Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog d'Hervé GalloisBouger pour vivre plus longtemps en bonne santé

Pour garder le rythme...

Bouger pour vivre plus longtemps en bonne santé

[ Publié le 29 novembre 2017 ]

bouger-sante

L'étude PURE montre que l'activité physique de loisirs et les autres activités physiques (professionnelles, liées aux transports ou domestiques) sont associées à un risque plus faible de mortalité et d'événements cardiovasculaires majeurs chez des personnes d'âge moyen habitant dans des pays à faible revenu, à revenu intermédiaire et à revenu élevé.

L'augmentation de la pratique d’une activité physique est une stratégie globale simple, facilement applicable et peu coûteuse qui pourrait réduire les décès et les maladies cardiovasculaires chez les personnes de la cinquantaine.

 

L'étude PURE

L'activité physique a un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires (MCV) dans les pays à revenu élevé, où l'activité physique est surtout une activité de loisirs dite récréative. En revanche, on ne sait pas si cela est également observé dans les pays à faible revenu, où l'activité physique est surtout une activité de type professionnelle, liée aux transports et/ou aux activités domestiques.

 

L'étude PURE s'est ainsi intéressée à évaluer les différents types d'activités physiques et leur association à la morbi-mortalité cardiovasculaire dans des pays de niveaux de développement économique différents.
Cette étude prospective a recruté une population de 17 pays (Canada, Suède, Émirats arabes unis, Argentine, Brésil, Chili, Pologne, Turquie, Malaisie, Afrique du Sud, Chine, Colombie, Iran, Bangladesh, Inde, Pakistan et Zimbabwe).

Dans chaque pays, les zones urbaines et rurales sélectionnées ont été identifiées pour refléter la diversité géographique.

Au sein de ces communautés, ont été incluses des personnes âgées de 35 à 70 ans (en moyenne 50 ans) ayant l'intention de vivre à leur adresse actuelle pendant au moins 4 ans.

L'activité physique totale a été évaluée à l'aide d'un questionnaire international d'activité physique (QIAP) permettant de quantifier l'activité physique professionnelle, de transport, domestique et de loisirs.

 

Trois niveaux d'activité physique ont été étudiés: faible, modéré et élevé

L'activité physique totale a été classifiée en trois groupes :

  • activité physique faible soit moins de 150 minutes par semaine d'activité physique d'intensité modérée,
  • activité physique modérée soit 150 à 750 minutes par semaine d'activité physique d'intensité modérée,
  • et activité physique élevée soit plus de 750 minutes d'activité physique d'intensité modérée.

 

Les personnes ayant une pathologie cardiovasculaire préexistante ont été exclues des analyses. La morbi-mortalité cardiovasculaire a été enregistrée sur un suivi moyen de 6,9 ans. Les critères de jugement primaires ont été la mortalité et les événements cardiovasculaires majeurs (mortalité cardiovasculaire, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral ou insuffisance cardiaque), pris séparément ou combinés.

Les effets de l'activité physique sur la morbi-mortalité cardio-vasculaire ont été ajustés aux facteurs socio-démographiques et autres facteurs de risque avec prise en compte des regroupements familiaux ou communautaires et des pays.

 

Entre 2003 et 2010, 168 916 participants ont été inclus, dont 141 945 ont complété le questionnaire QIAP. Les analyses étaient limitées aux 130 843 participants n'ayant pas de MCV préexistante : âge moyen de 50,2 ans et 41,7% d'hommes.

23 631 (18%) avaient un niveau d'activité physique faible, 49 348 (38%) un niveau d'activité physique modéré et 57 864 (44%) un niveau d'activité physique élevé.

 

Niveau d'activité physique élevé, risque de mortalité diminué. Surtout chez les femmes !

Par rapport à une faible activité physique, une activité physique modérée diminue de 20% la mortalité totale et une activité physique élevée la diminue de 35%.

Par rapport à une activité physique modérée, une activité physique élevée diminue de 19% la mortalité totale. 

 

Chez les femmes, par rapport à une faible activité physique, une activité physique modérée diminue de 26% la mortalité totale et une activité physique élevée la diminue de 42%

Chez les hommes, par rapport à une faible activité physique, une activité physique modérée diminue de 15% la mortalité totale et une activité physique élevée la diminue de 29%.

 

Niveau d'activité physique élevé, risque d'événements cardiovasculaires majeurs en baisse

Par rapport à une faible activité physique, une activité physique modérée diminue de 14% les événements cardiovasculaires majeurs et une activité physique élevée les diminue de 25%. Par rapport à une activité physique modérée, une activité physique élevée diminue de 12%  les événements cardiovasculaires majeurs.

 

Par rapport à une faible activité physique, une activité physique modérée diminue de 15% l'ensemble des événements combinés et une activité physique élevée les diminue de 27%. Par rapport à une activité physique modérée, une activité physique élevée diminue de 15% l'ensemble des événements combinés.

 

L'étude PURE montre qu'une activité physique élevée a été associée au risque le plus faible de morbi-mortalité cardiovasculaire quels que soient les pays (à revenu élevé, à revenu intermédiaire et à faible revenu). 

Tous les types d'activité physique (de loisir, professionnelle, liée aux transports ou domestique) ont été associés au même bénéfice cardiovasculaire.

 

Sur 5 ans, suivant cette étude, un niveau d'activité physique inférieur aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) serait responsable de 8% de la mortalité totale et de 4,6% des événements cardiovasculaires majeures.

 

Après les controverses sur la consommation de graisses, l'étude PURE confirme le bénéfice sur la santé de consommer moins de sucres (moins de 60% de l'apport énergétique), de consommer au moins trois portions de fruits et légumes par jour et de pratiquer une activité physique récréative et/ou non récréative d'au moins 150 minutes par semaine. 

 

Pour en savoir plus :



NOTRE EXPERT

Gallois

  • Hervé Gallois, cardiologue

S'INFORMER

vignette-200x100-la-mammographie-en-8-chiffres-cles

CHOISIR

« Se brosser les dents, c’est important ! »

DERNIERS COMMENTAIRES

minoque35 - le 01/06/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Merci Soizou47 pour le petit colibri que je suis et je crois bien savoir que nos vols de colibris se croisent ici ou
Soizou47 - le 22/05/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
@Minoque35 Vous n'êtes qu'un petit colibris, certes, Madame Minoque... mais vous savez combien c'est utile, un petit
Soizou47 - le 28/04/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Ca alors ! M.Mme Akira... Cela signifierait que les études qui démontrent l'utilité de tous ces médicaments, ces
akira - le 28/04/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Quand aux recommendations de la HAS, elle se basent sur les conclusions de la societe francaise de cardiologie dont