Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Bien vivre > Addictions > Vivre avec un proche alcoolique > Le quotidien avec une personne alcoolique

Vivre avec un proche alcoolique 

Le quotidien avec une personne alcoolique

[ Publié le 20 juin 2013 ]

La maladie alcoolique s'installe progressivement, de façon insidieuse. L'entourage prend conscience généralement du problème d'alcoolodépendance avant le consommateur.


Je me sens impuissant(e)

Quels que soient les liens avec la personne consommatrice d'alcool, la proximité affective et/ou géographique avec elle, c'est le sentiment d'impuissance qui domine en général dans l'entourage.
Comprendre pourquoi elle continue de boire, malgré les conséquences négatives, est difficile.

 

Le sentiment de culpabilité peut aussi être très fort : croire que l'on est à l'origine de la consommation d'alcool de la personne malade ou se sentir fautif de ne pas réussir à l'aider à arrêter de boire.

 

La maladie alcoolique a des causes multiples et complexes. Ni la personne malade, ni son entourage ne peuvent être désignés comme les seuls coupables.

 

Pourquoi refuse-t-il/elle d'admettre son problème avec l'alcool ?

Quand l'entourage essaie de confronter le proche alcoolique au problème, la première réaction est souvent le refus d'admettre, le déni.
C'est un mécanisme de défense qui pousse le malade à refuser de voir qu'il est devenu dépendant, à refuser la maladie. Le déni sert de protection contre une prise de conscience douloureuse de la réalité : honte, culpabilité, conséquences des consommations, etc.

 

Le déni peut prendre des formes diverses :

puce la banalisation : « Je bois comme tout le monde » ;

puce les excuses : « Je bois parce qu'elle m'a quitté », « Je bois parce que j'ai perdu mon travail » ;

puce l'agressivité : « Mêle-toi de ce qui te regarde ! » ;

puce la minimisation : « Je n'ai presque rien bu ! À peine deux verres ! » ;

puce etc.

 

Comment l'empêcher de boire ?

Cacher les bouteilles, vérifier leur contenu, accompagner la personne alcoolodépendante dans ses sorties pour éviter qu'elle consomme de l'alcool ou la menacer de la quitter sont autant de moyens que les proches utilisent pour inciter une personne à arrêter de boire, quasiment toujours sans succès.

 

Protéger, excuser, assumer à sa place : fausses solutions

Pour aider la personne alcoolodépendante, ses proches lui cherchent des excuses ou tentent de trouver des explications à sa consommation, ils assument parfois des responsabilités à sa place.
Malheureusement, ces solutions n'en sont pas. Elles n'empêchent pas la consommation d'alcool et elles épuisent l'entourage de la personne alcoolodépendante.
Leur quotidien est complètement accaparé par le problème alcool, et ils s'y enferment.
Il s'agit du phénomène de codépendance.

Mot-clef : Addiction alcool

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

vignette-quiz-satisfait-de-votre-vie