Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

L'alimentation pendant et après un cancer 

Comment prévenir le surpoids ?

[ Publié le 5 septembre 2011 - mis à jour le 21 décembre 2015 ]

Certains traitements contre les cancers peuvent provoquer une prise de poids. De plus, le stress, les angoisses dus à la maladie modifient nos comportements alimentaires et peuvent occasionner une prise de poids non recherchée.

La chimiothérapie est un facteur favorisant la prise de poids. Elle tend à augmenter la masse grasse et à diminuer légèrement la masse maigre. De plus, le stress, l’angoisse dus à la maladie et au traitement modifient les comportements alimentaires. Si la personne consomme beaucoup d’aliments à forte densité calorique, on observera une prise de poids. La fatigue occasionnée, une éventuelle dépression entraînent une baisse de l’activité physique et donc une baisse des dépenses énergétiques.

L’hormonothérapie Utilisation des hormones pour compenser un défaut de sécrétion endocrinienne ou modifier une fonction de l'organisme. (Source : Larousse ©) Voir la définition  

[ Publié le 27 octobre 2011 ]
est le traitement le plus répandu contre les cancers du sein ; en France, il concerne environ 80 % des patientes. C’est principalement le changement de statut hormonal, avec la survenue brutale d’une ménopause, qui peut entraîner une prise de poids. L’hormonothérapie est un traitement qui peut être utilisé pour traiter le cancer de la prostate et peut aussi occasionner une prise de poids.

D’autres facteurs, en association, peuvent être impliqués dans la prise de poids non désirée : l’anxiété, le stress, les traitements par corticoïdes lors de la chimiothérapie.

Lutter contre la maladie est la première des priorités ; pour perdre du poids, le patient doit avoir l’esprit apaisé et cela ne peut se faire qu’une fois rassuré sur l’évolution de sa maladie et son état de santé. 

Pour retrouver son poids antérieur, il suffit en principe, de rééquilibrer ses repas et de reprendre une alimentation normale. Si cela s’avère plus difficile que prévu, il est possible de prendre conseil auprès d’un diététicien ou d’un nutritionniste.

 

Les professionnels de santé sont principalement attachés à deux points importants :

  • une alimentation adaptée : les apports énergétiques sont réduits, en préférant les aliments à faible densité énergétique. Les aliments gras et/ou sucrés sont consommés de manière parcimonieuse. Le patient contrôle régulièrement son poids. En cas de  surpoids ou d’obésité , il est préférable de prévoir une prise en charge diététique ;
  • une activité physique appropriée : bouger régulièrement, poursuivre la pratique des activités sportives antérieures, ou les remplacer par d’autres sports ou activités physiques paraissant plus appropriés. Pour ceux qui n’étaient pas de grands sportifs avant la maladie, il est bon de marcher quotidiennement, à son rythme, en augmentant progressivement la durée des trajets à parcourir selon ses possibilités. L’activité physique peut être d’intensité variée selon la forme de la personne et sa pratique éventuelle de sports avant la maladie. Les activités peuvent être classées par niveau d’intensité : faible, modérée, et élevée.

L’idéal est de pratiquer une activité physique quotidienne, soit l’équivalent de 30 mn de marche rapide. Il existe davantage de choix pour ceux qui veulent varier leurs activités physiques et sportives.

Ainsi, une personne convalescente peut commencer par pratiquer une activité physique d’intensité faible : la marche lente (4 km/h), les tâches ménagères (mais c’est moins agréable qu’une belle ballade !), certains sports à un rythme tranquille, hors compétition, comme la pétanque, le billard, le bowling, le golf ou mini golf.

Plus entraînée, la personne peut ensuite se livrer à une activité physique d’une intensité modérée, et ce pendant au moins 30 minutes par jour : la marche rapide (6 km/h), le jardinage léger (consistant à ramasser des feuilles et à porter des charges de quelques kilos), danser, pratiquer une randonnée tranquille à vélo, nager, un peu d’aquagym…

Enfin, une personne ayant retrouvé son tonus peut pratiquer une activité physique d’intensité plus élevée, durant 20 minutes à 30 mn quotidiennes : la marche en côte, la randonnée en moyenne montagne, quelques activités domestiques comme bêcher. Par ailleurs, elle peut pratiquer le jogging (10 km/h), la natation « rapide », le VTT, le saut à la corde, les sports collectifs (football, basket-ball), sports de combat, tennis, squash.

Pour en savoir plus, consulter les conseils donnés par l’institut national de la recherche agronomique. 

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

Blog expert

Le cancer. Au pluriel !

par Pr Jean Daniel Lalau

cancer-maladies-diabete

logo_3935_ColDroite



Cholestérol, hypertension : votre médecin vous conseille de perdre du poids.

Nos diététiciennes vous aident à modifier vos habitudes alimentaires !

En savoir plus

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Cholestérol, hypertension : votre médecin vous conseille de perdre du poids.

Nos diététiciennes vous aident à modifier vos habitudes alimentaires !

En savoir plus

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie

ECHANGER