Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog d'Hervé GalloisRésultats de l'étude mondiale sur le fardeau lié aux maladies pour 2016

Pour garder le rythme...

Résultats de l'étude mondiale sur le fardeau lié aux maladies pour 2016

[ Publié le 8 novembre 2017 ]

donnees-2016

 

Au moment où sont publiés mes deux billets précédents sur l'étude mondiale sur le fardeau lié aux maladies (Global Burden Disease study) de 2015, voici que le Lancet nous propose les données de cette étude "big data" pour 2016 !

Soyez rassurés, il y a peu de modifications sur le plan de la santé en un an dans le monde.

 

 


Je vous propose dans ce billet une synthèse des données présentées dans six articles volumineux sur :

  • les indicateurs de santé dans 188 pays,
  •  l’espérance de vie et les années de vie avec handicap pour 195 pays de 1990 à 2016,
  •  les années de vie avec handicap pour 328 maladies dans 195 pays de 1990 à 2016,
  •  la mortalité liée à 264 causes de 1980 à 2016,
  • la mortalité chez les moins de 5 ans, la mortalité de l'adulte, la mortalité liée à l'âge et l'espérance de vie de 1970 à 2016,
  • et l'évaluation de 84 facteurs de risque de 1990 à 2016.

 

La "Global Burden Disease"(GBD) study

L'étude mondiale sur le fardeau lié aux maladies (Global Burden Disease study ou GBD) est la plus vaste étude épidémiologique observationnelle mondiale. Elle est financée par la fondation "Bill et Melinda Gates". Elle décrit la mortalité et la morbidité des principales maladies, blessures et facteurs de risque pour la santé aux niveaux mondial, national et régional. L'évolution des tendances depuis 1990 et la comparaison entre les populations permettent de comprendre l'évolution des défis de la santé auxquels sont confrontées les personnes à travers le monde au 21e siècle.



Les indicateurs de santé dans 188 pays

La GBD 2016 a compilé 37 indicateurs de santé de 1990 à 2016 pour 188 pays. Chaque indicateur a une échelle de 0 (mauvais) à 100 (excellent).
À l'échelle mondiale, l'indicateur global de santé médian était de 56,7 en 2016 et les performances ont nettement varié en fonction des pays, avec les meilleurs indices pour Singapour (indice à 86,8), l'Islande (86) et la Suède (85,6) et les niveaux les plus bas en Afghanistan (10,9), la République Centre Afrique (11) et la Somalie (11,3).

La France est maintenant à la 26e position avec un index global de 73.

 

L'espérance de vie et les années de vie avec handicap pour 195 pays de 1990 à 2016

La GBD 2016 a enregistré la mortalité toutes causes, la mortalité par cause et la morbidité dans 195 pays de 1990 à 2016. Le calcul de l'espérance de vie est réalisé à partir des taux de décès par âge et des années de vie vécues avec handicap par personne. Les années de vie avec handicap sont calculées en additionnant les années de vie perdues et les années de vie vécues avec handicap pour chaque lieu, groupe d'âge, sexe et année.

 

L'espérance de vie à la naissance la plus élevée est observée à la fois pour les femmes et les hommes à Singapour : 75,2 ans pour les femmes et 72 ans pour les hommes.

La plus faible espérance de vie pour les femmes est observée en République Centre Afrique (45,6 ans) et pour les hommes au Lesotho (41,5 ans).
L'espérance de vie à 65 ans la plus élevée est observée à Singapour pour les hommes (15,1 ans) et au Japon pour les femmes (18,7 ans).

Elle est la plus basse pour les hommes au Lesotho (6,9 ans) et pour les femmes en Afghanistan (7,4 ans).
De 1990 à 2016, l'espérance de vie globale a augmenté en moyenne de 6,24 ans pour les deux sexes : 6,04 ans pour les hommes et 6,49 ans pour les femmes.

 

Les trois principales causes d'années de vie avec handicap dans le monde sont en 2016 :

1) la maladie coronaire,

2) l'accident vasculaire cérébral,

3) les infections respiratoires basses.

 

En France, ce sont :

1) les dorsalgies et cervicalgies,

2) la maladie coronaire,

3) le cancer du poumon.

 

Les années de vie avec handicap pour 328 maladies dans 195 pays de 1990 à 2016

La GBD 2016 fournit une évaluation complète de la prévalence, de l'incidence des années de vie avec handicap pour 328 causes dans 195 pays de 1990 à 2016.
Globalement, les douleurs lombaires (57,6 millions soit 7,2%), la migraine (45,1 millions soit 5,6%), les troubles auditifs dont ceux liés à l'âge (36,3 millions, soit 4,5%), l'anémie ferriprive (34,7 millions soit 4,3%) et les troubles dépressifs majeurs (34,1 millions soit 4,2%) sont les cinq principales causes d'années de vie avec handicap en 2016.

 

Le nombre absolu d'années de vie avec handicap provenant de maladies non transmissibles a augmenté rapidement quel que soit le statut socio-économique, en partie à cause de la croissance des populations, mais aussi de leur vieillissement. 

 

Les augmentations absolues les plus importantes du nombre total d'années de vie avec handicap dans le monde se situent entre 40 et 69 ans. Les taux d'années de vie avec handicap normalisés selon l'âge pour toutes les maladies combinées étaient de 10 à 4% plus élevés chez les femmes que chez les hommes.

 

Les principales causes d'années de vie avec handicap sont chez les femmes l'anémie ferriprive, la migraine, la maladie d'Alzheimer et les démences, les troubles dépressifs majeurs, l'anxiété et les troubles musculo-squelettiques (hormis la goutte).

 

Chez les hommes ce sont des troubles liés à la consommation de drogues, le diabète, les maladies cardiovasculaires, les cancers et les blessures en dehors de la violence sexuelle. 

 

En 2016, c'est en Chine que le taux d'années de vie avec handicap est le plus bas (9201 pour 100 000) et c'est au Yémen qu'il est le plus élevé (14 774 pour 100 000).

 

La mortalité liée à 264 causes de 1980 à 2016

La GBD 2016 a estimé les décès par cause et les années de vie perdues selon l'âge, le sexe, la géographie et l'année. Les années de vie perdues sont été calculées à partir de la somme de chaque décès multiplié par l'espérance de vie standard à chaque âge.
Les décès dus aux maladies non transmissibles représentent 72,3% des décès en 2016.

19,3% des décès proviennent des maladies transmissibles, maternelles, néonatales et nutritionnelles et 8,43% de blessures accidentelles.


En 2016, les trois principales causes mondiales de décès chez les enfants de moins de 5 ans sont les infections respiratoires basses, les complications néonatales de naissance prématurée et l'anoxie néonatale, entraînant 180 millions décès.

 

Entre 1990 et 2016, un changement profond vers les décès à un âge plus avancé s'est produit avec une augmentation de 178% chez les personnes âgées de 90 à 94 ans et de 210% des décès supérieurs à l'âge 95 ans.


Les dix principales causes d'années de vie perdues en 2016 sont la maladie coronaire, les maladies cérébrovasculaires, les infections respiratoires basses, les maladies diarrhéiques, les accidents de la route, le paludisme, les complications néonatales de naissance prématurée, le sida, la bronchite chronique obstructive et l'anoxie néonatale.

La maladie coronaire est la principale cause des années de vie perdue dans 113 pays pour les hommes et  dans 97 pays pour les femmes.

 

La mortalité chez les moins de 5 ans, la mortalité de l'adulte, la mortalité liée à l'âge et l'espérance de vie de 1970 à 2016

La GBD 2016 a estimé la mortalité toutes causes par âge et selon le sexe entre 1970 et 2016 pour 195 pays et pour les cinq pays d'une population supérieure à 200 millions en 2016. 

Globalement, les taux de mortalité ont diminué dans tous les groupes d'âge au cours des cinq dernières décennies, les plus grandes améliorations se sont produites chez les enfants de moins de 5 ans.


Ainsi, les décès totaux chez les enfants de moins de 5 ans ont diminué de 1970 à 2016, et des diminutions plus lentes ont eu lieu entre 5 et 24 ans. En revanche, le nombre de décès chez les adultes a augmenté pour chaque tranche d'âge de 5 ans au-delà de l'âge de 25 ans.

 

On observe un fort changement entre 1970 et 2016 avec une espérance de vie plus élevée, surtout dans les pays à haut niveau socio-économique. De 1970 à 2016, l'espérance de vie à la naissance a augmenté de 13,5 ans chez les hommes et de 14,8 ans chez les femmes.

 

Parmi les pays ayant une population supérieure à 1 million en 2016, l'espérance de vie à la naissance est la plus élevée chez les femmes au Japon (86,9 ans) et chez les hommes à Singapour (81,3 ans). L'espérance de vie des hommes est globalement inférieure à l'espérance de vie des femmes entre 1970 et 2016, et l'écart entre l'espérance de vie masculine et féminine a augmenté avec la progression vers des niveaux plus élevés de statut socioéconomique.

Certains pays ayant une performance sanitaire exceptionnelle en 1990 en termes d'écart d'espérance de vie observée à la naissance ont progressé plus lentement sur la même mesure en 2016.


Évaluation de 84 facteurs de risque et de leur évolution entre 1990 et 2016

Dans cette nouvelle analyse de la GBD 2016, ont été évalués 84 facteurs de risque (comportementaux, environnementaux, professionnels et métaboliques) responsables des principales maladies, par l'estimation des décès attribuables et des années de vie avec handicap et la tendance évolutive de leur exposition par âge, sexe, an et région de 1990 à 2016.


Le fardeau attribuable pour chaque risque a été calculé à partir du nombre de décès, du nombre d'années de vie perdues, du nombre d'années de vie avec handicap, de la somme du nombre d'années de vie perdues et du nombre d'années de vie avec handicap appelée DALYs, 

 

Depuis 1990, l'exposition a augmenté de manière significative pour 30 risques, n'a pas changé de manière significative pour quatre et a diminué de manière significative pour 31. Parmi les risques qui sont les principales causes du fardeau des maladies, l'insuffisance de croissance infantile et la pollution de l'air domestique ont le plus diminué, tandis que les risques métaboliques, tels que le surpoids et le diabète ont le plus augmenté. 

 

En 2016, les dix principaux facteurs de risque en termes de DALY attribuables au niveau mondial pour les hommes sont :

1) le tabagisme (124,1 millions de DALYs),

2) l'hypertension artérielle (122,2 millions de DALYs),

3) le faible poids à la naissance et l'accouchement prématuré (83 millions de DALYs),

4) la consommation d'alcool,

5) le diabète,

6) le surpoids,

7) la pollution atmosphérique,

8) l'hypercholestérolémie,

9) l'insuffisance pondérale infantile et

10) la faible consommation de fruits.

 

En 2016, les dix principaux facteurs de risque en termes de DALY attribuables au niveau mondial pour les femmes sont :

1) l'hypertension artérielle (89,9 millions de DALYs),

2) le surpoids (64,8 millions de DALYs), 

3) le diabète (63,8 millions de DALYs),

4) l'insuffisance pondérale à la naissance et l'accouchement prématuré,

5) l'insuffisance pondérale infantile,

6) la pollution atmosphérique,

7) l’hypercholestérolémie,

8) la pollution domestiqua,

9) le tabagisme,

10) les maladies sexuellement transmissibles.

  

Entre 2006 et 2016, la moindre exposition aux risques explique une diminution de 9,3% des décès et de 10,8% des DALYs au niveau mondial, tandis que le vieillissement de la population est responsable de 14,9% des décès et 6,2% des DALYs, et la croissance démographique de 12,4% des décès et 12,4% des DALYs.

 

Que retenir de tous ces chiffres ?

En 2016, les meilleurs indicateurs de santé sont observés à Singapour, en Islande et en Suède. La France est en 26e position (15e en 2015). 

De 1990 à 2016, l'espérance de vie globale a augmenté en moyenne de 6,24 ans dans les deux sexes.

 

Les douleurs lombaires, la migraine, les troubles auditifs, l'anémie ferriprive et les troubles dépressifs majeurs sont les cinq principales causes d'années de vie avec handicap.

 

Les décès dus aux maladies non transmissibles représentent 72,3% des décès. 

Les trois principales causes d'années de vie perdues en 2016 sont la maladie coronaire, les maladies cérébrovasculaires, et les infections respiratoires basses.

 

Les taux de mortalité ont diminué dans tous les groupes d'âge au cours des cinq dernières décennies.  De 1970 à 2016, l'espérance de vie à la naissance a augmenté de 13,5 ans chez les hommes et de 14,8 ans chez les femmes.

L'espérance de vie à la naissance est la plus élevée chez les femmes au Japon (86,9 ans) et chez les hommes à Singapour (81,3 ans).

 

Chez les hommes les deux premiers facteurs de risque sont le tabagisme et l'hypertension artérielle, chez les femmes les trois premiers facteurs de risque sont l'hypertension artérielle, le surpoids et le diabète.

 

A moi d'être rassuré, il y a et il y aura encore beaucoup de travail pour les cardiologues !

 

Pour en savoir plus :



NOTRE EXPERT

Gallois

  • Hervé Gallois, cardiologue

S'INFORMER

vignette-200x100-la-mammographie-en-8-chiffres-cles

CHOISIR

logo_3935_ColDroite


Besoin d'un relais près de chez vous ?
 

Un soutien pour votre quotidien près de chez vous ? Nos conseillers santé vous donnent les coordonnées d'associations de patients.

 

En savoir plus

DERNIERS COMMENTAIRES

minoque35 - le 01/06/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Merci Soizou47 pour le petit colibri que je suis et je crois bien savoir que nos vols de colibris se croisent ici ou
Soizou47 - le 22/05/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
@Minoque35 Vous n'êtes qu'un petit colibris, certes, Madame Minoque... mais vous savez combien c'est utile, un petit
Soizou47 - le 28/04/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Ca alors ! M.Mme Akira... Cela signifierait que les études qui démontrent l'utilité de tous ces médicaments, ces
akira - le 28/04/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Quand aux recommendations de la HAS, elle se basent sur les conclusions de la societe francaise de cardiologie dont