Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Le projet d'accueil individualisé (PAI) : gérer l'allergie en milieu scolaire 

Le projet d'accueil individualisé (PAI) en voyage scolaire, en crèche ou en centre de vacances et de loisirs

[ Publié le 24 avril 2017 ]

Le projet d’accueil individualisé (PAI) se décline également en voyage scolaire, en centre de vacances et de loisirs, en crèche, halte-garderie ou jardin d’enfants.

 

Mon enfant ou mon adolescent part en voyage scolaire

Si l’enfant ou l’adolescent part en voyage scolaire, le PAI doit être revu et adapté. Il faut donc prévoir cette démarche suffisamment tôt avant le départ.

 

Mon enfant ou mon adolescent va en centre de vacances et de loisirs

Il faut préciser que « les centres de vacances et de loisirs ne bénéficient pas d’un personnel médical qualifié ». Des recommandations ont été établies, en collaboration avec le secrétariat d’état aux personnes handicapées. Ces recommandations ont également été établies en concertation avec les organisateurs des centres de vacances et de loisirs. Elles sont donc destinées aux directeurs de centre de vacances et de loisirs, ainsi qu’aux directeurs de séjour. Le projet doit être établi avec les personnes en charge du séjour.

Avant le séjour :

  • Au moment de l’inscription, les renseignements spécifiques de l’enfant doivent être communiqués au centre d’accueil par les parents ; il est préférable dans ce cas de rencontrer le responsable du centre. Celui-ci doit s’informer des particularités liées à l’accueil de l’enfant, d’où l’intérêt de le rencontrer en personne. On peut utiliser une copie de l’ordonnance et du protocole d’urgence du médecin prescripteur du PAI qui sont des documents complets.
  • Le directeur du centre de vacances ou de loisirs doit informer l’équipe d’encadrement des difficultés de l’enfant, ainsi que les adaptations à mettre en place. Les informations données à l’équipe sont celles nécessaires au bon déroulement du séjour (ex : allergie alimentaire). La personne en charge du suivi sanitaire doit également être informée par le directeur. La confidentialité doit être respectée.
  • Puis, le directeur/la personne chargée du suivi sanitaire prend contact avec le médecin prescripteur, afin de définir les consignes en cas de problème.
  • Le responsable de la cuisine et l’économe doivent anticiper sur la composition des repas en cas d’intolérance alimentaire ou d’allergie alimentaire.

 

Pendant le séjour :

  • Les consignes doivent être rappelées en début de séjour, au personnel concerné (animateur, cuisinier…).
  • Les aliments à risque doivent être isolés des autres aliments lors du stockage (ex : au frigo) et lors de la préparation.
  • Les numéros d’urgence doivent être accessibles à tous et clairement affichés.
  • L’équipe d’encadrement doit respecter les consignes médicales.
  • Les médicaments sont gardés à part, identifiés, et confiés à la personne en charge du suivi sanitaire.
  • On pense à emmener la trousse de secours avec l’enfant lors de tous les déplacements (et respecter les températures de conservation des médicaments).

 

Après le séjour :

  • Tout est restitué à la famille : trousse de secours, documents sanitaires…
  • Un petit point oral pourra être fait entre le directeur/l’équipe d’encadrement et la famille.

 

Mon enfant est accueilli dans une crèche, une halte-garderie, un jardin d’enfants

L’accueil de jeunes enfants allergiques, ou souffrant d’intolérance alimentaire dans ces établissements est établi par le décret N°2000-762 du 1er août 2000. Le PAI n’est pas obligatoire mais c’est un cadre de référence.

Le décret 2000-762 stipule que les établissements et services sont en lien avec un médecin spécialiste ou qualifié en pédiatrie, ou à défaut un médecin généraliste ayant une expérience particulière en pédiatrie. Si la capacité d’accueil est inférieure ou égale à 20 places, l’avis peut être donné par le médecin de famille.

Le projet d’établissement ou de service définit les dispositions particulières à prendre lors d’accueil d’enfant avec une maladie chronique.

Il est important que la famille rencontre le médecin et l’équipe d’encadrement afin que ces derniers soient informés et puissent mettre en place les mesures nécessaires. On peut donc donner l’ordonnance et le protocole d’urgence établis par le médecin prescripteur au responsable du centre d’accueil.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie