Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog d'Hervé GalloisFacteurs de risque cardiovasculaire : bilan des progrès de 2016

Pour garder le rythme...

Facteurs de risque cardiovasculaire : bilan des progrès de 2016

[ Publié le 15 février 2017 ]

risques-cardio-vasculaire-bilan-progres

Quelles sont pour moi, cardiologue, les grandes avancées pratiques de l'année 2016 concernant les facteurs de risque cardiovasculaire ? Pour chaque facteur de risque majeur (tabac, cholestérol, hypertension artérielle, diabète, activité physique et sédentarité, risques psychosociaux), voici ce que je retiens pour ma pratique.

 

Tabac : la cigarette électronique est une aide à l’arrêt du tabac

L'apport de la cigarette électronique dans le sevrage tabagique est incontestable. Il faut retenir que la cigarette électronique, c'est 90% de toxiques en moins par rapport à la cigarette de tabac. Le "Moi (s) sans tabac" a été un vrai succès avec plus de 180 000 participants. Et pour arrêter de fumer, on peut consulter le site "tabac-info-service", et ne pas hésiter à utiliser ses applications "portables" et les services proposées qui sont de véritables aides en termes de "coaching".

 

Cholestérol : les statines sont utiles

L'émission d'Arte intitulé "Cholestérol : le grand bluff" a eu un effet catastrophique sur l'observance et l'adhésion thérapeutique aux statines chez les patients à haut risque cardiovasculaire. Le bénéfice thérapeutique de ces médicaments chez ces personnes est pourtant majeur. Il a été montré que l'arrêt de ces médicaments chez ces patients augmente le risque d'infarctus et de mortalité.
De nouveaux médicaments contre le cholestérol, les anti-PCSK9, qu'on injecte par voie sous cutané ont un effet spectaculaire de baisse du LDL cholestérol, le mauvais cholestérol. Ces médicaments sont réservés en milieu spécialisé pour traiter les hypercholestérolémies familiales en association aux statines et/ou à la place en cas d'intolérance à ces dernières. On attend beaucoup des études d'intervention, études de prévention, dont les critères de jugement sont les accidents cardiovasculaires. Leurs premiers résultats seront disponibles courant 2017.

Le HDL cholestérol, considéré comme le bon cholestérol, n'est pas un facteur de risque mais un marqueur de risque de mortalité totale. En effet les études d'intervention vivant à augmenter le HDL cholestérol par des médicaments sont négatives et une étude canadienne (big data) a montré sur le plan de la mortalité cardiovasculaire que le fait d'avoir un HDL cholestérol bas était un sur-risque de mortalité en particulier cardiovasculaire mais, en revanche le fait d'avoir un HDL élevé n'était pas protecteur en particulier sur la mortalité non cardiovasculaire.

 

Hypertension artérielle : de nouvelles recommandations

L'étude SPRINT, étude américaine, a montré que par rapport à un objectif de pression artérielle systolique classique < 140 mmHg, un objectif encore plus bas < 120 mmHg présentait chez des hypertendus d'âge mur des gains en terme de prévention d'événements cardiovasculaires, mais au risque d'augmenter les effets secondaires liés aux traitements médicamenteux plus intensifs.
L’avènement en France a été la publication en 2016 des nouvelles recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) concernant la prise en charge de l'hypertension artérielle de l'adulte. Ces recommandations reprennent quasiment point par point celles de la Société française d'hypertension artérielle avec en particulier l'importance accordée à la confirmation de l'hypertension artérielle dépistée en consultation par des mesures de pression artérielle ambulatoires, soit par automesure de la pression artérielle à domicile via des autotensiomètres électroniques, soit par holter tensionnel sur 24 heures réalisé en cardiologie.

 

Diabète : de nouveaux médicaments

Devant la faible efficacité des anti-diabétiques classiques pour prévenir les événements cardiovasculaires, les autorités sanitaires américaines (la célèbre "Food Drug Administration") avaient demandés aux industriels du médicament de réaliser, pour les nouveaux médicaments anti-diabétiques, des études de sécurité cardiovasculaire. En effet, il paraissait logique de demander à ces nouvelles molécules d'être au minimum non délétères sur le plan cardiovasculaire. 2016 apporte ainsi deux bonnes nouvelles avec deux nouveaux anti-diabétiques (dont un déjà présent en France) qui, dans deux grands essais thérapeutiques (EMPAREG et LEADER), ont montré que ces deux nouvelles classes thérapeutiques pouvaient prévenir les événements cardiovasculaires.

 

Activité physique : on peut désormais la prescrire aux patients en ALD

Voici les recommandations 2016 de la Société européenne de cardiologie concernant l'activité physique aérobique à pratiquer pour un adulte :

  • 5 jours par semaine (voire de préférence tous les jours),
  • au moins 30 minutes par jour d'une activité physique d'intensité modérée (soit 150 minutes par semaine) ou au moins 15 minutes par jour d'activité physique d'intensité vigoureuse (soit 75 minutes par semaine) ou la combinaison des deux (pour être efficace une session doit être d'au moins 10 minutes).
  • Une activité physique en résistance doit aussi être pratiquée à une fréquence d'au moins deux jours par semaine avec 2 à 3 série de 8 à 12 répétions de mouvements musculaires d'intensité de 60 à 80 % d'une série réalisée au maximum de ses possibilités.


Le 30 décembre 2016, le journal officiel publie un décret relatif aux conditions de dispensation de l'activité physique adaptée prescrite par le médecin traitant à des patients atteints d'une affection de longue durée. C'est une véritable révolution puisque l'activité physique adaptée est ainsi reconnue officiellement par nos instances comme une thérapeutique majeure qui doit être prescrite comme les médicaments par le médecin traitant - avec le type d'activité, sa fréquence, son intensité, et sa durée.

En plus de l'inactivité physique, considérée comme un facteur de risque, une étude de cohorte australienne a mis en évidence deux autres facteurs de risque de mortalité totale : la sédentarité définie comme le fait de rester assis plus de 7 heures par jour et le fait de dormir moins de 7 heures ou plus de 9 heures par nuit.

 

Risques psychosociaux : les dépister pour mieux les soigner

Dans ses recommandations 2016, la société européenne de cardiologie propose une liste de 19 questions destinée à faciliter le dépistage des facteurs de risque psychosociaux.

La Société européenne de cardiologie propose une liste d’objectifs à atteindre pour prévenir les maladies cardiovasculaires, en les associant aux recommandations concernant la pratique d’une activité physique présentées plus haut :

  • ne pas s'exposer au tabac, quelle que soit sa forme,
  • avoir une alimentation faible en graisses saturées et riche en céréales entiers, en légumes, en fruits et en poissons,
  • avoir un index de masse corporel entre 20 et 25 kg/m² avec un tour de taille inférieur à 94 cm pour les hommes et à 80 cm pour les femmes,
  • avoir un niveau de pression artérielle inférieur à 140/90 mmHg, un taux sanguin de LDL cholestérol inférieur à 70 mg/dL pour les patient à très haut risque, inférieur à 100 mg/dL pour ceux à haut risque et inférieur à 115 mg/dL pour les autres,
  • et en cas de diabète avoir une hémoglobine glyquée inférieure à 7%.

 

Pour en savoir plus :




2 commentaires

Hervé Gallois
photo_GALLOIS

J'ai exprimé sur mon blog un avis de professionnel de santé sur le rôle des statines.
Ce point de vue est établi sur la base des études scientifiques et à partir des dernières recommandations de la Haute Autorité de santé.
Je comprends que vous ayez d'autres interprétations de ces données.
Je vous remercie pour votre commentaire.

Soizou47 -

Dr Gallois... le CHO serait un facteur de risque avéré CV, ça alors ?!? Sans conteste ??? ..... ??? N'y a-t-il vraiment aucune controverse qui pourraient faire douter ?

Et d'autre part, vous devez confondre aussi,... pour les anti-PCSK9?!? Ils sont à jeter ( Pfizer a suivi la voie de la raison en arrêtant le développement de leur anti-PCSK9!)!!!
L'info est tombée récemment : l'étude FOURIER -dont vous parlez dans un autre article... vous devez le savoir pourtant- a été arrêté prématurément. La tuile!!! AMGEN a arrêté au bout de 26 mois alors que l'essai était supposé durer 4 ans... sacrée différence... on ne sait pas trop pourquoi, mais ceux qui ont un peu suivi ont bien vu que la mortalité grimpait dangereusement dans le groupe des patients traités qui, au bout de 26 mois, se retrouvaient à mourir davantage (y compris de causes CV, un comble) que dans le groupe des patients qui recevaient le placébo.
Au bout de 48 mois, on n'ose même pas imaginer l'hécatombe que cela aurait sûrement été dans le groupe traité... ils ont donc bien fait d'arrêter... Du coup : l'hypothèse primaire est INVALIDEE!!!
Et c'est là que j'ai été très surprise: AMGEN a quand même décidé de continuer à dire que son poison était bénéfique aux patients...!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
AMGEN a tenté de maquiller son forfait, en utilisant des statistiques grossières et en assurant (malgré les données accablantes) que l'étude était un franc succès. Ils ne doutent de rien, quand même, hein!!! Des mauvaises langues disent même qu'ils ont indirectement rémunéré quelques experts serviles, mais vénaux, afin de promouvoir leur poison anti-PCSK9... Mais cela me semble très très improbable, pour ma part, que des médecins qui ont fait le serment d'Hippocrate se laissent 'acheter', il me semble qu'ils ont d'autres valeurs et sont au-dessus de pareilles vilaines transactions, quand même... Toujours est-il que circulent actuellement plein d'articles avec tous la même teneur dictée par AMGEN, qui encensent l'évolocumab (ou même simplement qui ne rapportent pas l'arrête prématuré et sa signification réelle) et ça, c'est vraiment un scandale... de plus !

A ce jour, tous les médecins et professionnels de santé réellement indépendants semblent formels : AMGEN ne parvient à tromper que les médecins (très) mal informés, les incompétents et les personnes qu'ils ont achetées. Ca fait déjà du monde, hélas, remarquez,... et l'information-propagande se propage... au détriment de patients confiants et désemparés et de leur qualité de vie.....
Grrrr :-( et !!!

NOTRE EXPERT

Gallois

  • Hervé Gallois, cardiologue

S'INFORMER

vignette-200x100-la-mammographie-en-8-chiffres-cles

CHOISIR

logo_3935_ColDroite


Besoin d'un relais près de chez vous ?
 

Un soutien pour votre quotidien près de chez vous ? Nos conseillers santé vous donnent les coordonnées d'associations de patients.

 

En savoir plus

DERNIERS COMMENTAIRES

minoque35 - le 01/06/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Merci Soizou47 pour le petit colibri que je suis et je crois bien savoir que nos vols de colibris se croisent ici ou
Soizou47 - le 22/05/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
@Minoque35 Vous n'êtes qu'un petit colibris, certes, Madame Minoque... mais vous savez combien c'est utile, un petit
Soizou47 - le 28/04/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Ca alors ! M.Mme Akira... Cela signifierait que les études qui démontrent l'utilité de tous ces médicaments, ces
akira - le 28/04/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Quand aux recommendations de la HAS, elle se basent sur les conclusions de la societe francaise de cardiologie dont