Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Sonia Lebreuilly : "Le rythme plus léger des vacances favorise le désir"

Actualités santé

Sonia Lebreuilly : "Le rythme plus léger des vacances favorise le désir"

[ Publié le 2 juillet 2014 ]

chat-sexualite

Souvent synonymes de fête, de farniente, ou de plage, les vacances peuvent aussi représenter un pic d’activité sexuelle. Sonia Lebreuilly, socio-sexologue et éducatrice en santé sexuelle, nous parle des effets des congés sur la libido.

La libido est-elle toujours à son comble en vacances ?

Sonia Lebreuilly  - 

Il s’agit plutôt d’une idée reçue. Certaines personnes connaissent un désir satisfaisant tout au long de l’année et ne changent rien à leurs habitudes en juillet-août. Mais il est vrai que les vacances, et particulièrement les longs congés d’été, peuvent favoriser la libido. Ce sont des semaines ou des mois de détente, de grasses matinées… Les soucis liés au travail, à la gestion du foyer, ou encore au budget s’envolent, et avec eux le stress du quotidien. L’état de bien-être qui en découle est très propice à la montée du désir. On est davantage disponible pour soi et donc pour l’autre. Cela nous rend plus attentif et réceptif aux signes du désir. Mais pour bénéficier de cet effet, encore faut-il s’accorder une "vraie" pause. C’est-à-dire sans téléphone portable, e-mails du bureau, ou planning d’activités minuté. Enfin, pour les jeunes et les personnes qui ne sont pas en couple en général, les vacances favorisent la libido car elles représentent un moment de rencontres. Les premières histoires d’amour se nouent souvent durant cette période.

 

Pourquoi le désir peut grimper durant la période estivale ?

Sonia Lebreuilly  - 

Pour plusieurs raisons. Les vacances d’été sont en général plus longues que celles d’hiver, et le repos de qualité est, comme on l’a déjà dit, propice à la montée du désir. La chaleur joue un rôle important. Le corps est dévoilé, en manches courtes ou en maillot de bain par exemple. Résultat : l’effet suggestif est plus important qu’en hiver et les contacts peau à peau sont fréquents. En somme, certains sens sont davantage sollicités : la vue, l’odorat et le toucher. Durant l’été, nous profitons également d’une luminosité plus importante, grâce aux longues journées et aux activités en extérieur, plus fréquentes que le restant de l’année. La lumière joue un rôle « antidépresseur » sur notre cerveau, elle augmente la sensation de bien-être, et aide à lutter contre la fatigue, ennemie du désir.

 

Quels sont les risques pour la sexualité en été ?

Sonia Lebreuilly  - 

Le risque d’infections sexuellement transmissibles, qui existe tout au long de l’année, est peut-être plus important en été. Cette période est souvent synonyme de liberté, de rencontres, de nouvelles expériences, etc. On peut donc être tentés de se laisser aller et d’oublier le préservatif. Il s’agit pourtant de la seule méthode qui protège de ces infections. Il ne faut donc pas oublier d’en glisser dans sa valise. Et contrairement aux idées reçues, les adolescents ne sont pas les seuls à s’exposer à ce genre de risque. En vacances, les adultes célibataires ne pensent parfois pas à se protéger, peut-être parce qu’ils ne se sentent pas concernés par les maladies sexuelles. Une fois sur son lieu de villégiature, en cas de doute ou de question, il ne faut pas hésiter à s’adresser à un pharmacien de quartier ou à appeler un médecin généraliste.

 

Propos recueillis par Lucie Pehlivanian / © Citizen Press.

 

Mot-clef : Sexualité

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER