Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

> Accueil > > Blogs experts > > Blog d'Hervé GalloisAccès et qualité des soins de santé dans le monde : la France en quinzième position

Pour garder le rythme...

Accès et qualité des soins de santé dans le monde : la France en quinzième position

[ Publié le 27 septembre 2017 ]

acces-qualite-soins

L'étude mondiale sur le fardeau lié aux maladies (Global Burden Disease Study), la plus vaste étude épidémiologique observationnelle mondiale, a évalué l'accès et la qualité des soins de santé entre 1990 et 2015 dans 295 pays grâce à un index, l'indice HAQ pour "Healthcare Access and Quality".

 

Cet index évalue les taux de mortalité évitable sur trente-deux maladies considérées comme non fatales en présence de soins efficaces.




L'HAQ repose sur une échelle de 0 à 100 :

  • pour une cause définie un index à 0 signifie l'absence d'accès et/ou l'absence soin,
  • et un index à 100 signifie un accès et une qualité des soins au top.

 

L'HAQ a été calculé globalement par pays et par cause. Dans le monde, l'indice HAQ moyen s'est globalement amélioré en 25 ans avec 167 pays ayant enregistrés des hausses statistiquement significatives, dont la France.

En 2015, la France est au quinzième rang et pour la maladie coronaire elle est même en troisième position.

 

La "Global Burden Disease (GBD) " Study

L'étude mondiale sur le fardeau lié aux maladies (Global Burden Disease Study) est la plus vaste étude épidémiologique observationnelle mondiale. Elle est financée par la fondation "Bill et Melinda Gates".

Elle décrit la mortalité et la morbidité des principales maladies, accidents et facteurs de risque pour la santé au niveau mondial, national et régional. L'évolution des tendances de 1990 à aujourd’hui et la comparaison entre les populations permettent de comprendre l'évolution des défis de la santé auxquels sont confrontées les personnes à travers le monde au XXIe siècle.

 

Évaluation de l'accès aux soins de santé et de leur qualité

Les niveaux nationaux d'accès et de qualité des soins de santé peuvent être approchés en mesurant les taux de mortalité liée aux maladies qui ne devraient pas être fatales en présence de soins médicaux efficaces : on parle de mortalité évitable.

Dans l'analyse récente, ont été estimés les décès et facteurs de risque générés par l'étude GBD dans 195 pays et territoires sur la période de 1990 à 2015.
A été recensée la liste de 32 causes les plus utilisées pour les soins de santé développés par Nolte et McKee. Pour évaluer les effets de l'accès et de la qualité des soins, les taux de mortalité spécifiques ont été étudiés pour chaque cause, par an et pour chacun des 295 pays. 

Un indice de qualité et d'accès aux soins de santé, le HAQ (pour Healthcare Access and Quality) a été conçu. Il a été validé par rapport à d'autres indicateurs de systèmes de santé : dépenses de santé par habitant, indice de onze interventions universelles de couverture de la santé, ressources humaines de santé.

Il a ainsi été possible de quantifier les niveaux d'accès et de qualité des soins de santé personnels obtenus dans le monde et d'identifier les zones géographiques où les écarts entre les niveaux observés ont diminué ou augmenté entre 1990 et 2015.


L'indice HAQ moyen s'est globalement amélioré en 25 ans

La moyenne globale de l'indice HAQ est passée de 40,7 en 1990 à 53,7 en 2015.

Entre 1990 et 2015, presque tous les pays et territoires ont vu leurs valeurs de l'indice HAQ s'améliorer. Mais la différence entre l'indice HAQ le plus élevé et le plus bas était plus importante en 2015 qu'en 1990, allant de 28,6 à 94,6. 

Sur les 195 territoires, 167 ont enregistré des hausses statistiquement significatives des niveaux de l'indice HAQ depuis 1990. La Corée du Sud, la Turquie, le Pérou, la Chine et les Maldives enregistrent ainsi les gains les plus importants en 2015. 

 

Si tous les pays avaient atteint l'indice HAQ le plus élevé correspondant à leur niveau socio-démographique, la moyenne globale de HAQ aurait été de 73,8 en 2015. Plusieurs pays, en particulier dans l'Afrique de l'Est et l'Afrique subsaharienne de l'Ouest, ont atteint des valeurs d'indice HAQ semblables ou supérieures à leurs niveaux de développement. Alors que d'autres, notamment en Afrique subsaharienne méridionale, au Moyen-Orient et en Asie du Sud, ont des indices HAQ plus bas malgré un développement similaire.

 

En 2015, la France était au 15e rang avec un indice HAQ global de 88

9 pays ont un index HAQ supérieur ou égal à 90 : Andorre (95), Islande (94), Suisse (92), Suède (90), Norvège (90), Australie (90), Finlande (90), Espagne (90) et Hollande (90). 

 

30 pays ont un index HAQ entre 80 et 89, parmi lesquels on trouve : le Luxembourg (89), le Japon (89), l’Italie (89), l’Irlande (88), l’Autriche (88), la France (88), la Belgique (88), le Canada (88), la Grande Bretagne (85), les Etats Unis (81), etc.

 

En France, quels étaient les meilleurs et les moins bons index HAQ par maladie ?

Pour 14 maladies, notre pays présentait des index HAQ supérieurs ou égaux à 90 : diphtérie (100), tétanos (100), infections respiratoires hautes (99), coqueluche (99), rougeole (99), insuffisance respiratoire chronique (88), appendicite (95), hypertension artérielle (94), cancer de l'utérus (93), troubles maternels (93), tuberculose (92), maladies diarrhéiques (92), insuffisance rénale chronique (92), ulcère gastroduodénal (91).

 

Les moins bons scores d'HAQ étaient de 62 pour les effets secondaires liés aux médicaments, de 67 pour les leucémies, de 68 pour le lymphome d'Hodgkin, de 72 pour les cancers cutanés (hors mélanome), de 73 pour le cancer du testicule, de 75 pour l'épilepsie et de 76 pour les infections respiratoires basses.

 

L'accès et la qualité des soins relatifs aux maladies cardiovasculaires en France en 2015

Pour la maladie coronaire l'index HAQ était de 87, ce qui positionne la France en 3e position avec le Portugal, derrière la Corée du sud (100) et le Japon (94).

Pour les maladies cérébrovasculaires, l'index HAQ était de 89 : la France se situait au 10e  rang derrière la Suisse (100), Andorre (96), l’Islande (95), l’Australie (93), l’Autriche (93), l’Irlande (92), l’Espagne (91), Malte (91) et le Canada (90).

 

Pour l'hypertension artérielle, l'index HAQ était de 94, mettant la France au 10e rang derrière la Norvège (99), l’Australie (98), Israël (98), la Hollande (97), le Monténégro (97), la Belgique (97), le Qatar (96), Andorre (95) et le Canada (95).

 

Pour le diabète, l'index HAQ était de 87, la France se trouvant au 16e rang. L'Islande et la Slovénie avaient un HAQ de 100.

Cette étude mondiale permet de comparer l'accès aux soins et leur qualité par pathologie "curable", par pays et dans le temps.

En 2015, avec sa 15e position, la France ne disposait plus du meilleur système de santé au monde !

Si l’on se base sur l’HAQ, les trois meilleurs systèmes de santé actuels sont ceux d'Andorre, de l'Islande et de la Suisse.

Pour la maladie coronaire ce sont ceux de la Corée du sud, du Japon et de la France (avec le Portugal).

La Corée du Sud, la Turquie, le Pérou, la Chine et les Maldives sont les pays qui ont le plus progressé en termes d'accès et de qualité des soins de santé.

 

Pour en savoir plus :



NOTRE EXPERT

Gallois

  • Hervé Gallois, cardiologue

S'INFORMER

vignette-200x100-la-mammographie-en-8-chiffres-cles

CHOISIR

logo_3935_ColDroite


Besoin d'un relais près de chez vous ?
 

Un soutien pour votre quotidien près de chez vous ? Nos conseillers santé vous donnent les coordonnées d'associations de patients.

 

En savoir plus

DERNIERS COMMENTAIRES

minoque35 - le 01/06/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Merci Soizou47 pour le petit colibri que je suis et je crois bien savoir que nos vols de colibris se croisent ici ou
Soizou47 - le 22/05/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
@Minoque35 Vous n'êtes qu'un petit colibris, certes, Madame Minoque... mais vous savez combien c'est utile, un petit
Soizou47 - le 28/04/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Ca alors ! M.Mme Akira... Cela signifierait que les études qui démontrent l'utilité de tous ces médicaments, ces
akira - le 28/04/2017 dans "Cholestérol : les nouvelles recommandations de pré..."
Quand aux recommendations de la HAS, elle se basent sur les conclusions de la societe francaise de cardiologie dont