Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog du Professeur LALAUT'es végane ou platane ?

Une réflexion sur l'équilibre alimentaire

T'es végane ou platane ?

[ Publié le 29 août 2017 ]

vegan-plantes-legumes

Le veganisme a ses adeptes. Si l’on en juge notamment par les quelques centaines millions d’occurrences qui apparaissent en tapant « vegan » dans un moteur de recherche sur internet.
Un phénomène aussi considérable ; ça mérite de s’y interroger, non ?
Bon, puisque vous insistez.

 

Il était une fois…

J’étais interviewé sur une chaine de radio. Le thème, c’était l’équilibre alimentaire. Mais je ne savais pas qu’en face de moi il y aurait un interlocuteur. Un adepte du véganisme qui allait bientôt me dire que l’équilibre, c’est le véganisme. Et rien d’autre.
Bon…
Alors, je commence à développer mon propos. Que l’équilibre, c’est l’équilibre de la vie vivante, toute vie confondue. Que ce qui est infligé dans les abattoirs c’est tout simplement insupportable mais pour autant je ne vois pas pourquoi notre attention devrait se focaliser sur les animaux seulement. Que les plantes ça vit aussi. Et ne voici-t-il pas que je me fais entrecouper par un « ah, oui… le fameux cri de la carotte ! ».
Pauvre de moi, qui ait oublié que les animaux, quand on leur coupe la gorge, ça fait « aïe ! » (ou équivalent) mais que les plantes, les arbres, qu’on en mette une tranche, ou deux, ou trois, on ne les entend pas couiner.

 

Planté !

Scotché sur place que je suis. Renvoyé dans mes cordes.
(Si vous voulez, on peut refaire la scène en stéréo).
Je tente quand même d’avancer que les petits pois, quand on leur met de la musique, ils prennent du poids (et en plus c’est vrai, publié dans une bonne revue scientifique et tout). Mais je ne me sentais pas aller jusqu’à dire que j’avais un ami qui parlait avec ses plantes, dont il me disait qu’elle sentait son humeur quand il apposait ses mains sur elles au terme de sa journée de labeur.
Maintenant, pour trancher – si je puis dire – il n’y a plus qu’une chose à faire : mettre un micro sur le ventre de la carotte. Peut-être émet-elle un pleur, un cri, dans une gamme de fréquences que l’oreille humaine ne saurait percevoir.

 

Un peu de sérieux, s’il vous plaît !

Bon, excusez-moi ; j’ai pris un coup de chaud, la canicule est passée par là, et elle a généré des effets adverses.
Quoique…
Je veux bien pour les animaux, encore une fois, pour l’attention que nous leur devons (et Montaigne de dire que nous ne devrions manger que les animaux que nous sommes capables de tuer). Mais les plantes, les végétaux, les arbres, doivent-ils être relégués pour autant au rang de simples choses ?
Eh bien, justement, c’est bien pour cette raison que je viens vers vous, chers lecteurs.
Parce que je crois que j’ai un peu raison. Ce n’est peut-être pas bon pour mon égo, mais j’ai raison quand même…

 

La santé, c’est de saines lectures

Le temps des vacances, c’est le temps de lire des bouquins que l’on n’a pas nécessairement l’occasion de lire dans l’année.
Et qu’ai-je lu cet été, je vous le demande ? Notamment un bouquin sur les arbres. Un best-seller même : La vie secrète des arbres, de Peter Wohlleben (un ouvrage publié chez Les arènes. Rien qu’à regarder la superbe couverture, on a envie de le dévorer, cet ouvrage).
Où l’on y apprend (et fort bien : c’est bien écrit, pédagogique et tout, avec même des points d’humour) que les arbres, ça vit, ça sent (je ne parle pas des odeurs), ça communique, ça se défend contre les agressions, ça a un comportement de vie communautaire ; etc.
Bref, comme si les arbres avaient plusieurs sens.
Tiens, tiens…

 

Hêtre ou ne pas hêtre…

Evidemment, nous ne sommes pas à une échelle de temps conventionnelle. Toute cette biologie se déroule sur de nombreuses années, et même sur des centaines d’années.
Voilà qui ne nous rajeunit pas…
Je n’en éprouve pas moins un certain plaisir. Parce que – bis – l’ouvrage est agréable à lire, et ensuite parce qu’il assoit gentiment ma thèse : c’est la vie, de façon générale, qu’il convient de respecter, la « vie vivante » si j’ose dire.
C’est tout notre environnement même, de la façon la plus large, qu’il faut respecter. Car nos animaux, nos végétaux, ont bien un cadre de vie ; un écosystème comme on dit.

 

Respectons donc les animaux. Respectons aussi les végétaux.
Il ne nous reste plus maintenant qu’à « penser comme une montage », comme l’a dit quelqu’un dont j’ai oublié le nom.
Et alors, peut-être, sauverons-nous de notre planète d’une mort annoncée.


NOTRE EXPERT

Photo-Dr-Lalau

  • Jean-Daniel Lalau, nutritionniste

CHOISIR

logo_3935_ColDroite


Besoin d'un relais près de chez vous ?
 

Un soutien pour votre quotidien près de chez vous ? Nos conseillers santé vous donnent les coordonnées d'associations de patients.

 

En savoir plus

DERNIERS COMMENTAIRES

Pas de commentaire trouvé.