Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

La vie secrète d'un médecin ordinaire

Naufragée des urgences

[ Publié le 8 juin 2017 ]

vignette_naufrage_e

Mon stéthoscope autour du cou, je suis sur le pont d’un navire. Au loin, le vent hurle et agite une mer susceptible. Des moutons se forment sous une chape de plomb et laissent présager l’arrivée de l’orage …

 

Margaux l’infirmière semble vouloir prendre en main le contrôle des urgences. 

- Lanie, attrape-moi donc ce bout et attache-le sur le cabestan de bâbord, dépêche toi ! Je ferai la prise de sang de Mr Bourrasque juste après.

Naufragee 1

- Heu, oui, lequel ? Je regarde autour de moi et il y en a 5 à côté les uns des autres...

 

Pour me donner bonne conscience, je m’exécute sans trop comprendre ce que je fais. J’en choisis un au hasard et y amarre le bout. À moi-même : - Avec un peu de chance, peut-être qu’elle ne s’apercevra pas j’ai prescrit ce cabestan au hasard et que je ne maîtrise plus rien de la navigation…

Le vent se fait de plus en plus fort, les mâts grincent. Un rempart noir se dessine à l’horizon.

À distance, j’observe Margaux bondissant d’un bord à l’autre du voilier, avec son brassard à tension, sûre d’elle et déterminée.

Naufragee 2- Il faut absolument affaler la grande voile avant qu’il ne soit trop tard ! Fini le  temps des Alizés, la tempête approche à grands pas !!! Viens avec moi, Lanie, on va prendre un ris pour réduire la voilure sur le pont arrière.

 

Passive et confuse, je lui emboîte le pas, contente de ne pas avoir à prendre le contrôle des opérations.

À moi-même: - C’est bien comme ça ! Moi, je ne m’en sens plus capable, ces derniers temps. Peut-être à cause de l’afflux massif de patients… Ou du sous-effectif… Ou des collègues médecins qui démissionnent. Je suis lente au diagnostic. J’ai l’impression de ne plus rien maîtriser. Alors comment pourrais-je choisir une destination ni même assurer la sécurité de l’équipage?

 

- Heu,  Margaux, c’est où déjà le pont arrière ?

Naufragee 3

C’est comme ça que s’est métabolisée en moi la pression exercée sur les urgentistes ces dernières semaines. Je me suis réveillée un matin, mi-matelot mi-médecin, confuse, à vouloir à la fois prendre l’air et larguer les amarres, à vouloir à la fois démissionner et poursuivre l’aventure.

NOTRE EXPERT

contact lanie scope

  • Dr Lanie Scope, urgentiste