Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog d'Hervé GalloisVaccin contre la grippe : c'est maintenant !

Pour garder le rythme...

Vaccin contre la grippe : c'est maintenant !

[ Publié le 15 novembre 2017 ]

vaccin-grippe-vaccination

En France, la grippe saisonnière de 2016-2017 a fait des ravages : près de 1,9 millions de consultations médicales, 6 500 hospitalisations aux urgences, 1 469 cas graves en réanimation dont plus de la majorité n'était pas vaccinés et un excès de 14 400 décès attribués à la grippe.

Moins d'une personne à haut risque sur deux s'est fait vaccinée l'an dernier !  Il est temps de rompre le cou aux idées reçues concernant la vaccination contre la grippe et contre la vaccination en général.

"Ne laissons pas la grippe nous gâcher l'hiver : avec le vaccin je me protège et je protège les autres"

 

Quand on n’est jamais malade, la vaccination contre la grippe ne sert à rien

FAUX.

On n’est jamais malade jusqu'au jour où brutalement on l'est et c'est souvent la grippe ! Le vaccin protège efficacement contre les trois souches virales de la grippe ayant la plus forte prévalence au cours d'une saison donnée. C'est le moyen le plus efficace pour limiter les risques de contracter une mauvaise grippe et de la transmettre aux autres.

 

Environ 2000 décès seraient évités chez les personnes âgées, chaque année, grâce à la vaccination lors des épidémies de grippe. Eviter la grippe signifie aussi éviter les coûts médicaux supplémentaires et les pertes de revenus dues aux jours d'absence professionnelle ou scolaire. Avec le vaccin "je me protège et je protège les autres".

 

Le vaccin m'a donné la grippe.

FAUX.

Le vaccin comporte des virus inactivés qui ne sont pas vivants et qui ne peuvent pas entraîner la maladie. Souvent les personnes qui se vaccinent le font au moment où la grippe sévit. Lors de la vaccination, il est alors possible qu'elles soient déjà en période d'incubation de la grippe.

Le vaccin ne peut pas arrêter la maladie en cours, il faut attendre 15 jours après la vaccination pour obtenir des anticorps contre le virus en cause. Le risque de contracter la maladie est beaucoup plus grand que le risque d'effets secondaires liés à la vaccination.

 

Les vaccins contre la grippe ont des effets secondaires nocifs à long terme.

FAUX.

Ces vaccins sont très sûrs. Les réactions vaccinales sont mineures et passagères : bras douloureux, légère fièvre, réactions au site d'injection, céphalées, myalgies... Les vaccins contre la grippe représentent cinquante ans d'utilisation dans le monde sans identification du moindre signal de pharmacovigilance ayant remis en cause le rapport bénéfice/risque de ces vaccins.

 

La grippe est juste gênante et le vaccin n'est pas très efficace.

FAUX.

La grippe est une maladie grave qui tue de 300 000 à 500 000 personnes chaque année dans le monde. Les personnes à risque de décès sont les femmes enceintes, les personnes de 65 ans et plus, les patients souffrant de pathologies chroniques (affections respiratoires, cardiovasculaires, diabète...), les personnes ayant une obésité morbide (IMC > 40 kg/m²), les nourrissons âgés de moins de 6 mois. 

 

Pas la peine de se faire vacciner chaque année, une fois de temps en temps suffit.

FAUX.

Malheureusement les virus de la grippe circulant changent chaque année, ils ont la capacité de muter. L'année dernière, l'épidémie en métropole a été marquée par la circulation quasi exclusive du virus de type A:H3N2. Ce virus était aussi en cause aux Antilles et en Guyane. A la Réunion, il y a eu une première vague d'épidémie liée au virus de type B et au virus A:H1N1 suivie d'une deuxième vague avec prédominance du virus A:H3N2.

 

Le vaccin est donc adapté annuellement suivant les recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en fonction des souches virales qui ont circulé l'hiver précédent et donc les plus susceptibles d'être présentes cette année.

Cette année le vaccin trivalent correspond aux souches suivantes : type A/Michigan/45/2015 (H1N1) pdm09, type A/Hong Kong/4801/2014 (H3N2) et type B/Brisbane/60/2008 (lignée Victoria).

La protection conférée par le vaccin est de 6 à 9 mois environ. Il faut donc se vacciner tous les ans.

 

Les vaccins ne servent à rien.

FAUX.

Les vaccins agissent sur le système immunitaire et entraînent une réponse immunitaire semblable à celle produite par l'infection naturelle, mais ils ne provoquent pas la maladie et ne font pas courir à la personne immunisée le risque de complications éventuelles.

A l'inverse, le prix à payer pour obtenir cette immunité par une infection naturelle peut être la paralysie avec la poliomyélite, l'encéphalite ou la cécité avec la rougeole, le décès chez les nourrissons avec la diphtérie, tétanos, coqueluche ou poliomyélite, la pneumonie avec la grippe, des malformations congénitales lorsque qu'une femme est infectée par la rubéole en début de grossesse, un cancer du foie avec le virus de l'hépatite B, etc. 

 

Les maladies virales évitables par la vaccination n'existent plus en France : il n'y a plus de raison de se faire vacciner.

FAUX.

Certaines maladies virales évitables par la vaccination sont devenues rares dans nos pays occidentaux. Les virus (par exemple celui de la poliomyélite) continuent à circuler dans certains pays. Grace à notre monde fortement interdépendant, ces virus passent les frontières facilement par les moyens de transport (avions, voiture) et peuvent infecter toute personne non protégée.

Ainsi depuis 2005, en Europe occidentale (dont la France) des flambées de rougeole frappent les populations non vaccinées avec des complications souvent dramatiques.

 

Chaque année en France, la grippe touche 2 à 8 millions de personnes et entraîne plusieurs milliers de décès. La prévention de la grippe passe d'abord par la vaccination des personnes à risque de grippe grave en particulier les personnes de plus de 65 ans et toutes celles ayant une maladie chronique, soit cette année dix millions de personnes.

Les professionnels de santé au contact des malades devraient aussi se faire vacciner systématiquement.

 

Pendant l'épidémie, les autres mesures de prévention, appelées mesures "barrières" contre la grippe sont: le lavage des mains plusieurs fois par jour (avec eau et savon), les frictions hydro-alcooliques, le port du masque chirurgical, les gestes en cas de toux ou d'éternuements (se couvrir la bouche avec le coude ou un mouchoir, se moucher avec un mouchoir à usage unique), l'aération des logements et locaux professionnels, l'absence de partages des objets utilisés par le malade (couverts, linge de toilette), les mesures d'éloignement /distanciation sociale : report des visites familiales, mise en chambre seul, restriction des visites dans des lieux d'hébergement collectif, limitation de l'utilisation des transports en commun et de la fréquentation des espaces publics...

 

Et quand on a la grippe, que l’on présente brutalement une fièvre intense (autour de 39°C), une fatigue intense avec des maux de tête, des courbatures (douleurs musculaires et articulaires diffuses), des frissons souvent associés à une toux et une congestion nasale on doit rester à la maison pour deux  raisons :

  • se soigner
  • et ne pas diffuser la maladie qui est extrêmement contagieuse via les mains et les postillons. 

 

Pour en savoir plus :



NOTRE EXPERT

Gallois

  • Hervé Gallois, cardiologue

S'INFORMER

vignette-200x100-la-mammographie-en-8-chiffres-cles

CHOISIR

logo_3935_ColDroite


Besoin d'un relais près de chez vous ?
 

Un soutien pour votre quotidien près de chez vous ? Nos conseillers santé vous donnent les coordonnées d'associations de patients.

 

En savoir plus

DERNIERS COMMENTAIRES

minoque35 - le 01/06/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Merci Soizou47 pour le petit colibri que je suis et je crois bien savoir que nos vols de colibris se croisent ici ou
Soizou47 - le 22/05/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
@Minoque35 Vous n'êtes qu'un petit colibris, certes, Madame Minoque... mais vous savez combien c'est utile, un petit
Soizou47 - le 28/04/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Ca alors ! M.Mme Akira... Cela signifierait que les études qui démontrent l'utilité de tous ces médicaments, ces
akira - le 28/04/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Quand aux recommendations de la HAS, elle se basent sur les conclusions de la societe francaise de cardiologie dont