Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog de nos assistantes socialesRendre un logement accessible pour une personne à mobilité réduite : les pièges à éviter

Les questions sociales vues sous un autre angle

Rendre un logement accessible pour une personne à mobilité réduite : les pièges à éviter

[ Publié le 15 mai 2017 ]

handicap-maison-amenagement

Quotidiennement je rencontre des familles confrontées à des soucis d'accessibilité dans leur propre logement. Il est vrai que les pièges sont nombreux : aménager un nouvel appartement sans avoir anticipé l'accessibilité extérieure, s’équiper d’un siège de douche et d’une robinetterie inatteignable parce qu’elle est placée dans le dos, investir dans des travaux de construction d’une rampe coûteux pour s'apercevoir ensuite qu'elle est trop étroite pour circuler en fauteuil roulant, etc.

 



Bien préparer son projet

Pour éviter ce genre d'écueil, il y a trois questions à se poser. :

  • Suis-je assez bien entouré pour mon projet ? Celui-ci doit être étudié dans le détail, quel en sera le coût, quelles autorisations dois-je collecter selon mon statut de locataire ou de propriétaire, de mon âge et de mes incapacités, quelles sont les aides auxquelles je peux prétendre ? Des professionnels peuvent vous aider : ergothérapeutes, assistantes sociales, médecins... Alors parlez de votre projet avec eux en avant d'agir.

 

  • Est-ce que je connais suffisamment mes propres besoins ? Rien de telle qu'une mise en situation en conditions proches de la réalité avant de se lancer dans les travaux pour déterminer le type de matériel, les emplacements des points d'appui etc.

 

  • Quelles sont les normes incontournables pour cette réalisation ? Renseignez-vous toujours des réglementations en cours. Très souvent, je visite des salles d'eau avec la machine à laver dans une zone hors normes. Il existe 3 volumes distincts où certains équipements sont interdits, tolérés ou acceptés.

 

Les conseils suivants vous éviteront certains pièges, mais ils sont loin d'être exhaustifs. Pour plus de précisions vous pouvez consulter le site ministériel sur la Réglementation Accessibilité Bâtiment.

 

Prévoir la circulation extérieure

Il s'agit de la circulation de votre place de stationnement à l'entrée du bâtiment d'habitation :

  • la place de stationnement sera signalée et devra mesurer un minimum de 3,30 m x 5,40 m ;
  • le sol sera carrossable, sans obstacle pour les roues d’un fauteuil ;
  • S'il y a une pente, vérifiez qu'elle soit pourvue d'une main courante si vous pouvez marcher, et d'un chasse roue si vous êtes en fauteuil roulant. Empruntez-la plusieurs fois pour tester votre aptitude à la monter. La pente devra être inférieure ou égale à 5 % si vous circulez en fauteuil roulant manuel et elle sera tolérée à 8 % en cas de fauteuil roulant électrique.
  • Ne négligez pas la largeur de la pente : minimum 1,20 m pour que vous puissiez croiser le voisin.

 

Anticiper la circulation intérieure

De façon générale, pour une circulation fluide en fauteuil ou avec des cannes, on privilégiera des espaces épurés en mobilier et tapis, des fils électriques et rallonges bien gainés et rassemblés le long des murs. Les passages de portes de face en fauteuil roulant sont possibles à 70 cm, mais si on doit les franchir  latéralement à un couloir alors l'un et l'autre doivent mesurer 90 cm et 1,20m pour ne pas avoir plusieurs manœuvres à réaliser.

 

Dans la cuisine : aujourd'hui les cuisines du commerce sont très modulables et s'adaptent aux envies et besoins de chacun, alors tirez profits de toutes ces options ! Une cuisine idéale devrait à mon sens réunir :

  • des plans de travail évidés (pour les usagers en fauteuils roulants) et éventuellement motorisés pour régler la hauteur en fonction de l'utilisateur ;
  • des rangements équipés de tiroirs coulissants et non de placard dont on ne voit pas le fond ;
  • les réfrigérateurs, lave-vaisselle, fours seront surélevés pour être à hauteur de l'utilisateur. Il existe même le four à porte rabattante dite porte « slide et hide » ou le four tiroir pour un meilleur accès aux plats ;
  • les plaques de cuisson seront à induction (sécurité optimale pour les risques de brûlures) ;
  • l'évier sera de préférence peu profond, avec un siphon déporté et calorifugé, pour permettre l'accès en fauteuil sans risque de brûlure. La robinetterie sera munie d'un long bras de levier pour en faciliter la manipulation.

 

Dans la chambre : il s'agit d'une pièce qui bien que destinée au sommeil, ne doit pas être négligée en terme de déplacement, ni en terme d’éclairage :

  • j'ai trop souvent entendu mes patients se plaindre de rester dans le noir, ou à la lumière artificielle en attendant leur tierce personne alors qu'il fait jour dehors et qu'une simple télécommande des volets roulants suffirait à leur bonheur ;
  • pour circuler autour du lit, des dégagements de 0,90m et 1,20m sont indispensables pour éviter plusieurs manœuvres en fauteuil roulant. Il faudra prévoir une aire de giration d'1,50m pour faire demi-tour dans la chambre.
  • Dans la salle d'eau : c'est la pièce la plus complexe à adapter dans un logement. Baignoire ou douche ? Siège escamotable ou fauteuil roulant pour douche ? Indépendant ou avec tierce personne ? Vivez-vous seul ou en famille ?

 

Je peux cependant vous suggérer la liste du matériel le plus prescrit au domicile de mes patients.

  • Douche ou bain ? Si vous n'êtes pas tributaire d'un propriétaire, optez pour la douche à l'italienne, sans seuil, quitte à installer une pompe de relevage pour obtenir le seuil zéro.
  • Si vous devez vous transférer sur un siège, choisissez un siège confortable, avec assise rembourrée, accoudoirs et béquille. Si vous utilisez un fauteuil roulant douche ou un chariot douche vous devez impérativement faire appel à un professionnel (ergothérapeute notamment) pour être assuré de l'accessibilité de votre espace douche.
  • Optez pour une robinetterie thermostatique avec levier ergonomique (pour éviter les risques de brûlures et faciliter la manipulation)
  • La pomme de douche sera fixée sur un coulisseau réglable en hauteur.
  • Les barres d'appuis sont indispensables (en L, coudées, en angle…). Pensez votre trajet et vos transferts : assis, debout et en fauteuil, il faut sécuriser votre passage. Souvenez-vous que 46 % des chutes des seniors ont lieux dans la salle de bain.

 

WC : Un incontournable : avoir une porte qui ouvre vers l'extérieur pour pouvoir intervenir en cas de malaise.

  • La norme suggère une cuvette surélevée de 48 cm à 50 cm de hauteur, ceci est vérifié pour tous les utilisateurs debout ou en fauteuil roulant faisant leur transfert sur la cuvette. Par contre pour les personnes utilisatrices du fauteuil roulant douche la cuvette des WC ne devra pas dépasser 40cm de hauteur. Je n'entre pas dans le détail des bâtis supports étroits et des cuvettes rallongées mais n'hésitez jamais à solliciter l'avis d'un professionnel.
  • Si vous devez vous transférer sur la cuvette, il vous faut un espace de 0,80 x 1,30 m minimum à côté de la cuvette, avec les appuis conséquents.

 

Vous aurez compris l'importance de l'appréciation d'un professionnel en amont pour vous accompagner dans votre démarche.

CHOISIR

logo_3935_ColDroite

Faire reconnaître son invalidité... Et après ?
 

Nos assistantes sociales vous aident dans vos démarches.

 

En savoir plus

DERNIERS COMMENTAIRES

Pas de commentaire trouvé.