Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog de Cécile Marie MAGDELAINERéflexions d'une diététicienne

La diététique au coeur des pratiques alimentaires

Réflexions d'une diététicienne

[ Publié le 1 février 2018 ]

reflexion-diet

Mes consultations de diététique au centre hospitalier me permettent de rencontrer de nombreux patients. Ils me dévoilent alors des tranches de vies. Lors des consultations mes collègues et moi sommes amenés à poser de nombreuses questions afin de comprendre l’alimentation chez chaque patient mais aussi tout ce qui gravite autour de l’alimentation.

Ces informations, ces échanges poussent à la réflexion. Certains patients sont hospitalisés pour une longue durée dans des services comme l’oncologie ou le centre de rééducation (CSSR). Nos visites régulières se transforment également en soutien, bonne humeur comprise.

 

Le déni

C’est une arme fatale pour le patient. Quand nous menons l’enquête alimentaire et que nous savons qu’il y a une surconsommation alimentaire ou des excès d’alcool et que le patient reste dans le déni, c’est compliqué.

L’autre jour, un patient obèse, avec de l’hypertension qui doit respecter un régime pauvre en sel m’affirmait que la charcuterie était « peu salée » (j’ai dû louper un cours de diététique !).

Un patient habitué à boire plus d’un litre de vin par jour et qui vous dit, le regard fuyant, qu’il ne boit que de l’eau à table : et moi je suis Marylin Monroe !

Face au déni, pas de miracle ; on ne peut pas avancer et les amener vers une meilleure qualité de vie. Mais le veulent-ils vraiment ?

 

Les critiques faciles sur les repas servis

Parfois, certains patients ont des propos très durs vis-à-vis des repas que nous servons. J’ai même entendu un patient dire qu’on lui servait « de la m …. », un autre « qu’il ne donnerait pas ça à ses cochons ».

 

Je rappelle gentiment que les repas servis sont fabriqués au centre hospitalier et non par une centrale de restauration. Que nous servons plus de mille repas par jour et qu’effectivement, cela ne peut être la même cuisine qu’à la maison.

Je ne suis pas aveugle : bien entendu qu’un tel volume ne nous permet pas de faire la même cuisine que pour 4 autour de la table mais les cuisiniers font de gros efforts.

 

De plus, dans notre hôpital, les patients ont du choix à chaque plat, ce qui n’est pas le cas dans tous les centres hospitaliers. Bien sûr que l’on peut toujours s’améliorer mais les critiques faciles et les insultes, je ne supporte pas.

Informations aux jardiniers du dimanche : nous ne servons pas d’haricots verts frais épluchés par des lutins à l’hôpital et ce ne sont pas non plus des haricots verts mis en conserve tout l’été par les mêmes lutins.

 

Le diabète de père en fils

Chez certains patients les antécédents familiaux de diabète sont importants. Une mère, un père, des frères et sœurs (comme le chantait Claude François). Bref, on se demande parfois qui a pu échapper au diabète dans la famille.

Avec ce type de patient, il est difficile de donner des conseils. Pour eux le diabète fait partie de l’héritage familial. Pas besoin de conseils, tout va bien madame la Marquise. Peine perdue, ils reviendront dans peu de temps pour un nouveau déséquilibre de diabète et une nouvelle consultation inutile sera demandée.

 

Des propos difficiles à supporter

Une mère amène son enfant en consultation pour un surpoids. Pendant presque toute la consultation, cette mère a eu des propos négatifs et rabaissant sur le poids de son enfant, en mettant bien en avant qu’elle n’avait pas ce problème de poids.

 

Il m’a fallu beaucoup de temps pour apaiser cette mère qui était venue avec des tonnes de colère en poche. Elle peinait à entendre les conseils que je lui donnais pour améliorer la qualité des repas.

 

L’alimentation peut être une source de conflit importante, et source de propos difficiles, dans une famille, pour diverses raisons. Etre le témoin de ces propos est compliqué. On essaie d’apaiser les tensions, de poser les choses, de dédramatiser et de rassurer. Mais cela prend du temps et une seule consultation ne suffit pas.

 

Les restrictions jusqu’au dernier souffle

Normal, on n’a qu’une vie ! Les restrictions chez des personnes âgées sont abusives. C’est par exemple la  patiente de 90 ans diabétique, à qui l’on retire la boite de chocolats de la table. Ou le patient de 85 ans avec une hypertension qui a une folle envie de rillettes (bourrées de sel comme toutes les charcuteries) ou d’un morceau de fromage (lui aussi riche en sel).

 

Bien souvent, les régimes restrictifs chez les personnes âgées les emmènent vers une perte d’appétit. Les repas ne leur apportent plus aucun plaisir, alors autant ne pas manger. Et c’est le début de la dégringolade.

 

Et là, le service appelle « super diet » avec sa robe rose et sa baguette magique : « Peux-tu faire quelque chose, M. Dupont ne mange plus et il a perdu beaucoup de poids ». Normal, M. Dupont a 91 ans et est l’heureux gagnant du régime diabétique ET sans sel !

Pour sûr, ses apports en sel sont loin d’être excédentaires puisqu’il ne mange plus rien du tout ! Et on est certain qu’il ne fera pas d’hyperglycémie non plus parce qu’on lui a retiré la boite de chocolats que lui avait apporté son fils.

 

Je vais donc voir le médecin afin qu’il lève les restrictions sur les produits sucrés : bien souvent ils comprennent la situation. Pour les restrictions en sel, c’est plus compliqué.

 

Esthéticienne ou diététicienne ?

Parfois, les patients nous confondent avec l’esthéticienne. On les a prévenus de notre visite et ils ont juste entendu la fin du mot. Ils s’attendent donc à un petit soin de beauté.

 

Je pense qu’ils sont un peu déçus : non seulement ils n’ont pas le soin  mais en plus on leur impose une diététicienne qui va « les mettre au régime ». Les préjugés ont la peau dure. Pour fixer les choses, je leur dit que l’esthéticienne s’occupe de la beauté extérieure et la diététicienne de la beauté intérieure, santé comprise !  Un peu de bonne humeur ne fait pas de mal.

 

Sur ces derniers mots, je vous souhaite une belle journée

à toutes et tous

NOTRE EXPERT

Cecile-Marie Magdelaine

  • Cécile Marie-Magdelaine, diététicienne

DERNIERS COMMENTAIRES

Pas de commentaire trouvé.