidienApprendre à contrôler sa peur de l'avion

Ma santé au quotidien

Apprendre à contrôler sa peur de l'avion

[ Publié le 25 juillet 2017 ]

peur-avion-voyage

On estime qu’il ne causerait qu’un mort pour 20 millions de voyageurs transportés (ce qui est très peu en comparaison des autres modes de transport), mais 20% des  passagers en ont peur. L’avion reste cependant un moyen incontournable pour les grandes distances.

Pour ceux qui évitent de le prendre et pour ceux qui vivent un enfer pendant le vol, des solutions existent pourtant !

 




Peur ou phobie ?

A peine assis sur le siège de l’avion, votre cœur bat la chamade, vous transpirez, tremblez, étouffez, avez des vertiges, des picotements, des bouffées de chaleur : bref, la crise de panique n’est pas loin ! Mais il y a différents degrés dans la peur de l’avion, allant de la simple anxiété à la phobie.

Si la phobie, cette peur démesurée d'un danger inexistant, vous concerne, vous n’entrerez pas dans l'appareil, ni même dans un aéroport. Et alors que quelques séances de sophrologie par exemple, peuvent suffire à estomper les appréhensions, la personne véritablement phobique devra travailler plus en profondeur.

 

Les racines de la peur ne sont pas dans les airs

En fait, les personnes concernées seraient le plus souvent sujettes à l’anxiété. Les peurs, bien réelles pour ceux qui les vivent, ne sont la plupart du temps pas fondées sur des éléments rationnels.

Elles s'installent à partir des interprétations issues d’informations ou de sensations comme celles ressenties lorsqu’il y a des turbulences dans un avion. Après un vol vécu comme une mauvaise expérience, le cerveau donnera ensuite l’ordre d’éviter de vivre à nouveau une telle situation !

C’est aussi et surtout très normal de ne pas être rassuré en avion car le cerveau est sécurisé par trois éléments :

  • la possibilité de s’échapper : prenons pour exemple la sortie dans une salle de cinéma,
  • la certitude qu’il ne se passera rien : sentiment éprouvé dans un endroit familier,
  • le sentiment de contrôler la situation : par exemple conduire soi-même une voiture.

 

Or aucune de ces options n’est présente à 10 000 mètres d’altitudes et les personnes les plus touchées par la peur aérienne sont justement celles qui déclarent avoir un fort besoin de contrôle.

 

Connaître les coulisses et mieux visualiser la réalité

Au centre de traitement de la peur de l’avion (CTPA*), les techniques sont éprouvées pour favoriser un mieux-être dans les airs. Une étude de 2015 démontrait que l’anxiété ressentie en vol par les participants était de 9,2 sur 10 avant un stage au CTPA et de 3,2 sur 10 ensuite.

Or, la première action à mener est de rediscuter les croyances que chacun s’est forgé via ses expériences ou le traitement alarmiste des médias lors de problèmes aériens. Pour cela les détails techniques des conditions de vols et l’explication des lois physiques éclaircissent bien des idées. Par exemple : lors de fortes turbulences, un avion descend de 20 centimètres au maximum. Mais la vitesse nous donne un réel sentiment de chute libre : vingt centimètres de chute lors de turbulences à 800km/h provoquent un ressenti équivalent à une chute libre de cinquante mètres, alors que la situation est strictement sans danger.

 

D’autre part, une séance en simulateur de vol permet de découvrir la réalité de l’appareil et les actions possibles de la part d'un personnel qualifié, même en cas de problème. De plus cette connaissance donne l’illusion, très appréciable et efficace, de récupérer un peu de ce contrôle qui manque tant : la personne pourra ensuite se projeter dans le cockpit et imaginer les actions du pilote.

Ainsi la cognition est plus juste et le comportement peut commencer à évoluer, le cerveau ayant été confronté en toute sécurité au contexte stressant dans le simulateur.

 

Lutter contre la peur de l’avion : trois actions en sophrologie

  • La respiration est un allié précieux. Le CTPA cite la cohérence cardiaque pour apaiser la sensation de crise de panique qui « monterait ». La sophrologie a la même démarche avec un temps d’expiration plus grand que le temps d’inspiration. Précisément, il est proposé toutes les 10 secondes d’inspirer sur 4 temps et d’expirer sur 6 secondes. Physiologiquement le rythme cardiaque s’abaisse et le niveau d’anxiété également.

 

  • Dé-focaliser par la visualisation ou l’action : mettez en place pour vous-même une technique de diversion en imaginant que vous êtes déjà arrivé sur votre lieu de villégiature, détendu et profitant du soleil dans un environnement apaisant.
    Ou bien agissez en lisant, coloriant, en jouant avec les enfants ou en échangeant avec vos voisins. Quoi qu'il en soit, faites en sorte que votre esprit ne puisse plus se focaliser sur les pensées anxiogènes en lui offrant un nouvel horizon.

 

  • La sécurité par le corps : un des grands apports de la sophrologie est de se reconnecter à ses sensations corporelles et d’accéder à un état d’harmonie corps-esprit qui permet également de recontacter la sécurité que nous avons toujours à être avec nous-même. Pour commencer, attirez votre attention sur les sensations de tous vos appuis, du dossier du siège aux accoudoirs, en insistant sur les voutes plantaires, tapotez ce sol sous vos pieds : il est bien réel, vous ne flottez pas !

 

Bien préparé, il ne vous reste plus qu'à vous envoler en toute sécurité !


*CTPA : Site du Centre de traitement de la peur de l’avion www.peuravion.fr

1 commentaire

alassalle -

J'avais jamais fais la différence entre peur et phobie, c'est bon à savoir !
J'avais découvert les racines de la peur de l'avion par hasard dans cet article : https://www.voyage-tranquille.com/comment-vaincre-sa-peur-de-lavion/
Il
parle aussi de la respiration. C'est ce qui m'aide beaucoup en avion.
Par contre ça ne disparaît pas vraiment, c'est toujours là en tâche de fond, mais c'est supportable.
Merci pour votre article.

DERNIERS COMMENTAIRES

alassalle - le 04/08/2017 dans "Apprendre à contrôler sa peur de l'avion"
J'avais jamais fais la différence entre peur et phobie, c'est bon à savoir ! J'avais découvert les racines de la peur
poplie - le 03/08/2017 dans "Rhinite allergique et rhume des foins : conseils p..."
Bonjour, Quelles sont vos sources concernant l'efficacité des antihistaminiques H1 le matin? Car
Calmette - le 05/05/2017 dans "Quand les médicaments sont absents des pharmacies"
Nouvelle grave pénurie annoncée de BCG intravésical Depuis 2012 on connait la pénurie d’un médicament qui est le