Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Ma santé au quotidien

Allo maman...

[ Publié le 7 février 2018 ]

enfant-ecran

Dés janvier 2018, deux grands actionnaires d’Apple - la marque à la célèbre pomme - préoccupés par les effets sur la santé mentale d’un usage excessif des iPhones, demandaient une étude et des actions sur l’addiction des enfants envers les téléphones mobiles.

En France, le Dr Anne Lise Ducanda et le Collectif surexposition écrans (Cose) auquel elle appartient alertent : depuis quinze ans, elle constate la multiplication par six de symptômes inquiétants chez de jeunes enfants. Ceux-ci refusent les interactions sociales avec leurs parents, ont des problèmes de sommeil et seraient véritablement dépendants des smartphones.

 

Des chiffres et des âges

Selon Médiamétrie  les enfants ont leur premier téléphone à 11 ans et  9 adolescents sur 10 utilisent des applications de téléphonie mobile. La fameuse Snapchat, permettant de discuter avec ses contacts sous forme de photos ou bien de discussions instantanées, serait utilisée par 41% des jeunes Américains et 100 millions de personnes dans le monde, avec un fonctionnement très addictif, comme l’ont démontré des études.

Les 16-24 ans passeraient plus de 4 heures par jour sur leur téléphone !

Mais le Dr Ducanda constate, elle, dès l'âge de 3 ans,  des retards de développements sociaux similaires à des troubles autistiques chez certains enfants qui sur-utiliseraient les smartphones laissés dans leurs petites mains par leurs parents, et qui seraient ainsi trop souvent sur-stimulés.

 

Des études éclairantes

Le magazine de France 2 « Envoyé Spécial » a enquêté et rappelé qu’aux Etats-Unis, les méfaits des nouvelles technologies ont été démontrés depuis longtemps. Le Dr Kardaras* qui dirige une clinique de désintoxication, a écrit l’ouvrage  au titre révélateur « Digital Heroin » dans lequel il assimile à de l’héroïne ces nouvelles technologies.

De fait il a pu observer les mêmes phénomènes de manque, d’impulsivité, d’agressivité…. La production de dopamine est en effet sans cesse stimulée par cette digitalisation omniprésente ce qui alimente sans cesse le circuit de la récompense, d'où des comportements de plus en plus addictifs.

De plus, des scanners ont démontré qu’en cas de grande utilisation des écrans, le cortex frontal rétrécit, lequel est impliqué dans la gestion de la frustration, de l’impulsivité, de la prise de décision, ce qui concourrait aussi à réduire l’intelligence émotionnelle.

Normal, les concepteurs de ces applications ou des réseaux sociaux se sont appuyés sur des neurosciences pour parfaire leurs outils  et nous rendre de plus en plus dépendants !

 

Des réactions collectives

Si le Dr Ducanda a créé avec des psychologues et des orthophonistes un collectif pour interpeller et informer, elle réclame une information précise pour les parents qui sont de plus en plus perdus face aux réactions de leurs enfants.

Ailleurs, des prises de conscience collectives émergent : des écoles au Danemark interdisent les téléphones portables et la Chine a fait de l’addiction à Internet un problème de santé publique.

Cependant, si le Dr Ducanda parle d’effet réversible à l’arrêt ou à la meilleure gestion du téléphone portable, le psychiatre Serge Tisseron n’en est pas certain sur le long terme.

 

Mettre en place une vraie substitution

Car avant tout, pour que cela soit efficace, chez les petits comme chez les adolescents, une information ne suffira pas.

Il faut comprendre, avec les adultes référents, ce qui nous rend « accroc » et ce que l'on gagne à lâcher ses écrans pour le faire (re) découvrir à nos enfants. Les moments de perte de repères, peut-être d’ennui au début, feront ainsi place au calme, à la créativité, aux interactions sociales retrouvées.

Et comme l’usage de ces technologies est  incontournable, il s'agit juste d'apprendre avec mesure à les « consommer » en famille !

 


*Dr. Nicholas Kardaras. Glow Kids: How Screen Addiction Is Hijacking Our Kids — and How to Break the Trance. St. Martin's Press, 2016.

DERNIERS COMMENTAIRES

Séverine Souraud - le 07/12/2017 dans "Douche pré opératoire : conseils pour bien se prép..."
Bonjour, Malheureusement les médicaments manquants en officine sont devenus notre quotidien, et l'on en ignore le plus
beru40 - le 05/12/2017 dans "Douche pré opératoire : conseils pour bien se prép..."
Bonjour, Je suis allergique à la crème dépilatoire Veet n'en déplaise au labo qui pense que c'est une vue de l'esprit
Séverine Souraud - le 14/10/2017 dans "Douche pré opératoire : conseils pour bien se prép..."
Merci pour cette information. je ne connaissais pas le SF2h. Il est vrai que l'officine est bien loin du milieu
annelyse - le 11/10/2017 dans "Douche pré opératoire : conseils pour bien se prép..."
Les recommandations sur la toilette pré opératoire de la sf2h indique qu'on ne peut pas recommandé préférentiellement